Le lac Texcoco | Origine & Histoire

22 mars 2021 0
Le lac Texcoco | Origine & Histoire

Le lac Texcoco fait partie d’un système de lacs situé dans le nord-ouest de la vallée du Mexique, une région également connue sous le nom d’Anahuac. Découvrez tout sur l’histoire, l’origine, les caractéristiques, la flore, la faune, le climat, la géologie, la pollution et bien plus encore de ce lac situé près de Teotihuacan.

Histoire du lac Texcoco

L’histoire de cet important lac Texcoco commence à l’époque préhispanique, lorsque, sur le territoire nord-américain, les indigènes étaient les habitants primitifs de la région et qu’ils ont construit une série d’îles artificielles dans ce lac, dans le but de gagner plus de terres qui leur permettraient de cultiver leurs cultures.

Mais dans le cas de Tenochtitlan, ces îles avaient également pour but de construire des villages, car au XVIIe siècle, les conquérants espagnols avaient sous leur domination des régions telles que celle qu’ils appelaient Nouvelle-Espagne, qui était la capitale de cette vice-royauté, et qui était soumise à de nombreuses inondations.

Tout cela a donné lieu à la nécessité d’apporter des améliorations dans ces domaines, en construisant des canalisations, ce qui a été maintenu successivement pendant tous les gouvernements que le Mexique a eus, même lorsqu’il était déjà indépendant. Mais au final, ces altérations ont fait disparaître presque complètement les cinq lacs qui existaient.

Ces lacs sont connus sous les noms de Texcoco, Zumpango, Xaltocan, Xochimilco et Chalco, et curieusement, ils avaient des eaux très différentes, car certaines étaient douces tandis que d’autres étaient pourvues d’eau salée.

Cela a permis aux colons de profiter des lacs de Texcoco, Zumpango et Xaltocan, dans le but d’exploiter le sel, puisqu’il s’agissait précisément de lacs saumâtres, mais en général on considérait que les eaux de tous les lacs mentionnés n’étaient pas utilisées plus que comme élément d’irrigation dans l’agriculture, dans certains d’entre eux à cause de leur salinité et dans d’autres parce que l’eau douce avait un mauvais goût.

Premières civilisations du lac

L’étude de nombreux vestiges archéologiques présents dans la région du lac Texcoco a permis de faire d’importantes découvertes, comme dans le cas de Tlapacoya, où l’on a trouvé une série de figures donnant des indications sur la vie des habitants de ces régions.

L’une des découvertes les plus récentes est celle de l’homme de Tepexpan, âgé de moins de six mille ans et qui établit que les habitants de ces rivages se consacraient à la cueillette, à la chasse et à la pêche.

Cela prouve que les rives du lac Texcoco étaient un foyer de développement de la vie des sociétés méso-américaines, grâce à l’établissement de conglomérats de population représentés par des villes comme Zacatenco, Tlatilco et El Arbolillo, qui appartenaient probablement à la famille Otomanguean, caractéristique du centre et du sud du Mexique à cette époque.

Dès le deuxième siècle après Jésus-Christ, des peuplements ont commencé dans les vallées proches du lac Texcoco, formant l’une des plus importantes communautés de Mésoamérique, appelée Teotihuacan, qui s’est développée avec diverses origines ethniques et a pris le contrôle politique, économique et culturel jusqu’au huitième siècle.

Ce bassin formé par le lac Texcoco a abrité sur ses rives plusieurs groupes de migrants venant du nord de la Méso-Amérique, qui sont arrivés à la recherche d’une meilleure région où développer leur vie ou simplement pour échapper au chaos qui se développait du point de vue politique en raison de la conquête de nombreux territoires

Les Chichimèques

C’est ainsi que certains membres de tribus telles que les Chichimèques se sont mélangés à la population originelle de la région, donnant naissance à la culture précolombienne des Toltèques au cours du IXe siècle. Mais cela a changé au XIe siècle, lorsque d’autres peuples nahua ont commencé à s’emparer des rives du lac Texcoco, comme les Tenayuca et les Mexica, qui ont fini par fonder Tenochtitlan, faisant d’elle la capitale du plus grand État militaire connu en Méso-Amérique.

Les Tenayuca étaient une population représentée par les Chichimèques et étaient des connaisseurs des innovations hydrauliques telles que les chinampas, une ancienne méthode d’agriculture et d’expansion territoriale qui se basait sur des radeaux pourvus de terre, où l’on cultivait et avec laquelle on étendait le territoire des lacs et lagunes, gagnant ainsi des terres lacustres.

Cela a provoqué une transformation de l’aspect naturel du lac, qui s’est produite du XIVe au XVIe siècle. Une chose qui a suscité l’admiration des Espagnols à leur arrivée dans la vallée, qui l’ont décrite comme des jardins flottants.

La chinampa

Pour comprendre le fonctionnement d’une chinampa, il faut savoir qu’elles sont construites sur les zones inférieures du lac, en clouant plusieurs piquets d’ahuejote, un arbre penné et corpulent, qui servent de support à un tapis ou une natte tissée de tule, pour y déposer le limon obtenu du fond de la lagune ; on obtient ainsi la formation d’un monticule de terre.

Grâce à l’action du temps, ces pieux produisent des pousses et des racines avec lesquelles le sol cultivable est consolidé, créant ainsi une île artificielle qui permettait d’obtenir une plus grande quantité de récoltes que sur la terre ferme. C’est pourquoi Tenochtitlan est pratiquement construit sur des chinampas.

Elle disposait d’une plus grande surface à consacrer aux cultures, mais les conséquences de la montée des eaux du lac Texcoco n’étaient pas très bénéfiques pour l’agriculture, ce qui est résolu avec la construction d’un barrage appelé Albarradón de Nezahualcóyotl.

Ce barrage permettait de contrôler le niveau d’eau du lac, construit dans les années 1440 à 1503. Il était situé entre Atzacoalco et Iztapalapa ; le lac était donc divisé en deux parties. Cela permettait également aux eaux salées d’être à l’est, tandis que les eaux douces allaient à l’ouest, recevant les eaux des lacs de Xochimilco et Chalco. Un autre avantage du barrage était que le lac pouvait être vidé lorsque le niveau d’eau était dangereux pour la communauté.

Principaux événements

Historiquement, il est prouvé que les Espagnols sont arrivés à Tenochtitlan en 1519 en provenance du sud-est du Mexique, trouvant la population d’Iztapalapa qui était une ville aztèque, pratiquement la première défense du territoire, qui vivait sur une île du lac Texcoco et servait d’approvisionnement pour les autres régions environnantes.

Les Espagnols, se rendant compte que les Mésoaméricains avaient appris à tirer profit des avantages de la zone récupérée du lac grâce aux terres arables, décidèrent d’y mener leur conquête. Tenochtitlan, étant entourée d’eau, était un endroit facile à dominer, contrôlant les réserves d’eau potable ainsi que les provisions qui venaient du continent.

Finalement, ils ont été expulsés le 30 juin 1520, mais ils ont réussi à s’allier avec les habitants de Tlaxcala pour entreprendre une dernière attaque, exécutée par un plan stratégique à la charge de Hernán Cortés, conquérant espagnol, qui a fait construire douze navires armés sur la plage de Texcoco, qui se trouvait à l’est du lac, dans le but d’atteindre la lagune du Mexique et de démolir l’Albarradón ou l’ouvrage hydraulique qu’ils avaient à Nezahualcóyotl.

Tout cela constitue le point final de l’assujettissement des habitants de Tenochtitlan, qui a malheureusement entraîné d’innombrables pertes humaines et des épidémies qui ont frappé toute la région. Mais cela a servi à ce qu’il n’y ait plus d’intérêt pour l’établissement d’un gouvernement colonial sur leurs terres ; ainsi Cortes s’est déplacé à Coyoacan situé au sud-est du bassin du Mexique.

Les travaux sur le lac Texcoco

Plus tard dans l’histoire, sous la domination de la vice-royauté du XXe siècle, les Espagnols se sont chargés de reconstruire le système hydraulique du lac, avec la création de l’aqueduc de Chapultepec, pour avoir des eaux claires et cristallines, en plus de la reconstruction des routes pour maintenir l’île unie au continent, bien qu’ils aient oublié l’Albarradón de Nezahualcoyotl, avec lequel les lacs présents dans la vallée du Mexique étaient condamnés à s’assécher.

C’est pour cette raison qu’au bout de quelques années, après la conquête espagnole, le secteur occidental du lac Texcoco a commencé à disparaître et les restes de la lagune du Mexique ont commencé à être un réservoir d’eaux pestilentielles, qui ont porté atteinte à la vie des habitants de ces régions. Puis les colons ont commencé à se désintéresser de l’utilité de ce lac saumâtre également.

Outre le fait qu’en 1555, au milieu de la période coloniale, la capitale de la Nouvelle-Espagne a été le théâtre de plusieurs inondations, dues au manque de drainage adéquat, l’une des pires inondations ayant eu lieu en 1629, année où le gouvernement colonial espagnol a pris conscience de la nécessité d’un drainage adéquat, ce qui a entraîné la disparition de la quasi-totalité du lac Texcoco ainsi que des quatre autres lacs qui lui sont liés, du nord au sud.

Les travaux ont culminé avec le Grand Canal de Drainage sous le gouvernement de Porfirio Diaz et aussi avec un drainage profond réalisé à Mexico, au cours de l’année 1975.

Origine du lac Texcoco. Avant et après

Le paysage de la vallée du Mexique où se trouve le lac Texcoco est caractérisé par deux géoformes importantes, où l’une correspond aux montagnes d’origine volcanique et l’autre comprend les parties inférieures ou plaines qui doivent leur formation à des processus érosifs et cumulatifs.

La région où se trouve le lac Texcoco appartient à l’axe néovolcanique qui traverse le Mexique. Ce lac s’est donc formé au quaternaire, il y a environ 2,9 millions d’années, au cours de l’ère cénozoïque. Présenter un sol à forte teneur en salinité, qui est transférée à l’eau qui le recouvre.

En même temps, il était entouré de chaînes de montagnes formées par des roches ignées, résultat de l’activité volcanique de la région ; formant ainsi la Sierra de Guadalupe et le Cerro Chimalhuache, qui sont nés pendant la période quaternaire ainsi que le lac.

Dès ses origines, le lac Texcoco était imposant, mais depuis l’époque préhispanique, on a commencé à y apporter des modifications qui ont conduit à l’assèchement d’une grande partie des masses d’eau de sa surface. Le bassin du lac avait à l’origine un exutoire vers le bassin de la rivière Balsas, mais au fil du temps, cet exutoire a été fermé en raison de l’activité volcanique.

Dans ce lac prédominent les sols salins, très saturés en eau et qui durcissent facilement, c’est pourquoi avec l’assèchement de ce lac se trouvent de grandes zones de son vaisseau exposées à l’air libre et caractérisées par la présence de fortes pluies de sable, comme résultat de l’action de l’air.

À l’époque préhispanique, le lac Texcoco était imposant, un véritable poumon pour la région, qui était exploité en raison de sa forte salinité, mais ses habitants primitifs avaient besoin de disposer de plus grandes surfaces pour leurs cultures, ils ont donc commencé à créer des îles artificielles, ainsi qu’une série de drains pour contrôler les inondations.

Tout cela a aujourd’hui des répercussions sur le lac Texcoco, qui est pratiquement en train de disparaître, bien que le gouvernement ait mis en œuvre une série de plans pour sa récupération, mais que pour l’instant ils ne soient pas assez efficaces.

Les habitants de cette région du Mexique exigent le sauvetage de leur lac, la restauration de l’environnement et, avec elle, la récupération de l’histoire de cette grande étendue d’eau qui fait partie de leur culture ancestrale, remontant au-delà de l’époque du roi Nezahualcoyotl (1402-1472).

Caractéristiques du lac Texcoco

C’est un lac qui a un bassin hydrologique d’environ deux mille kilomètres carrés. Il fait partie d’un système de lacs qui composent la vallée du Mexique, et en rejoint quatre autres pendant la saison des pluies. Deux d’entre elles sont des eaux salées, appelées Zumpango et Xaltocan, tandis que les deux autres sont des eaux douces, appelées Xochimilco et Chalco, couvrant une superficie totale de 114 477 hectares.

Le lac Texcoco est alimenté par les eaux provenant des chaînes de montagnes qui l’entourent, comme c’est le cas de la Sierra de las Cruces, à travers laquelle coulent les eaux de rivières telles que le Magdalena, la Barranca del Muerto, la Becerra, le Mixcoac, l’Eslava et le San Angel, mais sur le côté oriental, il reçoit les eaux des ruisseaux de la Sierra Nevada.

Une autre des caractéristiques de ce lac est qu’il possède de nombreux îlots dans sa région occidentale, la plupart plats, dont beaucoup ont servi de lieu de peuplement pour les populations pendant la période préhispanique du Mexique, accueillant des cultures avec les Mexica.

Un exemple de ces îlots est représenté par Tenochtitlan, probablement le plus grand de tous, qui fait partie du centre historique de Mexico. L’îlot de Tlatelolco, utilisé comme ancien marché mésoaméricain, se distingue également.

Le lac Texcoco se distingue par le fait qu’il est la principale masse d’eau qui compose le bassin de la vallée du Mexique, où il fournit également des ressources pour la réalisation d’une série d’activités économiques au profit de toutes les communautés qui ont leur établissement dans cette région.

Les sols qui s’y trouvent sont salins, gleyiques ou saturés d’eau et durcissent facilement, de sorte que lorsqu’ils sont secs, ils provoquent de fortes pluies de sable, si bien que beaucoup de ses zones ont été pavées.

Climat du lac

Le lac Texcoco est situé dans une région qui est marquée par un climat semi-sèche, aride et tempéré, où la température moyenne est généralement autour de 14 ° C, bien qu’il puisse varier en fonction de la période de l’année, puisque les étés sont assez chauds et quand il baisse peut même atteindre près de 0 ° C.

La saison des pluies se fait sentir pendant les mois de mai à octobre, mais elle est particulièrement abondante pendant les mois de juillet et août, où elle tend à augmenter le niveau d’eau du lac. Les précipitations minimales ont été fixées à 460 mm et les maximales à 600 mm par an.

Flore, faune et géologie

Les ressources offertes par le lac Texcoco ont été exploitées depuis l’époque où ses habitants primitifs menaient une vie sédentaire. Nous faisons référence à l’époque préhispanique, lorsque ses habitants savaient tirer parti des ressources présentes dans le lac, mais appliquaient également des techniques pour obtenir de plus grands bénéfices, comme ce fut le cas des îlots créés.

La flore

La flore de ce lac merveilleux leur a fourni des éléments tels que les tules ou le saule pleureur, qui font aujourd’hui partie de ses zones humides, ainsi que les ahuehuetes, ahuejotes et autres arbres avec lesquels ils fabriquaient leurs radeaux pour les cultures. Il y avait également beaucoup d’algues sur les rivages.

La faune

En ce qui concerne la faune du lac, elle est représentée par des poissons comme les anchois ou les axolotls, également des amphibiens et de nombreux oiseaux migrateurs, parmi lesquels nous pouvons souligner les foulques, les hérons, les chichicuilotes, les canards et les petits mammifères comme les rongeurs, entre autres.

Il est important de préciser à ce stade que le problème de l’assèchement du lac a entraîné la disparition d’un grand nombre d’espèces représentatives de sa flore et de sa faune, en particulier les mammifères qui ont fait l’objet d’une chasse indiscriminée, comme les cerfs et autres animaux sauvages, ainsi qu’un grand nombre de ses oiseaux.

Cependant, certaines de ses zones défrichées ont cédé la place à la présence d’autres espèces telles que les eucalyptus, les pins et le pirul, qui ont été induites ultérieurement, mais en général, tant sa flore que sa faune ont été réduites par la salinité présente dans ses sols.

Il convient de noter qu’il existe des projets en cours pour la récupération des écosystèmes natifs de ce lac. Il s’agit notamment de déplacer la flore et la faune du polygone NAICM, qui est la zone où l’aéroport de Texcoco a été construit, afin de sauver les arbres salés, les cactus et plus de 1 600 spécimens de la faune sauvage qui sont en danger, pour les déplacer à trois kilomètres au sud-est.

L’intention de les y déplacer est qu’ils développent et maintiennent leur vie, comme c’est le cas dans le lac Texcoco, que l’on souhaite récupérer car il est pratiquement en train de disparaître. En ce sens, les espèces de faune à secourir sont le serpent d’eau à ventre noir, le serpent à longue queue des montagnes, le serpent à longue queue du sud, le serpent sourd, le serpent à pattes de Baird, les lézards, les tortues, la poitrine cassée, la grenouille de Montezuma, la rainette et bien d’autres.

Dans le cadre de ses fleurs, nous voulons également protéger les Nopaleras, les cactus, les agaves et les pins salés, car ce sont toutes des espèces importantes originaires de la région de Texcoco.

La géologie

En ce qui concerne sa géologie, on peut souligner qu’il s’agit d’une zone très jeune en termes géologiques, où les sols prédominants dans le verre de ce lac correspondent à une combinaison de solonchak (haute salinité), gleyique (saturé d’eau) et molisol de texture fine. C’est pourquoi, suite à l’assèchement du lac, les zones de sa surface qui étaient exposées ont donné lieu aux célèbres “tolvaneras” ou tempêtes de sable qui, de nos jours, ont été réduites par le pavage utilisé pour la création de nouveaux urbanismes correspondant à Ecatepec de Morelos et Atenco.

Pollution du lac Texcoco

La vallée du Mexique, où se trouve le lac Texcoco, est l’une des régions les plus peuplées de nos jours, dotée d’une série d’établissements urbains, surtout depuis qu’une grande partie de ces zones ont été drainées et dotées de bons systèmes de drainage, grâce auxquels les villes se sont étendues de manière accélérée.

Mais autour des grandes villes se créent de petites poches de misère, où les habitants manquent de services publics de base et c’est précisément dans les terres salées du lac Texcoco que beaucoup de ces humbles colons se sont installés.

Par exemple, dans la municipalité de Nezahualcoyotl sont concentrés un million trois cent mille habitants, pour une superficie de soixante-six kilomètres carrés, représentant la zone marginalisée de la ville de Mexico.

Mais ce n’est pas seulement là qu’ils se sont installés, ils se sont également installés sur les rives du lac d’Ixtapaluca, de Chicoloapan, d’Atenco, de Chalco et bien sûr du lac Texcoco, où quelque trois cent mille personnes vivent au milieu des inondations dues aux eaux usées, comme celles que l’on a connues en 2000 ou en 2010.

Mais le problème persiste, ainsi que le risque d’enfoncement de ces terres, qui ne fait qu’empirer avec la pollution que ce type d’urbanisme provoque dans le lac Texcoco, qui a presque totalement disparu ; à tel point que de nombreux écrivains, lorsqu’ils se réfèrent à ce lac, le décrivent comme l’Ex Lac Texcoco.

Points d’intérêt à Texcoco

Comme nous l’avons su au cours du développement de notre sujet, le lac Texcoco n’est plus aujourd’hui le beau réservoir d’eau salée qu’il était, mais il a été le réceptacle d’événements historiques qui ont marqué la vie de ce qui est aujourd’hui le peuple du Mexique.

Néanmoins, et en plus de tous les efforts qui sont faits pour récupérer ce lac avant qu’il ne disparaisse complètement, il dispose d’une série de points d’intérêt que l’on peut visiter pour apprécier les nombreux éléments naturels qu’il a encore à offrir, comme un lieu magique plein d’une grande diversité de flore, de faune et de sites historiques.

Dans ce sens, vous pouvez visiter la ville de Texcoco, qui était appelée par les Espagnols “l’Athènes de la vallée”, connaissant en son sein de nombreux éléments indigènes qui sont encore préservés.

Il y a aussi les zones archéologiques, où se trouvent les vestiges des premiers peuplements qui ont eu lieu dans la région de Texcoco et qui, comme on le sait, ont initié les changements enregistrés sur les eaux du lac. Cette expérience nous permet également de découvrir les traces archéologiques du développement hydraulique des Acolhuas.

Il convient de mentionner que de nombreuses découvertes archéologiques dans la région du lac Texcoco ont été impressionnantes. Au cours de l’année 1996, les restes de mammouths ont été trouvés, ainsi que d’autres espèces telles que des bisons, des chevaux et des lapins dans la zone identifiée comme San Miguel, qui sont actuellement conservés dans un petit musée qui peut être visité.

Les lieux touristiques et leur histoire

Il y a le Puerto de los Bergantines qui est représenté par un obélisque, pour commémorer le site d’où partaient les navires pour attaquer la population de Tenochtitlan, qui était située sur une île du lac Texcoco, un événement qui s’est produit en 1521, quelque chose de très historique et qui mérite d’être contemplé par tous les visiteurs de ce bel endroit.

Mais parmi les étapes touristiques obligatoires de cette ville, nous ne pouvons manquer de mentionner les lieux suivants :

Les ruines de Texcotzingo : Ici, vous pouvez apprécier les restes de quelques structures correspondant à l’ancienne civilisation Acolhua, qui ont malheureusement été détruites par le chef religieux Juan de Zumárraga, mais qui constituent aujourd’hui une référence historique importante du Mexique.
La cathédrale de Texcoco : appelée l’Immaculée Conception, construite au XVIe siècle par les frères franciscains. On y a installé la première école pour les indigènes d’Amérique et on peut même apprécier un incroyable alphabet latin gravé sur la pierre de sa porte orientale. Bien que sa façade soit simple, les retables de son intérieur et un cloître méritent d’être visités.
Parc national Molino de Flores : il s’agit d’un espace naturel idéal à visiter en famille, où vous pourrez profiter d’une hacienda qui se trouve à l’intérieur et qui propose un musée, des promenades à cheval et des aires de pique-nique. Vous pouvez apporter votre propre nourriture ou goûter aux délices qui y sont proposés. L’entrée est gratuite et vous ne devez payer que les frais de stationnement si vous venez avec votre propre véhicule. L’endroit offre des vues incroyables pour prendre des photos et créer de beaux souvenirs, mais les visiteurs récents disent que les autorités doivent accorder un peu plus d’attention à sa conservation.
Parc municipal Gustavo Baz : c’est l’endroit idéal pour les amateurs d’activités physiques en plein air, car il dispose de vastes espaces idéaux pour faire de l’exercice. C’est un espace où l’on peut respirer la paix, surtout le matin, et il dispose également d’espaces adaptés aux sports, tels que des terrains de volley-ball, de basket-ball, de football, de fronton, de course, de patinage et une piste de marche, entre autres. En outre, ce parc accueille souvent des concerts auxquels assistent de nombreuses personnes. Bien qu’il ne dispose pas de parking intérieur, vous pouvez vous garer dans les environs.
La Plaza Molino : Nous avons voulu inclure cet endroit dans la liste parce qu’il est vraiment bon, bien que très peu de gens le connaissent parce qu’il n’est pas très connu et qu’il n’est pas très facile à trouver par ses voies d’accès. Les habitants le décrivent comme un endroit idéal pour manger ou se retrouver entre amis pour discuter et boire un verre. Il offre d’excellentes options en termes de restaurants de cuisine japonaise et coréenne, mais pour les amateurs de classiques, vous pouvez également y déguster de délicieuses ailes de poulet, pizzas, entre autres. L’atmosphère est idéale pour passer un agréable moment en compagnie.

Nous terminons en commentant qu’à Texcoco et dans les régions voisines qui font partie de la zone métropolitaine de la Vallée du Mexique, se concentre actuellement au moins 19% de toute la population mexicaine. La zone orientale, ou celle des lacs, reste la partie la plus pauvre de cette grande ville, qui est essentiellement utilisée comme une cité-dortoir.