La Nouvelle-Espagne | Virreinato de Nueva España

10 février 2021 0
La Nouvelle-Espagne | Virreinato de Nueva España

La Nouvelle Espagne est née après la conquête de l’empire Mexica et la soumission des seigneuries. Dans diverses régions de l’actuel territoire du Mexique, la vie des peuples méso-américains a radicalement changé. Les Européens ont apporté des aliments, des animaux et des ustensiles qui leur étaient inconnus ; une nouvelle religion a été imposée. Le mélange racial a donné naissance à une autre race, le métis, et le territoire conquis a été organisé avec une nouvelle forme de gouvernement : la vice-royauté, un système de contrôle gouvernemental dans lequel un vice-roi, envoyé d’Espagne, gouverne au nom du monarque.

Création de la Nouvelle-Espagne

Après la conquête de Tenochtitlan, Cortés se proclame gouverneur de ce qu’il appelle la Nouvelle Espagne, poste qu’il occupe de 1521 à 1524. Dans les premières années de la colonisation, la Couronne espagnole n’avait pas beaucoup de contrôle sur les nouveaux territoires. C’est pourquoi, en 1523, fut créé le Conseil des Indes, un organisme chargé de rédiger toutes les lois relatives aux possessions de la couronne espagnole, bien qu’à caractère consultatif, nécessitant l’approbation du roi. En 1528, la première Real Audiencia est créée, dont la mission est d’établir une politique favorable au monarque pour contrer le pouvoir des premiers conquérants. Seul un système fermement contrôlé depuis la métropole pouvait empêcher la Nouvelle Espagne de devenir un territoire régi par les caudillos de la conquête et de la soustraction à la domination du roi. Bien qu’il ait partiellement atteint son objectif, son président, Nuño de Guzmán, a favorisé ses amis encomenderos, qui ont commis des abus contre les indigènes, au détriment du roi.

La route vers la Vice-Royauté de Nouvelle-Espagne

Incapable de limiter le pouvoir des premiers conquistadors, en 1531 est créée la deuxième cour royale, présidée par l’évêque Sebastián Ramírez de Fuenleal (1490-1547) et Vasco de Quiroga. Cette institution a réussi à imposer le pouvoir de la Couronne sur les encomenderos et a ouvert la voie à l’établissement de la vice-royauté, un système de contrôle gouvernemental dans lequel un vice-roi, envoyé d’Espagne, régnait au nom du monarque. En 1535, la Real Audiencia a transmis le gouvernement de la Nouvelle Espagne au premier vice-roi Antonio de Mendoza (1490-1552).

Le territoire de la Nouvelle-Espagne était administrativement divisé en royaumes et provinces gouvernés par des corregidores et alcaldes mayores, dont la fonction était de collecter le tribut payé par les Indiens, de veiller sur les encomenderos et de fonctionner comme des autorités provisoires. Dans les villes et les seigneuries indigènes, des cabildos ou ayuntamientos ont été fondés, des organes chargés de l’administration et des affaires judiciaires mineures. Dans ce système de gouvernement, la vieille noblesse indigène avait une fonction prépondérante dans la collecte du tribut qui correspondait au roi.

L’organisation des territoires

La vice-royauté de la Nouvelle Espagne en est venue à englober les territoires de l’Espagne en Amérique du Nord, en Amérique centrale, en Asie et en Océanie. L’organisation du territoire est issue des encomiendas, qui étaient accordées de préférence aux conquistadors qui participaient à la conquête du Mexique, et donc les encomenderos avaient un pouvoir absolu et étaient chargés d’organiser le travail de ses habitants dans leurs démarcations respectives. Les ressources minérales trouvées sous le sol de la Nouvelle Espagne, avec d’importants centres miniers tels que Guanajuato, San Luis Potosí et Hidalgo, constituaient l’une des plus grandes sources de richesse de la couronne, utilisée en Europe pour financer les dépenses de l’État, les coûts de guerre ou pour frapper la monnaie en circulation. La vice-royauté a également été l’un des principaux points de l’occidentalisation en Amérique.

Les activités économiques

Les principales activités économiques de la vice-royauté étaient l’exploitation minière, l’agriculture (maïs, cacao et autres produits originaires de l’ancienne Mésoamérique), l’élevage (introduit par les Européens, qui ont apporté la plupart des animaux élevés) et le commerce (limité aux seules possessions espagnoles, un acte de mercantilisme). Un autre élément important dans le développement de la Nouvelle Espagne est le rôle joué par l’Église catholique, qui a acquis un grand pouvoir en acquérant de grandes propriétés et en monopolisant l’éducation, les services de santé et d’autres domaines de l’administration publique. Son principal instrument de contrôle de l’observance de la foi était l’Inquisition espagnole, officiellement le Tribunal du Saint-Office de l’Inquisition, institué en 1571. Charles III d’Espagne a introduit des réformes dans l’organisation de la vice-royauté en 1786, connues sous le nom de Réformes Bourbon en Nouvelle Espagne, qui ont créé les Intendencias, qui ont limité le pouvoir du vice-roi. À partir du XIXe siècle, la vice-royauté est entrée en crise, aggravée par les guerres d’indépendance en Espagne, qui ont eu de graves conséquences pour la vice-royauté, auxquelles s’ajoute la crise politique de 1808, qui s’est terminée avec le gouvernement de José de Iturrigaray. Dans ce scénario, la Conjura de Valladalid et la conspiration de Querétaro ont précédé l’indépendance mexicaine qui a pris fin en 1821 avec la désintégration de la vice-royauté de la Nouvelle Espagne, après quoi l’Empire mexicain et le couronnement d’Agustín de Iturbide.

Nouvelles réformes

Au début du XVIIIe siècle, après l’extinction de la Maison de Habsbourg et la montée des Bourbons en Espagne (Guerre de Succession), une série de réformes ont été appliquées en Nouvelle Espagne, également dans les autres vice-royautés, qui avaient été précédemment appliquées à l’Espagne péninsulaire, connues sous le nom de Réformes Bourbon. Ces réformes ont acquis un caractère éclairé, en accord avec la pensée de l’époque, et leur objectif était de moderniser le pays, et dans le cas de la Nouvelle Espagne, l’administration coloniale. Les changements ont commencé à être appliqués en Nouvelle-Espagne à partir du milieu du siècle. Dans la sphère ecclésiastique, le pouvoir de l’archevêché a été réduit, l’expulsion des jésuites a été ordonnée et une partie des biens de l’église a été désaffectée. Dans le domaine administratif, un changement fondamental a eu lieu : l’introduction des intendances. Ce nouveau régime administratif abolit les royaumes et les commanderies, divisant le territoire en intendances et centralisant le pouvoir dans la figure de l’intendant. L’armée a également été touchée par les réformes. Les conflits entre les puissances coloniales sur la possession de divers territoires américains ont poussé la nouvelle administration Bourbon à institutionnaliser sa propre armée pour le Nouveau Monde.
Des changements économiques ont également été apportés. L’administration Bourbon a fait un effort pour augmenter les revenus du commerce, en le libéralisant et en détruisant les grands monopoles. En ce qui concerne le secteur minier, colonne vertébrale de l’économie de la Nouvelle Espagne, de nouvelles écoles ont été créées, des techniques de travail modernes ont été mises en œuvre, le financement a été augmenté et les charges fiscales ont été réduites grâce à une libéralisation notable du secteur.

En bref, toutes ces réformes visaient à centraliser le pouvoir administratif dans la couronne et à moderniser la structure productive en mettant en pratique les idées des Lumières qui ont influencé la plupart des monarques européens durant ces années.