“Les deux Fridas” de Frida Kahlo

12 février 2021 0
“Les deux Fridas” de Frida Kahlo

Frida Khalo (Coyoacán, 6 juillet 1907 – 13 juillet 1954) est l’une des plus importantes peintres mexicaines de la première moitié du XXe siècle et une figure emblématique de ce siècle, qui est devenue une référence pour son activisme et l’originalité de son œuvre. Son travail est controversé en raison de son caractère rupturiste et inclassable. Ainsi, elle ne s’est jamais considérée comme une surréaliste, restant toujours quelque part entre le surréalisme et le réalisme magique.

Analyse de l’oeuvre “Les deux Fridas”

Cette œuvre de Frida Khalo est pleine de symbolisme et nous montre l’image que la peintre avait d’elle-même, nous plongeant dans cet univers de douleur physique et émotionnelle.

“Les Deux Fridas” est la première grande peinture à l’huile de l’artiste, car Frida avait l’habitude de peindre en plus petit format sur son lit. Dans ce cas, Frida a opté pour une toile à l’huile de 173 x 173 centimètres, sa première grande œuvre, qu’elle a achevée en 1939, l’année même où elle divorçait du célèbre muraliste Diego Rivera.

Dans cette grande toile, Frida Kahlo peint un double autoportrait représentant deux vendredis assis sur un banc sur un fond gris d’un ciel sombre et orageux. Les deux personnages se tiennent la main et fixent le spectateur.

La Frida de gauche porte une robe blanche à fleurs, de style victorien, qui montre le côté européen de l’artiste, son père étant allemand.
Alors que la Frida à droite représente le côté indigène et mexicain de l’artiste. Cette Frida est vêtue d’un costume traditionnel de Tehuana, tenant dans sa main un portrait miniature de Diego Rivera.

Un autre des aspects les plus frappants est la façon dont Frida nous montre ses organes internes pour révéler sa douleur de la manière la plus brutale. Ainsi, la Frida de gauche a le cœur ouvert et une veine qui tombe sur sa jupe, se montrant clampée, mais répandant du sang. Ce cœur est également relié au cœur de la Frida sur la droite, le cœur étant complètement sorti de la poitrine et une autre veine en sortant qui est reliée au petit portrait de Rivera.

Quelle est la signification du tableau ?

Les experts soulignent que ce travail était une sorte de thérapie pour surmonter la séparation d’avec Diego Rivera. La relation entre la jeune Frida et Rivera a commencé lorsque le peintre a été ébloui par la personnalité brillante et explosive de la muraliste, déjà une figure du monde de l’art. Rivera a rencontré Frida quatre ans après l’accident de voiture de la jeune femme, est tombé amoureux d’elle et l’a épousée, malgré la réticence de la mère du peintre à l’épouser en raison de ses fréquentations.

Comme on le craignait, la relation entre les deux peintres était tumultueuse, les deux étant infidèles, mais la séparation était également douloureuse. Ainsi, une des interprétations est que le tableau représente l’angoisse que la séparation a générée en lui. Le peintre est présent dans un portrait de Rivera que la Frida de droite tient dans ses mains et dans la pièce manquante dans le cœur de la Frida de gauche, une manière de faire allusion à son rejet de ses connexions européennes.

Frida montre la dualité de son identité, une métaphore commune en elle, reflétant l’influence mexicaine de sa mère et l’influence européenne de son père, sans y renoncer et en essayant de montrer avec ces mains liées le lien rationnel de cette union. L’autre connexion, les artères, représente l’union des émotions. Elle sait que la Frida européenne a un héritage plus traditionnel et plus conservateur, tandis que la Frida qu’elle a découverte avec Rivera, l’indigène, est une femme fière de ses racines et qui se sent unie à son mari. Ainsi, Frida oscille entre autonomisation et soumission.

Frida a souligné que l’œuvre faisait référence à la mémoire d’un ami d’enfance imaginaire, et a noté plus tard qu’elle essayait d’exprimer la solitude qu’elle ressentait à cause de sa séparation d’avec Rivera.

Le style et la symbolique de la peinture

Frida Khalo a un style de peinture unique, naïf et autodidacte, mêlant le réalisme à la fantaisie et au folklore mexicain.

Bien qu’André Breton, l’un des pères du surréalisme, ait tenté de revendiquer son travail comme faisant partie du mouvement surréaliste, le peintre l’a rejeté, considérant qu’elle ne peignait pas des rêves ou des cauchemars, mais seulement ce qu’elle vivait. En outre, Frida considère que son travail est également teinté de politique, défendant le nationalisme mexicain et faisant revivre le folklore et la culture traditionnels.

Frida a également introduit le symbolisme féministe dans ses peintures, en y montrant ses expériences en tant que femme : mariage, maternité, fertilité et une image d’elle-même qui fuit les conventions de la beauté féminine en se représentant avec des poils sur le visage.