Tenochtitlán : Histoire de la capitale aztèque

Tenochtitlán : Histoire de la capitale aztèque

18 mai 2020 0

Tenochtitlán était une ville aztèque qui a prospéré entre 1325 et 1521. Construite sur une île du lac Texcoco, elle possédait un système de canaux et de chaussées qui alimentait les centaines de milliers de personnes qui y vivaient.

Elle a été en grande partie détruite par le conquistador espagnol Hernán Cortés après un siège en 1521, et la ville actuelle de Mexico repose aujourd’hui sur une grande partie de ses vestiges. Dans une lettre de 1520 adressée au roi Charles Ier d’Espagne, Cortés décrit la ville qu’il va bientôt attaquer :

“La ville est aussi grande que Séville ou Cordoue. Les rues principales sont très larges et très droites ; certaines d’entre elles sont sur la terre ferme, mais le reste et toutes les plus petites sont à moitié sur la terre ferme, à moitié sur des canaux où ils font du canoë.

Il a souligné la richesse de la ville, en disant qu’elle avait un grand marché où “soixante mille personnes viennent chaque jour pour acheter et vendre…” Sa marchandise comprenait “des ornements d’or et d’argent, du plomb, du laiton, du cuivre, de l’étain, des pierres, des coquillages, des os et des plumes…”.

Il a noté la richesse de la ville, en disant qu’elle avait un grand marché où “soixante mille personnes viennent chaque jour pour acheter et vendre …” Sa marchandise comprend “des ornements d’or et d’argent, du plomb, du laiton, du cuivre, de l’étain, des pierres, des coquillages, des os et des plumes…”.

En juin 2017, les responsables de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire du Mexique (INAH) ont annoncé la découverte d’un ancien terrain de balle cérémoniel et d’un temple aztèque dédié au dieu du vent Ehécatl, tous deux probablement utilisés de 1481 à 1519 à Tenochtitlan, dans l’actuelle ville de Mexico. A proximité du terrain de balle, des archéologues ont découvert les os du cou de 30 nourrissons et enfants. Ces découvertes font partie du Programme d’archéologie urbaine, dans le cadre duquel les archéologues mettent au jour les restes des rasés. La capitale aztèque.

Origines de Tenochtitlán

Selon la légende, le peuple aztèque a quitté sa ville natale d’Aztlan il y a près de 1 000 ans. Les chercheurs ne savent pas où se trouvait Aztlan, mais selon des récits anciens, l’un de ces groupes aztèques, connu sous le nom de Mexica, a fondé Tenochtitlán en 1325.

La légende continue que Huitzilopochtli, le dieu de la guerre, du soleil et du sacrifice humain, aurait ordonné au Mexica de s’installer sur l’île. Il “ordonna à ses prêtres de chercher le cactus de figue de Barbarie et de construire un temple en son honneur”. Ils ont suivi l’ordre et ont trouvé l’endroit sur une île au milieu du lac…” écrit l’anthropologue José Luis de Rojas, de l’université de Madrid, dans son livre “Tenochtitlán” : Tenochtitlán : capitale de l’empire aztèque” (University of Florida Press, 2012).

De Rojas note que les “premières années ont été difficiles”. Les gens vivaient dans des huttes, et le temple de Huitzilopochtli “était fait de matériaux périssables”. Au début également, Tenochtitlán était sous l’emprise d’une autre ville nommée Azcapotzalco, à laquelle ils devaient rendre hommage.

L’instabilité politique à Azcapotzalco, combinée à une alliance avec les villes de Texcoco et Tlacopan, a permis au dirigeant de Tenochtitlán, Itzcoatl (règne 1428-1440), de se libérer du contrôle d’Azcapotzalco et d’affirmer l’indépendance de la ville.

Au cours des 80 années suivantes, le territoire contrôlé par Tenochtitlán et ses alliés s’est étendu et la ville est devenue le centre d’un nouvel empire. Le tribut qui afflue rend les habitants (du moins l’élite) riches. “Les Mexicains tiraient leur tribut des groupes assujettis et répartissaient les terres conquises entre les vainqueurs, et la richesse a commencé à affluer vers Tenochtitlán”, écrit de Rojas, qui note que cela a entraîné une immigration rapide dans la ville.

La ville elle-même en est venue à se vanter d’avoir un aqueduc qui apportait de l’eau potable et un grand temple dédié à la fois à Huitzilopochtli (le dieu qui a conduit les Mexicains sur l’île) et à Tlaloc, un dieu de la pluie et de la fertilité.

Organisation sociale aztèque

Les habitants de Tenochtitlán étaient divisés en de nombreux groupes claniques appelés calpulli (qui signifie “grande maison”), et ceux-ci étaient à leur tour constitués de quartiers plus petits. “Habituellement, le calpulli était constitué d’un groupe de familles de macéhaultains (roturiers) dirigé par des pipiltains (nobles)”, écrit le professeur de l’université d’État de Californie Manuel Aguilar-Moreno dans son livre “Handbook to Life in the Aztec World” (Oxford University Press, 2006).

Fray Diego Durán, un Espagnol qui a vécu au Mexique quelques décennies après la conquête de Cortés, a écrit que le roi Motecuhzoma (ou Montezuma) I, qui a régné de 1440 à 1469, a créé un système éducatif où chaque quartier devait avoir une école ou un temple pour éduquer les jeunes.

Dans ces lieux, “ils apprendront la religion et un comportement correct”. Ils doivent faire pénitence, mener une vie dure, vivre avec une morale stricte, s’entraîner à la guerre, faire des travaux physiques, jeûner, subir des mesures disciplinaires, faire des prélèvements sanguins sur différentes parties du corps, et monter la garde la nuit…”

Une autre caractéristique de la société de Tenochtitlán était qu’elle avait un système de classes strict, qui affectait les vêtements que les gens portaient et même la taille des maisons qu’ils étaient autorisés à construire. “Seuls les grands nobles et les vaillants guerriers ont le droit de construire une maison avec un deuxième étage ; pour avoir désobéi à cette loi, une personne reçoit la peine de mort…” Fray Durán a écrit.

Parmi les personnes considérées comme appartenant aux classes inférieures se trouvaient les porteurs sur lesquels la ville comptait. L’absence de véhicules à roues et d’animaux de bât obligeait à faire venir les marchandises de la ville en canoë ou par levage humain. Des représentations de survivants montrent des porteurs portant des charges sur leur dos avec une sangle fixée sur leur front.

Commerce et monnaie

L’empire de Tenochtitlán s’est développé en même temps que son commerce. Aguilar-Moreno écrit qu’un moment charnière de l’histoire économique de la ville a été la prise de la ville voisine de Tlatelolco en 1474. Il note que Tlatelolco était une “ville de commerce” et que “l’union de ces deux villes a fait du site de Tenochtitlan-Tlatelolco le centre économique et politique de la vallée du Mexique”.

Au lieu de monnaie frappée, les gens troquaient des marchandises en utilisant “des fèves de cacao pour les petites transactions, des couvertures de coton pour les moyennes et des piquants remplis de poussière d’or pour les grandes entreprises”, écrit la chercheuse Carroll Riley dans son livre “Rio del Norte” : People of the Upper Rio Grande From Earliest Time to the Pueblo Revolt” (University of Utah Press, 1995).

Elle note que la métallurgie a joué un rôle majeur dans l’économie et la société de Tenochtitlán. “La métallurgie était désormais bien établie pour le cuivre, l’argent et l’or ; il y avait même assez de métal pour permettre l’utilisation du cuivre pour l’agriculture et les outils industriels ainsi que pour l’armement et la joaillerie”.

Écriture aztèque

L’écriture utilisée par les habitants de Tenochtitlán, et par d’autres groupes aztèques, était ce que les chercheurs appellent “picturale”. Cela signifie qu’elle “est composée principalement d’images figuratives qui présentent une certaine ressemblance ou association visuelle avec les idées, les choses ou les actions qu’elles représentent”, écrit Elizabeth Boone dans son livre “Stories in Red and Black” : Pictorial Histories of the Aztecs and Mixtecs” (University of Texas Press, 2000). Elle note cependant que ce système d’écriture “contient également des abstractions et d’autres marques auxquelles ont été attribuées arbitrairement certaines significations, des significations sans rapport avec leur ressemblance”.

Les Aztèques ont utilisé ce système d’écriture pour créer des “codices” faits à partir de l’écorce de figuiers. “Des centaines de manuscrits existaient à l’époque des Aztèques. Tous, sauf onze, ont disparu avec l’arrivée des Européens. La plupart ont été détruits lors d’un feu de joie ordonné par Juan de Zumárraga en 1535”, écrit Dirk Van Tuerenhout, conservateur du Musée des sciences naturelles de Houston, dans son livre “Les Aztèques” : The Aztecs : New Perspectives” (ABC-CLIO, 2005). Il note que les prêtres espagnols se sont opposés au contenu religieux aztèque des codices.

Templo Mayor

Au cœur de la ville se trouvait une zone sacrée entourée d’un mur. “Dans l’enceinte se trouvaient plus de soixante-dix bâtiments, et ceux-ci étaient entourés d’un mur décoré d’images de serpents, appelé coatepantli”, écrit de Rojas.

Les archéologues essaient toujours de déterminer exactement à quoi ressemblait cette zone sacrée et comment elle a changé au fil du temps, mais les spécialistes savent pertinemment que la plus grande structure était un endroit que les Espagnols appelaient le “Templo Mayor” (temple principal). Comme mentionné précédemment, il était dédié aux dieux Huitzilopochtli et Tlaloc.

Templo Mayor - Tenochtitlán

“D’une hauteur de 27 mètres, la majestueuse structure se composait de deux pyramides à degrés s’élevant côte à côte sur une immense plate-forme. Elle dominait à la fois la Cité Sacrée et la ville entière”, écrit la conservatrice du Metropolitan Museum of Art, Heidi King, dans un article en ligne.

Deux longs et larges escaliers menaient au sommet du monument où se trouvaient deux temples. “Les structures des temples au sommet de chaque pyramide étaient dédiées et abritaient les images des deux divinités importantes”, écrit King.

C’était un lieu où se déroulaient de grands et horribles rituels. Nous connaissons les sacrifices humains au sommet du Templo Mayor, mais c’était aussi le lieu où les athlètes et les danseurs se déplaçaient avec grâce sur les plateformes et les braseros”, écrit Antonio Serrato-Combe, professeur à l’université de l’Utah, dans son livre “The Aztec Templo Mayor” : A Visualization” (The University of Utah Press, 2001).

L’élément de sacrifice humain ne doit cependant pas être sous-estimé. Serrato-Combe souligne qu’il y avait deux Tzompantli (supports pour crânes) situés près du Templo Mayor, un plus grand à l’ouest et un plus petit au nord.

Un récit espagnol d’un sacrifice indique que “le grand prêtre qui a manié le couteau sacrificiel a frappé les coups qui ont transpercé la poitrine. Il a ensuite enfoncé sa main dans la cavité qu’il avait ouverte pour arracher le cœur qui battait encore. Il le tenait haut comme une offrande au soleil…” (Récit de Fray Toribio de Benavente Motolinia, tiré du livre “The Aztec Templo Mayor : A Visualization”)

La chute de Tenochtitlán

Michael Smith, professeur à l’université d’État de New York à Albany, note que lorsque Cortés a débarqué au Mexique en 1519, il a d’abord été accueilli avec des cadeaux en or du souverain de Tenochtitlán, Motecuhzoma (ou Montezuma) II. Le roi espérait peut-être que ces cadeaux apaiseraient les Espagnols et les feraient disparaître, mais cela a eu l’effet inverse.

hernan cortes conquistador mexique

“L’or, bien sûr, a rendu les Espagnols plus anxieux que jamais de voir la ville. L’or était ce qu’ils cherchaient”, écrit Smith dans son livre “The Aztecs” (Blackwell Publishing, 2003).

Cortés a poursuivi sa route vers Tenochtitlán, où Motecuhzoma II a de nouveau accueilli le conquistador. Cortés a ensuite remboursé le souverain en le faisant prisonnier et en essayant de gouverner la ville en son nom. Cet arrangement s’est rapidement détérioré, des groupes dissidents ayant nommé Cuitlahuac, le frère du roi, pour prendre la relève de Motecuhzoma, qui allait bientôt être tué.

Cortés a fui la ville le 30 juin 1520, mais en quelques mois, il a commencé à revenir avec une grande armée pour la conquérir. Smith note que cette force était composée de 700 Espagnols et de 70 000 soldats indigènes qui s’étaient alliés aux Espagnols.

“Une grande partie du succès espagnol est due à l’astuce politique d’Hernando Cortés, qui a rapidement deviné la désaffection envers le Mexica qui prévalait dans l’empire de l’Est”.

Cette armée assiégea Tenochtitlán, détruisant l’aqueduc et essayant de couper l’approvisionnement en nourriture des centaines de milliers de personnes dans la ville. Pire encore, les habitants de la ville avaient récemment été décimés par un fléau de variole contre lequel ils n’étaient pas immunisés.

“La maladie était si terrible que personne ne pouvait marcher ou bouger. Les malades étaient tellement impuissants qu’ils ne pouvaient que se coucher sur les lits comme des cadavres…” a écrit le frère Bernardino de Sahagún (extrait du livre “Les Aztèques”).

L’ampleur de la force des Cortés, leur puissance de feu et la peste qui ravageait Tenochtitlán rendaient la victoire inévitable pour les Espagnols. La ville leur appartient en août 1521. Smith note que les soldats tlaxcalans qui se trouvaient dans la force de Cortés “ont continué à massacrer une grande partie des habitants restants de Tenochtitlán”.

Smith note qu’une élégie pour la ville a été écrite plus tard, lit-on :

Des lances cassées gisent sur les routes ; nous nous sommes arraché les cheveux de chagrin. Les maisons sont maintenant sans toit, et leurs murs sont rouges de sang. Nous avons désespérément martelé nos mains contre les murs de pisé, car notre héritage, notre ville, est perdu et mort. Les boucliers de nos guerriers étaient sa défense, mais ils n’ont pas pu la sauver.

(Traduit de la langue nahuatl par Miguel León-Portilla)

L’ancienne ville était tombée, et une nouvelle ville coloniale espagnole allait être construite au sommet de ses ruines.