Les Mixtèques | Origine & Histoire

27 janvier 2021 0
Les Mixtèques | Origine & Histoire

Les Mixtèques sont connus comme l’un des principaux rivaux des Aztèques, bien que tôt ou tard ils aient été soumis par leur empire.

Cette culture était l’une des plus développées et des plus prospères de Mésoamérique avec les Zapotèques, établissant un vaste réseau commercial, développant un art sophistiqué et s’organisant politiquement en petits royaumes et en villes indépendantes.

Localisation géographique de la civilisation mixtèque

La civilisation mixtèque est née dans les hautes terres occidentales de l’Oaxaca au VIIe siècle et a duré jusqu’en 1350. En raison des caractéristiques géologiques de la région (terrain très accidenté), les Mixtèques se sont organisés en seigneuries indépendantes. Les plus importants étaient Tilantogo, Coixtlahuaca, Teozacoacoalco et Yanhuitlán.

Ce n’est qu’en 750 après J.C. que les Mixtèques ont commencé à peupler les vallées du centre de Oaxaca et ont ainsi pris le contrôle de villes zapotèques telles que Mitla, Yagul et Zaachila. Le premier d’entre eux est devenu le plus important centre mixtèque.

Les coutumes et traditions mixtèques

Comme nous l’avons mentionné, les Mixtèques partageaient de nombreux traits avec leurs voisins les Zapotèques, ainsi qu’avec les Mayas et les Aztèques. Leurs traditions et leur mythologie étaient très similaires à celles des autres peuples méso-américains, notamment centrées sur la divinité solaire Yya Ndicahndíí ou Taandoco.

On pense que le rituel du Jour des morts, s’il n’est pas d’origine mixtèque, du moins la façon dont il était célébré, a eu une grande influence sur les habitants du Mexique actuel.

La religion mixtèque était animiste et polythéiste, comme c’était le cas dans la plupart des religions méso-américaines. En tant que divinité protectrice, ils avaient Dzahui, qui personnifiait la pluie. Cette divinité est très similaire au dieu Tlaloc, présent dans le panthéon teotihuacan et toltèque. Avec celui-ci, on trouve aussi le dieu du feu Huehuetéotl, très vénéré en Basse-Mixte.

Pour satisfaire les dieux, les Mixtèques pratiquaient des sacrifices humains et animaux, qui étaient mis en scène dans leurs temples construits dans des grottes ou des sommets, le principal étant Apoala. Les prêtres avaient une grande importance dans la structure sociale, agissant en tant que chefs religieux suprêmes. Leurs rituels n’impliquaient parfois pas de tuer qui que ce soit, mais ils extrayaient du sang et des parties du corps, comme les oreilles et les langues humaines, pour montrer leur loyauté et leur vénération aux dieux, en jetant les membres dans des paniers cérémoniels.

Mais tout n’était pas que rituels sanglants et amputations. Ils ont également célébré des cérémonies avec des cérémonies et des jeux cérémoniels, parmi lesquels ne pouvait pas manquer la distraction méso-américaine la plus célèbre : le jeu de balle.

Assister à un de ces matchs n’était pas comme regarder un match de football, mais quelque chose de beaucoup plus transcendantal. Ce jeu représentait la lutte éternelle entre les puissances de l’univers. Le terrain de jeu représentait le ciel et le ballon le soleil, faisant de chaque match un événement chargé de religiosité et de symbolisme.

La langue et l’écriture des Mixtèques

Les Mixtèques préhispaniques parlaient la langue Proto-Mixtèque, le nom proposé pour la langue d’où proviennent la plupart des langues parlées par les Mixtèques d’aujourd’hui. Cette langue ancestrale a réussi à survivre à la domination aztèque et espagnole, en évoluant et en se diversifiant sous plus de 80 formes différentes. La langue a tellement évolué que ses variantes sont très différentes, rendant ses locuteurs incapables de se comprendre et recourant à l’espagnol comme lingua franca.

Bien que l’on ne sache pas grand-chose sur le son de Proto-Mixtec, il est possible de voir à quoi ressemble l’une de ses variantes actuelles, Xochapa. Voici à quoi ressemblent les chiffres de 1 à 10 dans cette langue :

iin
uvi
uni
kumi
u’un
iñu
uxa
a
iin
uxi

Cependant, bien que les efforts pour reconstituer le son de Proto-Mixtec n’aient pas été très fructueux, nous savons comment il a été écrit. Comme les Zapotèques, les Mixtèques utilisaient comme système d’écriture des hiéroglyphes qui ont été conservés et analysés dans de nombreux codex, tels que le codex mixtèque-zapotèque, le vindoboninensis mexicanum, le Brodley et le Zouche Nuttal, dans lesquels sont décrites des scènes historiques, une généalogie noble et des alliances sociopolitiques.

L’organisation sociale et politique des Mixtèques

La structure sociale mixtèque était constituée de strates hiérarchiquement organisées. Il était très similaire au système zapotèque. Au sommet, il y avait le roi, mais aussi les chefs religieux et la haute noblesse, mais jamais au même niveau que le monarque. L’échelon suivant est celui des commerçants, très appréciés, suivis des paysans et des artisans qui constituent le principal moteur économique. Enfin, à l’échelon inférieur se trouvaient les esclaves et les serfs, pour la plupart des prisonniers de guerre et des criminels qui représentaient la main-d’œuvre de chaque royaume.

Les Mixtèques ne vivaient pas dans un seul pays, mais dans plusieurs royaumes et cités-états, comme les Grecs le faisaient dans l’Antiquité classique. Chaque État indépendant était dirigé par un roi qui percevait des impôts sous forme de biens et de services, la noblesse étant la structure bureaucratique chargée de percevoir les impôts de ses sujets. Ces royaumes, bien que faisant partie de la même culture, se sont parfois disputés et attaqués, bien qu’ils aient également conclu des alliances commerciales et militaires.

Parmi les leaders les plus importants de l’histoire des Mixtèques, on trouve Ocho Venado Garra de Jaguar, un leader qui, au cours du 10ème siècle, a fondé plusieurs royaumes mixtèques. Ce célèbre chef a initié un important processus expansionniste et est crédité d’avoir unifié les royaumes de Tututepec (Yacudzáa), Tilantongo (Ñuu Tnoo Huahi Adehui) et Ñuu Cohyo sous son seul commandement, les gouvernant jusqu’à sa mort.

Comme les Mixtèques ne s’entendaient pas très bien entre eux, ils n’allaient pas être amis avec d’autres cultures. Ils s’entendaient particulièrement mal avec les Toltèques et, à plus d’une occasion, ils se sont brouillés avec les Zapotèques. Cependant, leurs désaccords ethniques ont été surmontés chaque fois que les Aztèques ont essayé de s’établir comme la principale puissance au Mexique, ce qui a poussé les Mixtèques et d’autres peuples à s’unir pour affronter l’ennemi commun.

Malheureusement, le système d’alliances entre les royaumes mixtèques et avec d’autres pays méso-américains finira par échouer, réveillant de vieilles tensions ethniques qui seront exploitées par l’Empire aztèque au XVe siècle. Plus tard, les Espagnols apprendront ce manque d’unité militaire et étatique des Mixtèques et des autres peuples, ce qui accélérera considérablement la conquête du Mexique.

L’économie des Mixtèques

Leur économie dépendait principalement de l’agriculture. Les Mixtèques plantaient du chili, des haricots, des citrouilles, du cacao, du coton et, bien sûr, le maïs si important pour toute culture méso-américaine. Il convient de mentionner que la culture du cacao et du coton n’était possible que si le terrain le permettait, outre le fait que cette culture était constamment confrontée à un relief abrupt et à la rareté de l’eau. C’est pourquoi ils ont dû réussir à développer un système de culture en terrasses qu’ils ont appelé « coo yuu ».

Comme leurs voisins les Zapotèques, les Mixtèques n’aimaient pas particulièrement la pêche, la chasse ou la cueillette de fruits sauvages, bien qu’ils se livrent à ces activités de temps en temps. D’autre part, les Mixtèques sont connus pour avoir domestiqué la guajolote, ou dinde.

Ils étaient très doués pour le travail du métal, en particulier de l’or. Dans leur culture, ce minéral était considéré comme l’excrément des dieux et avait une signification sacrée importante. On pense que les Mixtèques ont dû être l’une des premières cultures à travailler les métaux, bien que la possibilité qu’ils aient développé la métallurgie plus tard ait également été envisagée. De même, leur maîtrise des métaux était très grande, les transformant en statuettes, ainsi que la réalisation de sculptures avec des os.

Leur poterie est polychrome, avec des nuances d’orange, de noir, de rouge, de blanc, de bleu et de lilas. Pour teindre les récipients et les tissus en rouge, ils ont fait pousser des cochenilles, un insecte parasite de la plante de cactus qui, lorsqu’il est écrasé, donne une couleur rouge vif. En plus de cela, ils ont extrait de la caliche (carbonate de calcium) et de la magnétite, qu’ils ont commercialisées avec leurs manufactures et certaines de leurs cultures.

L’art du peuple mixtèque

Les Mixtèques se distinguent par leur savoir-faire en tant qu’artisans, orfèvres et peintres de codex. Ils travaillaient des métaux tels que l’or, l’argent et le cuivre. Avec eux, ils ont fabriqué des bracelets, des colliers, des bagues et d’autres bijoux.