La Révolution mexicaine

5 février 2021 0
La Révolution mexicaine

L’un des mouvements politiques, économiques et sociaux qui se sont produits en Amérique entre 1910 et 1920 est sans aucun doute la Révolution mexicaine. L’idéal pour les jeunes était de remplacer la dictature de Porfirian qui a duré 30 ans. Les travailleurs rêvaient d’une législation qui leur offrirait un minimum de protection contre les abus des puissants. Les paysans voulaient des terres. Si elle avait eu une idéologie bien définie, elle aurait pu être aussi importante que la Révolution française ou russe et aurait pu servir de ligne directrice pour la libération de nombreux peuples du reste du vaste continent qui se trouvaient dans un état similaire.

1. Les causes

Plusieurs causes ont déclenché le déclenchement de la révolution mexicaine. Elles sont regroupées en trois catégories : économiques, sociales et politiques.

1.1 Causes économiques

A. La question agraire

Sous le gouvernement de Porfirio Diaz, 40 % du territoire aztèque était détenu par seulement 840 propriétaires terriens. La propriété foncière était si répandue que parfois une seule personne possédait une superficie de terre plus grande que celle de plusieurs pays européens. Ainsi, le général Terrazas, au nord du Mexique, possédait un domaine de 24 millions d’hectares, soit l’équivalent de la superficie de la Hollande, de la Belgique, du Danemark, de la Hongrie et de la Suisse réunis. Un autre grand propriétaire foncier était l’Église catholique mexicaine, composée en majorité d’un clergé conservateur accro à l’ordre répressif, ce qui explique en partie pourquoi la révolution était anticléricale. Les conséquences de cet énorme latifundia, sans précédent dans l’histoire du monde, ont été graves pour les Mexicains. Elle a provoqué le déclin de l’agriculture, car le grand propriétaire foncier a été coupé de la terre. Il a été laissé aux mains d’administrateurs brutaux et ineptes, qui ont fouetté les paysans et maltraité les femmes et les filles des péons.

B. Un régime économique injuste

Sous le slogan “basse politique et haute administration”, la dictature de Porfirian pensait que la seule chose qui comptait était le progrès matériel, basé sur le capital étranger, en ignorant l’existence des masses laborieuses. Pour ce faire, elle a ouvert les portes aux entreprises américaines et anglaises, qui se sont pratiquement appropriées la richesse nationale. Les capitaux étrangers deviennent propriétaires ou administrateurs des chemins de fer ; ils contrôlent les riches mines d’argent de San Luis de Potosí, les produits de la terre et de la mer, ainsi que les richesses forestières et fruitières. Les Français s’occupent de la lingerie et du butin, les Espagnols du commerce et les Allemands des cultures spécialisées.

1.2 Causes sociales

A. Absence de législation du travail

Il n’y avait pas de législation pour protéger les travailleurs et les paysans. Les grèves sont interdites et ceux qui osent demander de meilleurs salaires ou la réduction de la journée de travail inhumaine, qui atteint souvent 12 heures, sont sévèrement punis. Les postes les plus élevés étaient occupés par des Américains, et les Mexicains devaient se contenter des emplois les plus modestes.

B. La pauvreté des paysans

Les ouvriers gagnaient un salaire misérable de 25 cents par jour, le même qu’à la fin de la colonie, même si le prix des articles qu’ils consommaient avait triplé. En même temps, ils ont été pillés dans les “tiendas de raya”, où le propriétaire de l’hacienda vendait du savon, du maïs, de l’alcool et toute autre marchandise dont il avait besoin, à des prix bien plus élevés que ceux du marché. Comme les salaires étaient maigres, le paysan s’est endetté et s’est donc enraciné dans la terre comme les serfs du Moyen Age. D’autre part, les travailleurs vivaient dans des baraques d’une pièce en adobe ou en branches, sans fenêtres et avec un sol en terre battue.

C. La division sociale

La pyramide sociale mexicaine était composée de différentes classes sociales, parmi lesquelles il y avait une différence marquée. Dans les rangs les plus élevés se trouvaient les grands propriétaires terriens, les patrons politiques, les membres du haut clergé et les hommes d’affaires étrangers et nationaux. Ensuite, il y a eu la petite bourgeoisie, et au fond, les paysans et les ouvriers, qui vendaient dans des conditions inhumaines.

1.3 Causes politiques

A. La Dictature de Porfirio Diaz

Porfirio Diaz est arrivé au pouvoir pour la première fois en 1876, en atteignant la bannière de la non-réélection. Au fil des ans, il a ignoré cette promesse électorale et a cherché à se faire réélire à la présidence. Avec ruse, perspicacité et mépris des aspirations des citoyens, il a réussi à gouverner pendant 7 mandats, un cas vraiment inhabituel et intolérable. La base de ces réélections successives n’était pas le droit, mais la force ; ce n’était pas la prospérité des 15 millions d’habitants, mais d’un petit groupe de privilégiés, au nom du slogan significatif et trompeur : “Paix, ordre et progrès”. Pendant plus de 30 ans de tyrannie et de centralisme porfirien, les pouvoirs législatif et judiciaire ont été subordonnés à l’exécutif. La division des pouvoirs, la souveraineté des États, la liberté des municipalités et les droits des citoyens n’existaient que dans la Magna Carta. La loi martiale a prévalu. La justice, loin de protéger les faibles, a servi à légaliser le pillage des plus forts. Les juges, au lieu d’incarner la justice, sont devenus des agents de l’exécutif. Les chambres législatives n’avaient d’autre volonté que celle du dictateur. Les gouverneurs des États, nommés par lui, désignent et imposent les autorités municipales.

B. Opposition au dictateur

L’opposition à la dictature prolongée était représentée par divers secteurs mécontents, ceux qui aspiraient à un renouveau social, comme le mouvement anarchiste naissant “Régénération” qui a attaqué le régime ; les milieux libéraux qui ont tenu un congrès et qui ont évolué vers le communisme anarchique et ont mené plusieurs tentatives d’insurrection qui ont ensuite échoué ; et le Parti libéral mexicain, dont le programme clandestin, lancé en 1906, incitait le peuple à se révolter contre la dictature, prônait la liberté du suffrage et la réélection non continue.

2. La révolution mexicaine

2.1 La chute du dictateur

Porfirio Diaz avait déclaré l’inauguration d’un gouvernement démocratique en 1910 et qu’il quitterait le pouvoir. Cependant, contredisant cette promesse, ses partisans l’ont proposé comme candidat à la présidence. C’est alors que Francisco I. Madero décide de faire un pas en avant, pour contenir les ambitions du dictateur. Madero était un propriétaire terrien de Coahuila, avec un esprit progressiste. Il avait auparavant beaucoup fait pour les travailleurs et les habitants de San Pedro de las Colonias, en créant des écoles, des collèges, des réfectoires et des hôpitaux gratuits. Francisco Madero a commencé à parcourir le pays, encourageant le peuple à lutter contre la tyrannie. Il a organisé le Parti anti-rééléction et, lors de la Convention Eliseo à Mexico, sa candidature à la présidence de la république a été approuvée, pour concurrencer le général Diaz. Déjà candidat, il entame une tournée politique triomphante ; il est arrêté à Monterrey, accusé de “tentative de rébellion et d’outrage aux autorités”. Ainsi, lors des élections du 26 juin 1910, Porfirio Diaz est élu pour la septième fois. Peu de temps après, Madero obtient sa liberté et lance le plan de San Luis de Potosi où il déclare les élections nulles et non avenues, il renie le gouvernement du général Diaz, soulève le principe de non-réélection du président de la République et appelle le peuple à une rébellion nationale, pour chasser les autorités gouvernementales du pouvoir. Le 20 novembre 1910, la population, soutenant cet appel, s’est soulevée dans différentes régions du pays. Elle a été soutenue par Francisco “Pancho” Villa (pseudonyme de Doroteo Arango, le “Centaure du Nord”) au nom des villageois ; Emiliano Zapata, représentant des paysans et d’autres dirigeants populaires. Díaz, quant à lui, était prêt à défendre sa position. Cependant, convaincu que son pouvoir s’effondre inévitablement et considérant que tout le peuple est en armes, il démissionne de son commandement le 25 mai 1911, signant un pacte avec Madero dans la ville de Juarez. Il s’est ensuite éclipsé et a pris un train pour Veracruz, puis s’est rendu en Europe, mourant à Paris en 1915.

La Révolution mexicaine

2.2 Le mouvement agraire.

Madero, triomphant, tente de changer le cours de la nation mexicaine : il rétablit la constitution de 1857, établit le suffrage populaire, interdit la réélection, etc. Ces réformes purement politiques ne suffisaient pas. Le peuple avait faim et voulait un changement de régime, de structure. Dans ces circonstances, Emiliano Zapata, chef de la guérilla du Sud, propose le plan Ayala, donnant l’idée de distribuer la terre parmi les paysans et lui-même s’approprie quelques haciendas et les distribue parmi les ouvriers. Sa devise était : “La terre est pour ceux qui la travaillent”. Un de ses sympathisants, Francisco “Pancho” Villa, a organisé une armée populaire de mineurs, de péons, de cow-boys et de bandits et a distribué de l’argent aux paysans, obtenant ainsi le soutien de ce vaste secteur. Contre Madero étaient unis : les conservateurs, les propriétaires terriens, le clergé et son ministre de la Guerre, le traître Victoriano Huerta, qui fut envoyé pour réprimer une rébellion conservatrice et n’hésita pas à le faire assassiner en 1913.

2.3 Le Caudillaje

Après l’assassinat de Madero, une lutte terrible et sans but s’est engagée, à laquelle ont participé les factions madéristes contre les Carrancistas et les constitutionnalistes contre les Conventionnistes, les Zapatistes, les Villistas, les Ochozquistas, les Obregonistas, les Callistas, etc. Dans cette phase, les marines nord-américains envahissent le port de Veracruz face à la tentative de renforcement des relations avec les Anglais (1914) ; la grande grève des ouvriers commence à Mexico (1916) ; la proclamation de la constitution de Querétaro (1917), qui jette les bases pour consacrer les idéaux de la révolution : journée de travail de 8 heures, salaire minimum, indemnisation des accidents du travail, réforme agraire, nationalisation du pétrole, etc. Enfin, le leader paysan Emiliano Zapata a été assassiné par traîtrise (1920), à Puebla, à l’Hacienda de Chinameca appartenant à la municipalité d’Ayala dans l’État de Morelos.

3. Lázaro Cárdenas : Exploitation pétrolière

Après la disparition de Venustiano Carranza, le Mexique a été gouverné par 4 présidents. Le Parti national révolutionnaire ou PRI (Partido Revolucionario Institucional) a été responsable du mouvement de rénovation à partir de 1940. Une de ses grandes figures fut Lázaro Cárdenas (1934 – 1940). Cárdenas, ayant la classe ouvrière, les paysans et l’armée comme piliers de son gouvernement, a exécuté le programme de la révolution avec une rapidité sans précédent. Parmi les travaux entrepris par Lázaro Cárdenas, on peut citer les suivants :
a. Il a encouragé la distribution des terres. Quelque 18 millions d’hectares ont été distribués (deux fois plus que tous les gouvernements précédents) à 750 000 familles. De plus, de grandes fermes coopératives ont été organisées pour la production de produits commerciaux.
b. Il soutient l’organisation des syndicats, dans le but de rechercher les revendications sociales des travailleurs. Selon son plan sexennal, il tend à unifier l’organisation des travailleurs dans tout le pays, à la renforcer et à la rendre digne.
c. Il a exproprié les champs pétrolifères, acte qui a été le plus sensationnel du gouvernement Cardenas, en 1938, conformément à ce qui était prescrit dans la constitution de 1937 ; il a revendiqué la propriété de l’État sur les sources de pétrole, en expulsant 17 sociétés impérialistes et en les compensant avec 400 millions de dollars. Les entreprises expropriées, en réponse, ont organisé un boycott contre le pétrole mexicain et ont mis des obstacles à l’acquisition de pétroliers. Le gouvernement de Cárdenas a conclu des accords d’échange avec l’Allemagne, l’Italie et le Japon, en vertu desquels le pétrole était échangé contre des machines.

4. Les réalisations de la Révolution

La révolution mexicaine a eu plusieurs résultats positifs. Parmi eux, les suivants se distinguent :
a. Le changement de la propriété foncière. Au début des années 1940, plus de la moitié de la population rurale appartenait à des ejidos (villages) et possédait plus de la moitié de toutes les terres arables. Le nombre de petits agriculteurs indépendants a également considérablement augmenté.
b. Les conquêtes sociales. En 1915, le repos dominical obligatoire et une journée de travail de 8 heures maximum ont été établis. En 1916, le droit de grève est reconnu et les nouvelles relations de travail entre employeurs et travailleurs sont établies. À l’époque, ces dispositions étaient les plus avancées au monde. La constitution de 1917 prévoyait une journée de travail maximale de 8 heures. Le travail malsain ou dangereux était interdit aux femmes en général et aux jeunes de moins de 16 ans. Le travail de nuit dans l’industrie est également interdit. Les établissements commerciaux ne pouvaient pas travailler après 22 heures.
c. L’expropriation des compagnies pétrolières n’avait peut-être guère de justification économique, mais elle était d’une grande importance psychologique en contribuant à éliminer le sentiment d’infériorité nationale.
d. Elle a produit un changement profond et revigorant dans la conscience nationale. Les Mexicains de l’époque pré-révolutionnaire avaient trouvé leurs valeurs dans les éléments culturels européens. Les conservateurs s’étaient battus pour préserver les attitudes et les institutions de l’empire espagnol et les réformateurs avaient tenté d’introduire celles du libéralisme occidental.
e. La nouvelle conscience nationale a trouvé son expression dans le travail des artistes et des écrivains. Le Mexique a été le théâtre d’une renaissance qui avait quelque chose en commun avec la grande Renaissance européenne. Ils excellaient particulièrement dans les arts visuels, l’architecture et la peinture les plus importantes de l’hémisphère occidental. Trois personnages se distinguent en peinture : David Alfaro Sequeiros, Diego Rivera et Jose Clemente Orozco. Ces artistes insufflent une foi positive dans l’avenir du Mexique, car ils dépeignent un monde idéal dans lequel les paysans labourent leur propre terre et dans lequel les rêves de Morelos et de Zapata deviennent réalité. Il en va de même pour le compositeur Carlos Chávez, dans lequel la mélodie traditionnelle indigène devient la base de la musique nationale ; enfin, le roman de la révolution tire ses thèmes des exploits de Villa et de Zapata, ainsi que de la vie paysanne indigène.

Les protagonistes de la révolution mexicaine

Parmi les personnages les plus importants de la Révolution mexicaine, on peut citer les suivants :

  • Francisco Madero (1873 – 1913) : emprisonné par le dictateur Diaz, il a mené la révolution et le mouvement politique contre la non-réélection de Porfirio Diaz. Après cette révolution, il a été élu président jusqu’en 1913, date à laquelle il a été trahi et assassiné.
  • Porfirio Díaz (1830 – 1915) : militaire qui a régné sur le Mexique en 1910 de manière tyrannique. Après la révolution, il s’est enfui et est mort à Paris, en France.
  • Emiliano Zapata (1883 – 1919) : chef militaire de la révolution, défenseur des paysans, a exécuté le plan Ayala contre Madero pour trahir les causes de la révolution.
  • Pancho Villa (1878 – 1923) : leader de la révolution et défenseur du peuple. Son action militaire a été décisive pour vaincre le régime de Victoriano Huerta, qui avait trahi Madero.
  • Venustiano Carranza (1859 – 1920) : militaire clé de la révolution et des périodes suivantes, il fut président du Mexique après avoir vaincu Victoriano Huerta.