Le jeu de balle des Mayas | El juego de pelota

20 décembre 2020 0
Le jeu de balle des Mayas | El juego de pelota

Bien qu’il semble a priori que les jeux, ou le sport, n’aient rien à voir avec la spiritualité et la religion, la vérité est que pour les Mayas, il y en avait. C’est pourquoi le jeu de balle dit maya a acquis une telle importance chez les Aztèques.

C’est un spectacle qui est bien plus que cela, converti en une sorte de rituel plein de sens ésotérique et dans lequel une série d’activités ou de jeux avec un ballon ont été réalisés. Tout est spécial ici, du terrain lui-même aux règles du jeu. Quant au premier, le terrain où les joueurs effectuent leur compétition, il avait la forme d’un L majuscule. Le fait que les murs étaient inclinés est également remarquable.

La légende de Popol Vul

Dans le “Popol Vul”, livre sacré des Mayas, il est raconté qu’au moment de la création de l’univers, Hun Hunahpu et son frère jouaient au ballon dans une zone proche des enfers, perturbant ainsi les seigneurs locaux, ce qui les amena à envoyer quelques chouettes pour les attirer sur le terrain de jeu de balle de Xibalba, situé à l’extrémité occidentale des enfers. Malgré le danger qui les entoure, et à cause de l’épuisement, les frères s’endorment, sont capturés, sacrifiés et enterrés sur le terrain de balle. Hunahpu est décapité et sa tête est placée dans un arbre, donnant naissance à la première citrouille. Au passage d’une déesse, la tête de Hunahpu crache dans ses mains, ce qui fait que la déesse conçoit et donne naissance à des jumeaux qui seront nommés Hunahpu et Ixbalanque, qui représenteront le côté lumineux et devront affronter les êtres des ténèbres par le biais du jeu de balle, dans un combat qui se résout sur le terrain de jeu de balle de Chichen Itza, considéré à l’époque comme “le Maracana” de l’époque.

À cette époque, les jumeaux défiaient les dieux de la mort et descendaient aux enfers pour venger la mort de leur père et de leur oncle grâce à ce jeu, connu dans la langue maya sous le nom de “pok ta pok”, en raison du son que la balle produisait lorsqu’elle frappait le sol et les murs des courts.

Selon l’histoire, Hunahpu et Ixbalanque et les seigneurs de la mort ont eu une rencontre difficile, cherchant la victoire à tout prix, frappant la balle avec leurs hanches pour la lancer de plus en plus loin, tandis que les goules répondaient avec adresse à chacun des coups de la balle. Les jumeaux ont été victorieux, bien qu’ils n’aient pas réussi à ressusciter leur père et qu’ils aient ensuite été sacrifiés pour devenir, selon la légende, le Soleil et la Lune.

Les règles du jeu de balle des Mayas

Bien qu’il n’y ait pas d’unanimité sur le nombre de joueurs, on pense le plus souvent qu’il y en avait six pour chaque équipe. Comme pour le football, le basket-ball ou tout autre jeu de balle, la séance consistait à faire rebondir le ballon d’un côté à l’autre. Mais contrairement aux sports d’aujourd’hui, on ne pouvait pas toucher le ballon avec les mains, les pieds ou les jambes. On devait effectuer ses mouvements uniquement avec les hanches, les coudes ou les cuisses.

Ces concours se déroulaient à des dates spéciales et étaient en l’honneur des différents dieux. Comme il s’agissait d’un sport sacré, il y a même eu des occasions où la violence a été appliquée, ce qui est prouvé par le fait que les joueurs portaient des systèmes de protection. Cela faisait également partie de l’habillement de porter des colliers avec des pierres ou des coiffures qui étaient des imitations des symboles des dieux.

La pertinence du jeu était telle qu’à la fin de la partie, le perdant se voyait dire qu’il était sacrifié en offrande aux dieux, bien qu’il n’y ait pas de consensus parmi les spécialistes sur le fait que cela ait toujours été le cas, car aucune preuve fiable n’a été trouvée pour le prouver. Il n’y a pas non plus de certitude quant à savoir si c’est le perdant ou le gagnant qui a été sacrifié.

Pourquoi sacrifier le perdant ? Pour quelles raisons ?

Mais quelle était l’importance de ces jeux, et pourquoi attendre la mort après un jeu ? Selon les sources consultées, il en était ainsi parce que le jeu de la balle est le reflet du duel entre la lumière et les ténèbres, entre la nuit et le jour, ou entre la vie et la mort, comme pour les Mayas cela se passe dans la troisième création et sous le couvert de la croyance de l’existence de deux mondes : l’humain et l’inférieur.

De plus, ces jeux pourraient être de deux sortes : organisés pour divertir la classe dirigeante, ou réservés aux joueurs du peuple.