Biographie d’Hernán Cortés

13 mai 2020 0
Biographie d’Hernán Cortés

Hernán Cortés était un conquistador espagnol qui a exploré l’Amérique centrale, renversé Montezuma et son vaste empire aztèque et gagné le Mexique pour la couronne d’Espagne.

Qui était Hernán Cortés ?

Né vers 1485, Hernán Cortés était un conquistador, navigateur et un explorateur espagnol qui a vaincu les Aztèques et a revendiqué le Mexique pour l’Espagne.

Il a mis les voiles pour la première fois vers le Nouveau Monde à l’âge de 19 ans. Cortés s’est ensuite joint à une expédition à Cuba. En 1518, il part explorer le Mexique.

Cortés a aligné stratégiquement certains peuples indigènes les uns contre les autres et a finalement renversé le vaste et puissant empire aztèque. En récompense, le roi Charles Ier le nomme gouverneur de la Nouvelle-Espagne en 1522.

Les débuts

Cortés, marqués del Valle de Oaxaca, est né vers 1485 à Medellín, en Espagne. Il est issu d’une famille moins noble en Espagne. Certains rapports indiquent qu’il a étudié à l’université de Salamanque pendant un certain temps.

En 1504, Cortés quitte l’Espagne pour aller chercher sa fortune au Nouveau Monde. Il se rendit sur l’île de Saint-Domingue, ou Hispaniola. S’installant dans la nouvelle ville d’Azúa, Cortés exerce la profession de notaire pendant plusieurs années.

Il se joint à une expédition de Cuba dirigée par Diego Velázquez de Cuéllar en 1511. Cortés y travaille au sein du gouvernement civil et devient maire de Santiago pendant un certain temps.

Préparation à l’expédition du Mexique

Il menait à Cuba une vie paisible de colon et d’homme d’affaires lorsque, las, des groupes de colons de l’île entreprirent les voyages de Hernandez de Cordoba (1517) et de Grijalva (1518), qui révélèrent l’existence du Yucatan et du Mexique, d’une culture indigène supérieure à celle observée jusqu’alors, ainsi que des indices d’or et de richesse. Depuis Ulúa, une ville de Veracruz, Grijalva envoya Pedro de Alvarado pour avertir Velázquez, qui prépara immédiatement une autre expédition, mais sans penser à se mettre à la tête ; il cherchait un chef suffisamment subordonné et en même temps avec un esprit d’initiative et capable de mener à bien la conquête, et il pensait le trouver en Cortés, également conseillé par le comptable Amador de Lares et son secrétaire Andrés de Duero, amis et associés du premier ; Avant le retour de Grijalva, des instructions ont été émises (23 octobre 1518), selon lesquelles Cortés devait rechercher Grijalva, explorer le pays découvert, en prendre possession, délivrer quelques captifs chrétiens dont il y avait des rumeurs, obtenir de l’or, répandre la foi, etc. , en omettant la fondation de villes, car Velazquez n’était pas autorisé à le faire.

Cortès déploie une activité très intense pour préparer la flotte et ses approvisionnements et recruter des expéditionnaires, ce qui n’est pas difficile en raison de l’attrait de la nouvelle terre et de l’ascendant et des talents de persuasion du capitaine, qui investit dans l’entreprise sa fortune et celle de quelques amis, et emprunte d’autres sommes, prenant déjà des airs de grand seigneur. Velazquez commença à se méfier de lui mais il ne se décida pas à lui retirer son commandement avant son départ, qu’il fit de Santiago le 18 novembre 1518, aux ports de Trinidad et de La Havane. Ce dernier était toujours sur la côte sud. l accumula davantage de provisions et fut rejoint par de nombreux conquistadors, et il lui fut désormais facile de désobéir à Velazquez, qui voulait révoquer tardivement sa nomination.

Résumé de la conquête de l’empire aztèque

En 1518, Cortés devait commander sa propre expédition au Mexique, mais Velázquez l’a annulée. Dans un acte de défi mutin, Cortés ignore l’ordre, et met les voiles pour le Mexique avec plus de 500 hommes et 11 navires cette année-là.

En février 1519, l’expédition atteint les côtes mexicaines. Selon certains témoignages, Cortés fit alors détruire tous ses navires sauf un, qu’il renvoya en Espagne. Cette décision effrontée élimine toute possibilité de repli.

Cortés s’allia avec certains des peuples indigènes qu’il rencontra, mais avec d’autres, il utilisa une force mortelle pour conquérir le Mexique. Il a combattu les guerriers Tlaxacan et Cholula, puis s’est fixé pour objectif de prendre le contrôle de l’empire aztèque.

Il se rendit à Tenochtitlán, la capitale aztèque et le domicile du souverain Montezuma II. Après avoir été invité dans le palais royal, Cortés prend Montezuma en otage et ses soldats pillent la ville.

Mais peu après, Cortés quitte précipitamment la ville après avoir appris que les troupes espagnoles viennent l’arrêter pour avoir désobéi aux ordres de Velázquez.

Après avoir repoussé les forces espagnoles, Cortés retourne à Tenochtitlán pour constater qu’une rébellion est en cours, au cours de laquelle Montezuma est tué. Les Aztèques ont finalement chassé les Espagnols de la ville, mais Cortés est revenu pour les vaincre et prendre la ville en 1521, mettant ainsi fin à l’empire aztèque.

Dans leurs sanglantes batailles pour la domination des Aztèques, Cortés et ses hommes auraient tué jusqu’à 100 000 indigènes. Le roi Charles Ier d’Espagne (également connu sous le nom d’empereur du Saint Empire romain Charles V) le nomme gouverneur de la Nouvelle Espagne en 1522.

Hernan Cortes, indépendance du Mexique

Cortés rencontre Doña Marina, la Malinche

L’expédition, partie de La Havane le 10 février 1519, fait une première escale sur l’île de Cozumel, où elle est rejointe par le naufragé Jeronimo de Aguilar ; un autre naufragé, Gonzalo Guerrero, refuse de retourner aux côtés des Européens.

Le 4 mars, les forces de Cortés reprennent la navigation et passent le cap Catoche, à l’extrémité nord-est de la péninsule du Yucatán. Ils continuèrent vers l’ouest et atteignirent Campeche, pénétrant le 12 du même mois le long de la rivière Tabasco, appelée plus tard la Grijalva, jusqu’à Centla ou Zintla.

C’est là qu’ont lieu les premiers affrontements avec les Indiens. Les Espagnols en étant sortis triomphants, ils fondent la Villa de Santa María de la Victoria le 25 mars. À cette date, en signe de soumission, les caciques locaux recevaient divers cadeaux.

Il convient de mentionner que parmi eux, il y avait vingt femmes. L’une d’entre elles était Malintzin, appelée aussi Doña Marina ou la Malinche, qui allait bientôt devenir la deuxième interprète et le premier amour indigène du capitaine Cortés.

Les navires reprennent leur marche et longent la côte du Golfe du Mexique jusqu’au port de San Juan de Ulua dans l’après-midi du Jeudi Saint, le 21 avril 1519. Peu après, les premiers envoyés du Señor Moctezuma ont fait leur apparition.

Le lendemain, Cortés fait débarquer ses hommes, ordonne de planter les premiers reals et fait échouer certains des navires qu’il transporte. Cela devait rendre impossible le retour des soldats qui tentaient de déserter.

Conquête de Tlaxcala

Sur les conseils des Cempoaltecas, il se rendit sur le territoire de la seigneurie ou république de Tlaxcala, ennemie indépendante et irréconciliable des Aztèques de Tenochtitlan ou du Mexique, dont il souhaitait s’assurer l’alliance ; mais le gouvernement de Tlaxcala préféra l’affronter, jusqu’à ce que la victoire de Cortés amène une alliance étroite, très ferme et à l’épreuve des revers. Avec Tlaxcala, Cortès disposait d’une base sûre pour sa marche audacieuse vers le Mexique, apparemment ami, et dont l’irrésolu et faible Moctezuma tenta en vain de le dissuader par des messages.
Jal-ixco

Les Tlaxcalans ont accompagné les Espagnols dans les explorations qui ont suivi la conquête du nord du Mexique.

Après vingt jours, il quitta Tlaxcala, avec plusieurs milliers de ses nouveaux alliés, et passa par Cholula, où il fit un massacre, en prévision d’une surprise et pour châtier d’éventuels ennemis. Sans tenir compte des remarques de Montezuma, il atteignit les rives du lac sur lequel était installée Tenochtitlan, et par la chaussée d’Iztapalapa pénétra (8-XI) dans la grande capitale nahua, chef de la confédération aztèque, qui avait imposé son hégémonie sur Anahuac et un vaste territoire, gouverné par le chef des hommes ou tlacatecuhtli.

Fin de la conquête

Cuitláhuac étant mort (XII-1520) d’une épidémie de variole, maladie nouvelle à cet endroit et qui fit des ravages considérables parmi les Indiens, lui succéda le brave Cuauhtémoc (Guatimocín), neveu de Moctezuma et défenseur tenace de l’indépendance de son peuple. Le dernier jour de l’année 1520, Cortès prit possession de Texcoco, comme nouvelle base dans la vallée du Mexique, où il fit transporter les treize brigantins par des tamemes ou Indiens de charge et les lança dans le lac, tandis que lui ou Sandoval faisait une série d’expéditions qui rasaient les villes aztèques dans la vallée ou sur les rives du lac, et imposait son autorité et son alliance à d’autres tribus, préparant une grande coalition contre la confédération aztèque ; après avoir promulgué quelques ordonnances à Tlaxcala, première loi espagnole au Mexique, dans lesquelles il justifie la guerre uniquement pour étendre la foi, il entame la campagne définitive contre Tenochtitlan.

Il disposait des navires, de 900 Espagnols, de 18 canons et de milliers d’alliés indiens. Il fit pendre le chef tlaxcalan Xicoténcatl le Jeune, qui voulait abandonner l’armée assiégeante, et la divisa en trois troupes commandées par Alvarado, Sandoval et Olid. Le véritable siège commença fin mai 1521 et dura jusqu’au 13 août, date à laquelle Cuauhtémoc, qui avait refusé de se rendre, tomba prisonnier ; une grande partie de la population avait péri, et la ville fut complètement rasée, ayant été conquise maison par maison et détruisant tout pour ne laisser aucun point de défense. A la fin, les restes de la population furent enveloppés et acculés dans un petit espace dans le quartier et ancien manoir de Tlaltelolco, au nord-ouest de l’île. La conquête était pratiquement terminée, complétée par plusieurs expéditions qui soumirent, sans grande difficulté, en général, d’autres territoires, comme le royaume de Michoacán, qui fut facilement soumis. Coatzacoalcos, Oajaca, Tehuantepec, Pánuco, les rives du Pacifique et Tuxtepec, où Sandoval fonda Medellín (1522), la troisième ville espagnole.

Reconstruction de Mexico

Cortés s’installe à Coyoacán et se décide enfin à reconstruire Mexico, malgré les inconvénients de sa situation lacustre, en raison de son grand prestige (début 1522), en la fondant à nouveau comme ville espagnole et en nommant au préalable son conseil municipal. La reconstruction a été effectuée rapidement ; il a également restauré une partie de l’organisation indienne pour faciliter le gouvernement des Indiens, par l’intermédiaire de leurs autorités. Mais il a eu la faiblesse, à la chute du Mexique, de permettre le tourment donné par le trésorier Julian de Alderete à Cuauhtemoc et au seigneur de Tacuba pour récupérer les trésors perdus et qui n’apparaissaient pas, car le montant distribué aux soldats était ridicule.

Ascension au poste de gouverneur et capitaine général de la Nouvelle-Espagne

Cortès avait montré dans la conquête de superbes dons de capitaine, un courage inébranlable, une ténacité et des qualités de général expert ; dans l’organisation de la paix, dans l’établissement de la civilisation espagnole, dans la tâche d’y assimiler les peuples vaincus, dans le gouvernement de la Nouvelle-Espagne, il devait faire preuve de conditions tout aussi exceptionnelles de politicien et d’homme d’Etat. Il capture Garay, l’empêchant de garder Panuco, et ses chefs fondent deux nouveaux villages, Espiritu Santo à Coatzacoalcos, et Santisteban, à Panuco, ainsi que le port de Zacatula sur le Pacifique (1525), où il installera plus tard des chantiers navals, afin de poursuivre les découvertes.

À la fin de 1521, le nouveau gouverneur Cristobal de Tapia arrive, résultat des efforts de Velazquez et de la mauvaise volonté de l’évêque Fonseca, mais il n’est pas admis. Pour gagner la faveur de Charles Quint, Cortès lui envoie le meilleur des trésors qu’il a conquis avec Antonio de Quiñones – qui meurt en route – et Alonso de Avila, qui est fait prisonnier par les Français. Les efforts d’Ordas, du père de Cortes et d’autres amis, et l’argument persuasif de ses exploits et de ses présents triomphèrent pour le moment de ses ennemis, et il fut nommé gouverneur et capitaine général de la Nouvelle-Espagne (15 oct. 1522), ce qui lui donna raison contre Velasquez.

Expédition au Honduras

Homme très actif, il se croit obligé et son tempérament l’entraîne vers de nouvelles entreprises, il entreprend donc une expédition extrêmement dangereuse qui aurait pu lui coûter cher et compromettre la consolidation de la conquête. En 1523, il envoya Alvarado à la conquête du Guatemala, et peu après, au début de 1524, Olid par mer, à celle du Honduras ou Hibueras ; mais ce dernier se révolta contre Cortès, qui envoya son parent Francisco de las Casas pour le soumettre, et sans attendre la fin de l’affaire, il partit en personne, avec une brillante armée, accompagné par Doña Marina, Sandoval, Cuauhtemoc, et d’autres seigneurs aztèques par précaution ; Il laissa imprudemment à l’abandon le gouvernement, qu’il confia au trésorier Alonso de Estrada, au comptable Rodrigo de Albornoz et au licencié Alonso de Zuazo, mais donna ensuite de larges pouvoirs à deux autres officiers royaux, le facteur Gonzalo de Salazar et le surveillant Peralmindez Chirinos, des gens sans scrupules, qui s’emparèrent du gouvernement, expulsant les autres, et tyrannisèrent et ingouvernèrent le Mexique pendant l’absence de Cortès.

Ces derniers se mirent en route en octobre 1524 et, au lieu de suivre la route maritime, entrèrent par voie terrestre, par le Tabasco et le Chiapas, et coupèrent la péninsule du Yucatan à sa base, à travers des jungles, des marécages et de puissantes rivières, dans une lutte effrayante contre la nature tropicale, qui révéla la folie du plan ; c’était la première fois qu’une armée européenne s’enfonçait profondément dans les jungles des tropiques. Les épreuves et les misères dépassaient celles de la plupart des expéditions malheureuses. En chemin (Izancanac) a exécuté Cuauhtémoc, sur des soupçons, probablement faux, qu’il conspirait. Après plusieurs mois de lutte dans la jungle et la construction d’immenses ponts – il en reste un – il atteint le Honduras, où Olid a déjà péri aux mains de Casas et González Dávila, qui, à leur tour, sont partis au Mexique. Il trouve les colons espagnols en détresse et leur porte secours, fondant le village de La Natividad (Puerto de Caballos) ; Casas avait fondé Trujillo. Il songeait encore à poursuivre ses entreprises en Amérique centrale, malgré la faim et le sort des hôtes et des colons, lorsque la nouvelle qu’il reçut des outrages de Salazar et Chirinos, qui le croyaient mort, le décida à revenir. Apprenant qu’il était vivant, une insurrection renversa les tyrannulettes, et Cortès entra au Mexique en triomphe, en juin 1526.

Les années suivantes

Malgré sa victoire décisive sur les Aztèques, Cortés doit faire face à de nombreuses contestations de son autorité et de sa position, tant de la part de l’Espagne que de ses rivaux du Nouveau Monde. Il se rend au Honduras en 1524 pour mettre fin à une rébellion contre lui dans la région.

En 1536, Cortés a mené une expédition dans le nord-ouest du Mexique, explorant ainsi la Basse Californie et la côte Pacifique du Mexique. Ce sera sa dernière grande expédition.

De retour dans la capitale, Cortés se retrouve sans cérémonie écarté du pouvoir. Il se rend en Espagne pour plaider sa cause auprès du roi, mais il n’est pas reconduit dans ses fonctions de gouverneur.

Comment est mort Hernan Cortes ?

En 1541, Cortés se retire en Espagne. Il a passé une grande partie de ses dernières années à chercher désespérément la reconnaissance de ses réalisations et le soutien de la cour royale espagnole. Riche mais aigri par son manque de soutien et de reconnaissance, Cortés meurt en Espagne en 1547.

Disparition mystérieuse

Mais le Mexique a ensuite déclaré son indépendance en 1810.

En 1823, “la ville de Mexico était en feu avec des pamphlets, avec des appels à expulser les Espagnols, à déterrer les restes de Cortés et à les traîner dans les rues”, a déclaré De Mauleon.

Un historien et écrivain conservateur, Lucas Alaman, a décidé de ne pas laisser cela se produire. Il s’est glissé dans l’église et a retiré le corps de Cortés de sa tombe.

Pendant plus d’un siècle, sa localisation est restée un mystère. Les historiens ont supposé qu’il se trouvait en Espagne ou en Italie.

Puis, en 1946, un réfugié de la guerre civile espagnole et un étudiant cubain ont invité l’historien Francisco de la Maza à une réunion secrète. Là, ils lui ont dit qu’ils avaient une lettre laissée par Alaman avec une carte du corps de Cortés.

Il s’est avéré que les restes se trouvaient à quelques mètres de l’endroit où Alaman les avait emmenés, enfermés dans un mur de la même église.

Avec l’autorisation du gouvernement, De la Maza a mené une fouille secrète – et a trouvé ce que les experts ont confirmé être le corps de Cortés.

C’était bien loin de l’image du jeune conquistador viril, a déclaré De Mauleon.

“Il avait une dent, diverses blessures subies au combat, et ses os semblaient érodés par une maladie vénérienne”, a-t-il dit.

Le gouvernement a ordonné que le corps soit ramené au même endroit. Aujourd’hui, il est marqué par une plaque discrète : “Hernán Cortés, 1485-1547.”

La mort d’Hernan Cortez

L’homme qui a découvert le Mexique, Hernan Cortes, est mort le 2 décembre 1547.

Selon les normes occidentales modernes, la nation aztèque du Mexique était barbare, tout comme l’armée conquistador de Hernando Cortéz qui l’a détruite en 1521. À la mort de Cortéz, vingt-six ans plus tard, en ce jour de 1547, les peuples indigènes d’Amérique centrale vivaient sous la domination de l’Espagne.

Les hommes qui ont été envoyés en Amérique pour étendre l’empire espagnol étaient, par nécessité, des individus largement désespérés, des hommes qui n’avaient pas grand-chose à perdre en naviguant vers un territoire inconnu et dangereux. Beaucoup ont été séduits par la promesse, généralement illusoire, d’or et de richesses inimaginables à prendre. Cela explique en partie leur comportement sauvage une fois arrivés sur le continent, mais ne tient pas compte des machinations de leurs chefs, en particulier de Cortéz.

Bien qu’il ne l’ait jamais fait, Cortéz voulait diriger la colonie espagnole en Amérique centrale. En ce sens, il était un jeune homme pressé, soucieux de détruire la civilisation aztèque existante sous son chef, Moctezuma, et d’établir sa propre base de pouvoir. En tant que non-aristocrate d’Extramadure, une région dénudée et périphérique de l’Espagne, Cortéz, comme de nombreux conquistadors, savait que la seule façon pour lui de devenir un puissant dynaste propriétaire de terres serait dans le Nouveau Monde plutôt que dans l’Ancien.

Dans cette situation, les Aztèques avaient peu de chances Lorsque les Espagnols arrivèrent dans la capitale Tenochtitlan en 1519, Moctezuma les accueillit faiblement mais amicalement. Les Aztèques n’étaient pas un peuple primitif. Ils étaient certes agressifs et souvent horribles dans leurs pratiques – les sacrifices humains aux dieux faisaient partie de la vie quotidienne – mais leur civilisation était très développée et leur capitale, construite artificiellement sur un lac pour la protection, était magnifiquement disposée autour d’un complexe de temples sophistiqués. Elle était également plus grande et plus peuplée que de nombreuses villes espagnoles, dont Séville, Grenade, Tolède et Valence.

Au début, les Espagnols étaient amicaux, échangeaient des cadeaux et se comportaient bien, mais Cortéz s’est vite emparé de Moctezuma et l’a pris en otage. Lorsque Moctezuma mourut en juin 1520, les Aztèques se soulevèrent enfin et chassèrent les Espagnols. Mais les conquistadors ne tardent pas à revenir et rasent la ville en août 1521.

Cortéz n’était pas maître du Mexique. Mais ayant gagné le territoire par la force, il a du mal à régner. Au fil des ans, Cortéz, le capitaine général autoproclamé de la Nouvelle Espagne de la mer de l’Océan, administre la colonie d’une manière de plus en plus arrogante et royale. La colonie est pleine d’hommes aussi ambitieux et impitoyables que lui qui se regroupent en partis pro et anti-Cortez. Des rumeurs se répandent selon lesquelles il aurait assassiné sa femme, des plaintes sont formulées à propos de ce style autoritaire, des complots se dessinent contre lui. Finalement, des fonctionnaires furent envoyés par l’Espagne pour aider à administrer la colonie, ce qui n’améliora pas le tempérament déjà instable et amer de Cortéz.

Cortéz n’a jamais atteint le titre de vice-roi qu’il souhaitait tant. Il s’était fait trop d’ennemis. En 1540, il abandonna et retourna en Espagne, laissant derrière lui la colonie qu’il avait créée par la force de sa personnalité. Il ne gouvernera jamais vraiment l’empire qu’il a contribué à créer. Mais, même ainsi, il avait établi une forme ou une règle qui était tout aussi influente que les interventions de la Grande-Bretagne en Amérique du Nord, tandis que les États-Unis indépendants adoptaient la démocratie parlementaire de leur ancien maître colonial, la plupart des États sud-américains, ou du moins les généraux et les dictateurs qui les dirigent, favorisent quelque chose de plus proche de Cortéz et des conquistadors, et avec des résultats tout aussi sanglants.

Descendance

Ses enfants, Martín Cortés, María, mariée au comte de Luna, Catalina et Juana, mariée au duc d’Alcalá, ont survécu à sa seconde épouse. Il eut de nombreux enfants naturels, les plus connus étant : Martín Cortés, fils de Doña Marina ; Luis, chevalier de Santiago ; Catalina Pizarro, fille d’un Indien cubain ; Leonor, fille de Tecuichpochtzin ou Isabel Moctezuma, fille de Moctezuma et qui fut mariée à Cuauhtémoc, Alonso de Grado et d’autres Espagnols. Leonor a épousé le mineur Juan de Tolosa et a été la belle-mère de Juan de Oñate ; et Maria, fille d’une autre princesse aztèque.