Frida Kahlo

 
Magdalena Carmen Frida Kahlo Calderón, née à Coyoacán le 6 juillet 1907 et décédée le 13 juillet 1954, était une peintre mexicaine. Sa vie a tout d’abord été marquée par des événements malheureux. A l’âge de 6 ans, elle contracte la polio puis est victime d’un grave accident de la route durant sa jeunesse qui l’a maintenue alitée pendant de longues périodes. Elle subit alors 32 opérations chirurgicales. Elle mène par la suite une vie non conventionnelle. Ses peintures tournent autour de sa biographie et ses propres souffrances. Elle est l’auteur d’environ 200 œuvres, principalement des autoportraits, dans lesquels elle projette ses difficultés à survivre. Le travail de Frida et celui de son mari, le célèbre peintre Diego Rivera, s’influencent mutuellement. Tous deux partageaient un goût pour l’art populaire mexicain aux racines indigènes, inspirant d’autres peintres mexicains post-révolutionnaires.

En 1939, elle expose en France à l’invitation d’André Breton, qui tente de la convaincre qu’ils sont “surréalistes”, bien que Kahlo dise que cette tendance ne correspond pas à son art car elle ne peint pas des rêves mais sa propre vie. L’une des œuvres de cette exposition (Autoportrait – Le cadre, qui se trouve aujourd’hui au Centre Pompidou) est devenue le premier tableau d’un artiste mexicain acquis par le Musée du Louvre. Jusque-là, Frida Kahlo n’avait peint qu’en privé et il lui était difficile d’admettre que son travail pouvait être d’intérêt général. Bien qu’elle ait bénéficié de l’admiration de peintres et d’intellectuels éminents de son temps tels que Pablo Picasso, Vasili Kandinski, André Breton et Marcel Duchamp, son œuvre a acquis une renommée et une véritable reconnaissance internationale qu’après sa mort, surtout à partir des années 1970.

 

Histoire

Durant sa longue convalescence suite à l’accident qu’elle a eu à 18 ans, Frida Kahlo a appris à peindre. En 1929, elle épouse le muraliste Diego Rivera. Trois ans plus tard, elle subit un avortement qui l’affecte profondément et inspire deux de ses plus grandes œuvres : L’Hôpital Henry Ford (Henry Ford Hospital) et Frida et la fausse couche (Frida y el aborto), dont la symbologie complexe a été expliquée par la peintre elle-même.

Ses autoportraits sont également très appréciés, de même que ceux possédant une interprétation complexe : Autoportrait au singe (Autorretrato con monos) ou Les deux Fridas (Las dos Fridas). Lorsqu’André Breton découvre le travail de Frida Kahlo, il affirme que la Mexicaine est une surréaliste spontanée et l’invite à exposer à New York et à Paris. Or, Frida ne s’est jamais sentie proche du surréalisme. Au cours de ses jours, elle a ouvertement refusé de laisser sa création artistique s’inscrire dans cette tendance.

 

Symbole du féminisme

Au début du XXème siècle, la suprématie du masculin constituait le bon sens, les femmes jouaient un rôle qui les subordonnait clairement aux hommes. Frida, bien que mariée et montrant beaucoup d’amour envers son mari, était autosuffisante et forte. Elle se représentait de façon ambiguë dans son travail, avec des caractéristiques sexuelles androgynes, certains traits étant considérés comme masculins tels que son monosourcil (synophridie) et sa moustache naissante. Elle a été l’une des premières peintres à exprimer dans son travail l’identité féminine de son propre point de vue, rejetant la vision du féminin qui s’inspirait du monde traditionnel masculin.

 

Oeuvres

 

Date Titre
1925 Nature morte (roses)
1926 Autoportrait dans une robe violette
1927 Si Adelita… ou les chapeaux pointus
Portrait d’Adriana
Adelita, Pancho Villa et Frida
Portrait d’Alicia Galant
Portrait de Miquel N. Lira
1928 Portrait de Christina, ma sœur
Portrait d’Alejandro Gómez Arias
1929 Autoportrait – Le temps s’envole
Portrait de Virginia (petite fille)
Deux femmes
Le bus
Portrait de Lupe Marín
Portrait de Isolda Pinedo Kahlo
1930 Autoportrait
Portrait d’une femme en blanc
1931 Portrait d’Eva Frederick
Frieda et Diego Rivera
Display Window in a Street in Detroit
Portrait du Dr. Leo Eloesser
Portrait de Luther Burbank
Portrait de Mademoiselle Jean Wight
1932 Autoportrait à la frontière du Mexique et des États-Unis
L’Hôpital Henry Ford, huile sur métal, 30 × 38 cm
My Birth
1933 Ma robe s’accroche là
Autoportrait avec collier
1934 Autoportrait aux cheveux bouclés
1935 Quelques petites piqûres
1936 Mes grands-parents, mes parents et moi
1937 Portrait de Diego Rivera
Moi et ma poupée
Mémoire
Le défunt Dimas Rosas a trois ans
Autoportrait dédié à Léon Trotsky
Fulang-Chang et moi
Ma nounou et moi
1938 Autoportrait avec le chien Itzcuintli
Autoportrait avec deux oiseaux, huile sur aluminium, 59 × 37 cm
Autoportrait avec un singe
Autoportrait – L’armature
Ce que l’eau me donne, 38 × 30 cm
Fille au masque de mort
Les Fruits de la Terre
Ils ont demandé des avions mais ont obtenu des ailes de paille
Pitahayas
Quand je t’ai, la Vie, combien je t’aime
Quatre habitants de Mexico
Souvenir d’une blessure ouverte
Le Suicide de Dorothy Hale
1939 Deux nus dans la foret (La Terre même)
Les deux Fridas
1940 Autoportrait au collier d’épines et colibri
Autoportrait au singe
Autoportrait dédicacé au Docteur Eloesser
Le tableau blessé
Retablo
Le rève (le lit)
Autoportrait aux cheveux rasés
Autoportrait dédicacé à Sigmund Firestone
1941 Moi et mes perroquets
Autoportrait avec tresse
Autoportrait avec Bonito
Panier de fleurs
1942 Nature morte (rond)
Autoportrait avec singe et perroquet
1943 Racines
Penser à la mort
La jeune mariée effrayée d’avoir la vie devant-elle
Autoportrait avec des singes
Diego dans mes pensées
Portrait de Natasha Gelman
Fleur de la vie
1944 La Colonne brisée, huile sur masonite
Diego et Frida 1929-1944
Portrait d’Alicia et Eduardo Safa
Portait de Doña Rosita Morillo
Portrait de l’ingénieur Eduardo Morillo Safa
Portrait de Lupita Morillo Safa
Portrait de Mariana Morillo Safa
Portrait de Marte R. Gómez
1945 Autoportrait avec singe
Moses
Sans espoir
Le masque
Autoportrait avec un petit singe
1946 L’arbre de l’espoir, rester fort
Paysage
Le cerf blessé
1947 Autoportrait aux cheveux lâchés
Le soleil et la vie
1948 Autoportrait
1949 Diego et moi
L’Étreinte de l’univers, de la terre, du Mexique, de Diego, de moi et de Señor Xolotl, huile sur toile
1950 Portrait de la famille de Frida
1951 Nature morte avec perroquet et drapeau
Portrait de mon père
Nature morte avec perroquet et fruit
Noix de coco pleurantes
Noix de coco
Autoportrait avec le portrait du Docteur Farill
1952 Nature morte dédicacée à Samuel Fastlicht
Nature vivante
1953 Fruit de la vie
1954 Autoportrait avec Staline
Viva la Vida, pastèques
Fours de brique
Nature morte avec drapeau
Le marxisme redonnera la santé aux malades
Autoportrait avec un portrait de Diego sur le sein et de Maria entre les sourcils