Muralisme mexicain : caractéristiques, auteurs et œuvres

27 mai 2021 0
Muralisme mexicain : caractéristiques, auteurs et œuvres

Le muralisme mexicain est un mouvement pictural qui a débuté dans les années 1920, dans le cadre des politiques de modernisation de l’État mexicain après la révolution de 1910.

C’est un mouvement inspiré par un objectif : construire une identité nationale pour unir les différents secteurs de la société mexicaine, étant donné les profondes inégalités sociales de l’époque, notamment en matière d’éducation et de culture.

Le président Alvaro Obregón, élu pour la période allant de 1920 à 1924, a nommé José Vasconcelos au poste de secrétaire à l’éducation publique. Il a élaboré le premier programme culturel de l’État mexicain après la révolution.

Afin de créer un sentiment d’unité nationale et de promouvoir les valeurs de l’État moderne, Vasconcelos a encouragé, d’une part, l’éducation publique nationale, en concentrant les efforts sur la langue espagnole comme point d’unification dans un Mexique pluriculturel et multilingue. D’autre part, il a développé un programme d’art public pour construire et renforcer l’identité et la mémoire collective.

Selon Claudia Mandel dans son essai “Mexican Muralism : Public Art, Identity, Collective Memory”, Vasconcelos s’est inspiré des idées des intellectuels russes Anatoli Lunacharsky et Máximo Gorki, promoteurs de l’art public pour l’édification sociale, ainsi que des campagnes d’alphabétisation et de la création de bibliothèques publiques du gouvernement nord-américain.

De cette manière, Vasconcelos a également cherché à assurer l’intégration de la population indigène, traditionnellement discriminée par les secteurs dominants.

En ce sens, Javier Ocampo López, dans son essai “José Vasconcelos et l’éducation mexicaine”, soutient que ce “nationalisme culturel artistique” était une croisade nationale dans laquelle il y avait non seulement beaucoup d’argent de l’État, mais aussi l’acceptation résolue de la population. Ainsi est né le muralisme mexicain. Mais qu’est-ce qui a caractérisé ce mouvement, non seulement au niveau axiologique, mais aussi au niveau plastique et esthétique ?

Caractéristiques du muralisme mexicain

Le muralisme mexicain a suivi un programme visant à atteindre les objectifs de l’État révolutionnaire : premièrement, la valorisation et la récupération de l’histoire, source de l’identité nationale, et deuxièmement, la reconnaissance que les descendants de cette histoire étaient toujours présents à l’époque contemporaine. Cela donnerait non seulement des thèmes et des valeurs à l’art, mais aussi une esthétique très particulière. Voyons voir.

Monumentalité

Si le muralisme était un art conçu par l’État pour une stratégie sociale, il est clair qu’il devait avoir une portée publique, qui ne pouvait être atteinte que par le mur ou la sculpture monumentale.

Ainsi, le support essentiel du muralisme mexicain était, de toute évidence, le mur, qui devait donner une monumentalité au concept artistique. Ces murs étaient placés dans des bâtiments d’État, des écoles, des universités ou des églises.

Lorsque nous disons mur, nous ne faisons pas seulement référence aux murs plats, mais aussi aux plafonds voûtés, aux pendentifs, aux voûtes en berceau et aux panneaux. C’est ce que montre Elise Mijando de Jesús dans son essai “Una aproximación a las técnicas de la pintura mural siqueiriana” (Une approche des techniques de la peinture murale siqueirienne).

Mijando de Jesús analyse les fresques de l’Escuela Nacional Preparatoria (ancien couvent de San Ildefonso), un projet de murales lancé en 1922 à l’initiative de Vasconcelos, auquel ont participé Diego Rivera, José Clemente Orozco et David Alfaro Siqueiros, ainsi que Jean Charlot, Ramón Alva de la Canal, Fernando Leal et Fermín Revueltas.

Le mur garantissait également que l’art remplirait sa fonction publique en ne pouvant être collectionné, portant ainsi un coup au concept élitiste du marché de l’art. Ainsi, le support choisi était cohérent avec les valeurs de la révolution triomphante.

Techniques

Deux techniques prédominantes ont été utilisées dans le muralisme mexicain : la fresque et l’encaustique, comme le rapporte Mijando de Jesús.

La fresque est une technique picturale qui consiste à peindre sur une couche humide de chaux avec des pigments minéraux dissous dans l’eau. Le processus de séchage de la chaux fait que les pigments s’agglutinent et se fixent, ce qui augmente sa durabilité. Cette technique nécessite une rapidité d’exécution, car elle est en concurrence avec le temps de séchage, c’est pourquoi elle ne permet pas de repeindre. Ainsi, ceux qui utilisent cette technique sont de véritables maîtres de l’art.

Dans la technique de l’encaustique, le liant est de la cire chaude mélangée à des pigments. Il peut être appliqué à l’aide d’un pinceau ou d’une spatule tout aussi chaude. Après l’application, elle est polie avec des chiffons de lin bien séchés. Elle est utilisée depuis l’Antiquité, notamment sur les panneaux, mais aussi dans la peinture murale.

Dialogue avec l’avant-garde

Dans un premier temps, les muralistes ont appliqué des éléments des avant-gardes occidentales, comme l’expressionnisme (surtout chez Orozco), le futurisme (chez Siqueiros) et le cubisme synthétique (chez Rivera), mais on ne peut pas dire qu’ils les aient imités. Au contraire, ils ont fini par s’en éloigner.

Si les avant-gardes visaient à atteindre une autonomie artistique totale et à dissoudre l’importance du contenu (à l’exception du surréalisme), ce n’est pas le cas du muralisme mexicain. En effet, le muralisme est revenu à un contenu, mais un nouveau contenu, avec de nouvelles mythologies, de nouvelles narrations et de nouveaux objectifs, grâce auxquels il a surmonté le regard eurocentrique et s’est constitué comme un mouvement véritablement latino-américain.

Le processus de conceptualisation de ces contenus a généré des formes plastiques uniques, grâce à l’observation de l’esthétique préhispanique et indigène.

L’art du muralisme rejette ainsi l’absolutisation de l’autonomie de l’art et le renvoie à sa large fonction sociale, essentiellement éducative et propagandiste, dans le meilleur style de l’art sacré médiéval.

Thèmes du muralisme mexicain

La vocation politique et sociale avec laquelle est né le muralisme mexicain a été le cadre de référence pour la sélection des thèmes, qui étaient au service de l’État. Faisons connaissance avec les plus importants d’entre eux.

VALEURS RÉPUBLICAINES UNIVERSELLES ET PROPAGANDE POLITIQUE

Au début, les thèmes étaient représentés dans le cadre de l’idéalisme individualiste du promoteur du muralisme, José Vasconcelos. Les principes républicains et libertaires en feront partie.

C’était une époque où les idéologies gauchistes étaient en pleine expansion et représentaient une promesse. Ainsi, les valeurs et les principes directeurs du socialisme (lutte des classes, liberté, oppression, vie des paysans, classe ouvrière), ses dirigeants politiques, entre autres, étaient également représentés.

LE PROGRÈS, LA SCIENCE, LA TECHNOLOGIE ET LA CONNAISSANCE

La tendance du mouvement muraliste était de souscrire à la modernisation et au progrès. Par conséquent, ils ont également fait l’apologie de la connaissance, de la science et de la technologie, y compris l’industrialisation et la machine. Tout cela représentait le culte du progrès comme horizon d’une logique marxiste.

LE PASSÉ PRÉHISPANIQUE

Les muralistes se sont attachés à représenter l’histoire et la mythologie des cultures préhispaniques, donnant ainsi une image et une voix aux héritiers du passé indigène à travers les arts. Il s’agissait de mythes, de symboles, de coutumes, de récits historiques, etc. Cependant, l’indigène n’était pas représenté dès la fondation du mouvement, mais a été une découverte progressive.

HISTOIRE MEXICAINE

Différents passages de l’histoire du Mexique feraient partie du répertoire thématique. La conquête et la colonisation, la guerre d’indépendance, la révolution mexicaine, l’abolition de l’esclavage, les campagnes d’alphabétisation, etc. Certaines représentations montreront les triomphes de la nation, d’autres les contradictions qu’il faut combattre.

Nouvelle iconographie

En développant de nouveaux thèmes, le répertoire iconographique de l’art devait nécessairement être renouvelé. Ainsi, l’iconographie des ouvriers et des paysans a émergé dans un premier temps.

Quant à l’iconographie ouvrière et paysanne, Madel cite en exemple les œuvres de l’École nationale préparatoire de 1922, dans lesquelles on observe des allégories chrétiennes et des signes occultes, du symbolisme et du synthétisme, autant d’éléments qui, d’une certaine manière, sont reconnaissables dans la peinture de Gauguin. Par exemple, la peinture murale Maternidad (Maternité) d’Orozco, réalisée en 1923.

Plus tard, lorsque le muralisme a trouvé son lien avec la spécificité mexicaine, ils ont largement développé l’iconographie indigène, qui a donné au mouvement une identité, un sens et une richesse.

En ce qui concerne l’iconographie indigène, certaines des premières œuvres mises au jour sont celles des muralistes Jean Charlot et Fermín Revueltas. Charlot a représenté le Massacre de Tenochtitlán. De même, Revueltas s’est distingué en peignant l’Allégorie de la Vierge de Guadalupe, la vierge indigène d’Amérique latine.

Style indigéniste

En réalité, l’indigène n’entre dans le nationalisme spirituel de Vasconcelos qu’après 1922, et apparaît finalement, selon Madel, dans le Manifeste du Syndicat des travailleurs, techniciens, peintres et sculpteurs du Mexique de 1923, selon lequel l’art du peuple mexicain est la plus grande et la meilleure expression du monde.

Cependant, dès 1921, David Alfaro Siqueiros avait lancé un appel dans le manifeste Tres llamamientos de orientación actual aux peintres et sculpteurs de la nouvelle génération américaine, dans lequel il proposait, selon Madel elle-même, de quitter le sentimentalisme de l’art nouveau pour se tourner vers la tradition visuelle indigène.

Dès lors, non seulement l’iconographie indigène est incorporée, mais aussi le style plastique, issu de l’étude des sources de l’art préhispanique ou populaire contemporain, à la portée des artistes.

Principaux auteurs du muralisme mexicain

Il est bien connu que David Alfaro Siqueiros, Diego Rivera et José Clemente Orozco ont été les artistes les plus renommés du muralisme grâce à leur relation avec José Vasconcelos. Mais outre ces derniers, auxquels nous allons également nous référer dans cette section, d’autres noms se distinguent. Voyons voir.

Jean Charlot

Louis Henri Jean Charlot (1898-1979) est un peintre né en France mais naturalisé mexicain. Lorsqu’il a découvert l’art préhispanique, il a été fasciné par ses caractéristiques et a donc travaillé sous l’influence de cette découverte. Il a également été l’assistant de Diego Rivera dans ses premières années. Il est connu pour avoir peint le Massacre du Templo Mayor ou La Conquête de Tenochtitlán (1922-1923).

Ramon Alva de la Canal

Ramón Alva de la Canal (1898-1985) était un peintre et un illustrateur. Il a étudié à l’Académie San Carlos, comme plusieurs des muralistes. Il était membre du syndicat des peintres. Parmi ses œuvres, citons El desembarco de los españoles y la cruz plantada en tierras nuevas (1922-1923).

Fernando Leal

Fernando Leal (1896-1964) est l’un des peintres engagés par José Vasconcelos pour le grand projet de l’École nationale préparatoire, où il a peint la fresque Los danzantes de Chalma ou La fiesta del señor de Chalma (1923-1924). Il a également peint l’épopée bolivarienne dans le hall de l’amphithéâtre Simón Bolívar entre 1939 et 1942.

Fermín Revueltas

Fermín Revueltas (1901-1935) était un peintre, un vitrailliste, un dessinateur et un muraliste. Il a participé au mouvement mexicain connu sous le nom d’Estridentismo, qui a intégré le futurisme, le dadaïsme, l’ultraïsme et le constructivisme en un seul mouvement. Il fait partie de la première génération de muralistes qui ont participé à la décoration de l’École nationale préparatoire où il a peint sa célèbre Allégorie de la Vierge de Guadalupe (1922 et 1924).

David Alfaro Siqueiros

Siqueiros, qui a vécu de 1896 à 1974, se distingue de Rivera et d’Orozco en ce que ses thèmes projettent l’avenir plutôt que le passé. A ses débuts, il pratiquait un art classiciste et nationaliste. Cependant, après 1932, il évolue vers un art beaucoup plus dynamique. Le Portrait de la bourgeoisie, provenant du siège du syndicat des électriciens mexicains, exécuté en 1940, en est un exemple.

Ce peintre recherchait un équilibre esthétique universel avec des motifs nationalistes et modernes, qui, selon Madel, provenaient de son contact avec les avancées technologiques de la société nord-américaine. En ce sens, Madel soutient que, pour Siqueiros, la peinture murale a été conçue comme un “espace scénique polydimensionnel et un spectacle de masse utilisant la technique du montage cinématographique, par le biais d’Eisenstein”.

Il n’est donc pas surprenant de constater la présence d’éléments du futurisme d’avant-garde dans l’œuvre du peintre : œuvres géométriques, diagonales, lignes droites et formes courbes.

L’influence de l’art aztèque est également perceptible dans les masses compactes, la synthèse visuelle et le sens de la pierre de ses figures de la période la plus avancée. Même, les éléments olmèques dans la physionomie des personnages représentés : grand front, pommettes prononcées, yeux obliques, nez et lèvres proéminents, dit Madel. Un exemple de tout cela serait les peintures murales Madre proletaria / Madre campesina et El entierro del obrero (inachevé).

Diego Rivera

Diego Rivera (1886-1957), qui a étudié en Europe et, surtout, pratiqué le cubisme synthétique, a hérité de cette avant-garde l’équilibre, l’ordre, l’harmonie et les principes de la construction plastique, ce qui est visible dans la peinture murale La Création, de 1922.

Rivera a appliqué des éléments de l’art byzantin et italien. Lorsqu’il a finalement été gagné à la cause de l’identité mexicaine, il a exploré et étudié les sources de l’art préhispanique, comme les codex et les pièces d’art préhispaniques.

Selon Madel, en faisant ce que faisaient les peintres de la Renaissance, qui étudiaient en détail les mythes grecs et les histoires bibliques pour construire un art classique, Rivera est devenu l’inventeur du classique indigène.

En conséquence, Rivera a favorisé la représentation du monde indigène à partir d’un regard idéalisant. Cela reconnaît également l’inclusion du féminin, auquel Rivera donne voix et présence.

José Clemente Orozco

José Clemente Orozco (1883-1949) est le plus influencé des muralistes mexicains par l’expressionnisme. D’une part, il a abondamment travaillé sur les valeurs socialistes ainsi que sur l’éducation, le progrès et l’industrialisation. D’autre part, l’univers des personnages d’Orozco se concentre sur le masculin, ce en quoi il se distingue de Rivera.

Orozco rejette les compositions idéalisées et mythologisantes du passé indigène, car il comprend que le préhispanique et l’hispanique sont entrelacés dans un processus conflictuel marqué par la lutte entre les secteurs progressistes et réactionnaires.

Ainsi, Orozco a été le premier à faire allusion au colonialisme espagnol, comme en témoigne la fresque Cortés y la Malinche, 1926, qui montre les conséquences de la domination hispanique et de la soumission des indigènes.

Antécédents du muralisme mexicain

Le muralisme mexicain a ses antécédents dans la recherche d’un art nationaliste. Cela a commencé au XIXe siècle, après le mouvement d’indépendance du Mexique. À cette époque, Leandro Izaguirre, Félix Parra, José Obregón, Rodrigo Gutiérrez et le graveur José Guadalupe Posada (1852-1913) se distinguent.

Cependant, un précédent plus concret et plus significatif est représenté par l’exposition de l’Académie de San Carlos qui s’est tenue en 1910. Cette exposition a été organisée par le peintre Gerardo Murillo, plus connu sous le nom de Dr Atl (1875-1964).

L’exposition de l’Académie San Carlos avait pour but de répondre par une proposition nationaliste à l’exposition de peinture espagnole parrainée par Porfirio Díaz pour commémorer la lutte du Mexique pour son indépendance vis-à-vis du colonialisme espagnol.

Les artistes participants se sont engagés à traiter des thèmes autochtones pour défendre les peuples d’origine. Les artistes Saturnino Herrán et Jorge Enciso ont travaillé dans ce sens.

C’est pourquoi M. Atl, organisateur de cette initiative et promoteur du modernisme, a été considéré comme le précurseur idéologique et le défenseur théorique du muralisme, à la recherche d’une peinture dotée de valeurs et de spiritualité.