10 choses à savoir sur la Vierge de Guadalupe

11 mai 2020 0
10 choses à savoir sur la Vierge de Guadalupe

Les Mexicains vous diront que 90 % d’entre eux sont catholiques, mais que 100% sont guadalupés.

Si la proportion de catholiques au Mexique n’est plus exacte, la Vierge de Guadalupe reste un élément précieux de l’identité nationale mexicaine, comme en témoigne le fait que des millions de femmes et d’hommes portent le nom de Guadalupe, dont beaucoup sont surnommés “Lupe”.

L’histoire de la vierge de Guadalupe

En tant que spécialiste de la religion latino-américaine, j’ai toujours été fasciné par le nombre de personnes qui se consacrent à la Vierge de Guadalupe.

La Vierge serait apparue à un paysan aztèque, Juan Diego, pour la première fois sur une colline appelée Tepeyac le 9 décembre 1531, et aurait dit au chrétien converti, dans sa langue maternelle, le nahuatl, qu’elle voulait qu’une église soit construite en son honneur sur le lieu de son apparition.

Diego s’est adressé à l’archevêque de Mexico pour lui faire part de la nouvelle de l’apparition miraculeuse, mais il a été accueilli avec scepticisme. La Vierge à la peau brune est apparue une seconde fois au paysan aztèque, dans laquelle Diego a raconté ce qu’elle savait déjà, à savoir qu’il avait été réprimandé par l’archevêque. Déterminée à faire construire son église et à la baptiser Guadalupe, la Vierge a demandé à l’Aztèque d’âge moyen de réessayer avec le meilleur prélat du Mexique.

L’évêque douteux demanda un signe de l’apparition mariale à Tepeyac. Lors de sa troisième apparition, Guadalupe dit à Diego de cueillir quelques roses espagnoles qui avaient miraculeusement fleuri dans son “tilma”, ou manteau de fibres de cactus. Le converti déterminé est retourné voir l’évêque et a déployé son tilma, révélant non seulement les roses hors saison mais aussi une image miraculeuse de la Vierge imprimée sur le manteau, que l’on peut voir aujourd’hui à la Basilique de Notre-Dame de Guadalupe à Mexico.

La Virgen Morena (la Vierge brune) est non seulement la patronne du Mexique mais aussi l’impératrice des Amériques, du Chili au Canada. Alors que d’autres manifestations de Marie revendiquent tout au plus une région ou un pays, la Guadalupe est la seule à régner sur deux continents. Et si cela ne suffit pas, pendant une brève période au milieu du 20e siècle, elle a également été déclarée patronne des Philippines, où vit la troisième plus grande population catholique du monde.

10 faits à connaitre sur la Vierge de Guadalupe

Avant que la sainte Muerte mexicaine n’attire mon attention d’érudit en 2009, j’avais mené deux ans de recherche sur la Vierge métisse pour un projet de livre qui a été mis en attente. Le jour de sa fête, le 12 décembre, j’ai pensé partager 10 faits fascinants sur la Vierge qui a conduit les Mexicains à l’indépendance de l’Espagne :

Origine de la Guadalupe ?

Beaucoup de Mexicains ne savent pas que la Guadalupe originale vient d’Estrémadure, en Espagne.
En fait, Christophe Colomb était un fervent défenseur et a même nommé l’île des Caraïbes Guadeloupe en son honneur, après qu’elle eut soi-disant sauvé sa flotte d’une tempête en mer. La Guadeloupe espagnole est l’une des nombreuses vierges noires européennes, si bien que dans son incarnation mexicaine, elle est en fait devenue plus légère et plus complète sous le nom de Virgen Morena.

La déesse Tonantzin

Avant l’apparition présumée de la Guadalupe en 1531, une déesse aztèque avait été vénérée au même endroit.
Le nom de la déesse aztèque, Tonantzin, signifie “Notre Mère” dans la langue aztèque Nahuatl, et certains sceptiques soutiennent donc que l’église coloniale espagnole a concocté l’histoire de l’apparition de Guadalupe à Juan Diego comme un moyen de convertir ses compatriotes aztèques et d’autres groupes indigènes au christianisme.

Pas de preuve de l’existance de Juan Diego

Malgré sa canonisation en 2002, il n’y a aucune preuve tangible de l’existence de St Juan Diego.
En fait, au moment de la canonisation controversée, l’abbé de la basilique, Guillermo Schulenberg, a démissionné, affirmant que Juan Diego n’avait jamais existé et “n’est qu’un symbole”. Le paysan aztèque a néanmoins été canonisé dans le cadre d’une stratégie visant à retenir au Mexique et dans toute l’Amérique latine les catholiques indigènes qui ont fait défection en masse vers le protestantisme, en particulier le pentecôtisme.

Une évolution dans la représentation de la couleur de la peau

Les historiens de l’art ont découvert que les représentations de la couleur de la peau de la Vierge sont devenues progressivement plus sombres.
Des études sur son évolution historique, comme celles de l’historien Stafford Poole, démontrent que, contrairement à la légende, ce sont les créoles mexicains (personnes d’origine espagnole nées au Mexique), et non les convertis indigènes, qui ont été les premiers adeptes de la Guadalupe et les premiers propagateurs de son culte.

Les interprétations artistiques de la Guadalupe se sont sensiblement assombries à la suite de la révolution mexicaine (1910-20), qui a conduit à l’exaltation du métis métis comme nouveau modèle de mexicanité.

La patronne du Mexique depuis l’indépendance en 1810

L’indépendance du Mexique par rapport à l’Espagne en 1810 l’a transformée en patronne nationale.
Le père Miguel Hidalgo, leader de l’indépendance, a lancé la campagne pour l’indépendance avec le cri de guerre “Mort aux Espagnols et vive la Vierge de Guadalupe ! L’image de la Vierge mexicaine sur les drapeaux, les bannières et les sombreros paysans est devenue l’insigne de la rébellion armée contre la domination espagnole. Les troupes espagnoles, en revanche, étaient dirigées par la Vierge du Remède, qui était le principal défenseur de Marie au Mexique jusqu’à ce que Guadalupe l’éclipse.

Une représentation inchangée jusque les années 1980

La Morena est restée relativement inchangée dans les interprétations artistiques jusqu’aux années 1980.
Les premiers artistes à avoir expérimenté des représentations inédites de l’impératrice des Amériques étaient des Mexicains d’origine américaine qui ne se sentaient pas aussi contraints que leurs homologues mexicains, culturellement et religieusement, à explorer de nouvelles façons de la représenter, en utilisant toutes sortes de médias.

Une Guadalupe aux seins nus créée par l’artiste Paz Winshtein a fait l’objet d’une grande controverse lorsqu’elle a été exposée dans une galerie de Santa Fe, N.M., en 2014.

D’où vient le nom Guadalupe ?

L’étymologie de son nom fait l’objet d’un débat considérable.
Certains linguistes et historiens évoquent les origines nahuatl tandis que d’autres, plus convaincants, rappellent que le nom “Guadalupe” existait déjà en Espagne, et qu’il faut donc y chercher sa genèse étymologique. Il ne fait aucun doute que le préfixe “Guada” vient de l’arabe “wadi”, ou vallée fluviale. Le jury ne s’est toutefois pas prononcé sur le mot “lupe”, qui, selon beaucoup, vient de l’espagnol “lobo” (“lupus” en latin), ou loup.

La Guadalupe au coeur de la Révolution Mexicaine (1910-1920)

La Vierge de Guadalupe a fait partie intégrante de la Révolution mexicaine (1910-20).
Combattant sous le slogan “terre et liberté”, le leader paysan révolutionnaire Emiliano Zapata et ses combattants ont porté la Vierge métisse sur des bannières pour lutter contre les oligarques mexicains. Certains guérilleros zapatistes ont perpétué la tradition lors de leur soulèvement en 1994 dans l’État du Chiapas, au sud du pays.

Un homme barbu dans l’oeil droit de la Guadalupe

En 1929, le photographe officiel de la basilique a découvert l’image d’un homme barbu dans son œil droit.
Deux décennies plus tard, un autre “expert” a non seulement confirmé la présence de l’homme barbu original, mais a également affirmé le voir dans ses deux yeux. Depuis lors, le “secret de ses yeux” s’est élargi pour inclure les images de toute une famille supposées être visibles dans ses deux pupilles. Pour les croyants, ces images sont le reflet de ce que Guadalupe a vu lorsqu’elle est apparue à Saint Juan Diego il y a près de cinq siècles.

Le tilma de la Guadalupe

Le tilma sur lequel est imprimée l’image de la Vierge est considéré comme miraculeux par les fidèles.
Certains scientifiques affirment qu’il n’y a pas de coups de pinceau sur le manteau, tandis que d’autres signalent que la coloration ne contient aucun élément animal ou minéral. Le miracle le plus spectaculaire, selon les fidèles, est peut-être le tilma qui sort indemne d’un attentat à la bombe.

En 1921, un radical anticlérical a fait exploser 29 bâtons de dynamite dans un pot de roses sous le manteau. L’explosion a détruit un rail en marbre, tordu un crucifix en métal et brisé les fenêtres de la vieille basilique, mais le tilma lui-même est resté intact.