Origine de la grippe H1N1 | premiers cas au Mexique

Origine de la grippe H1N1 | premiers cas au Mexique

13 juin 2020 0

En avril 2009, lorsque les premiers cas du virus de la grippe A (H1N1) ont été signalés, on a d’abord pensé que la maladie était arrivée des États-Unis, où un système épidémiologique amélioré a pu détecter rapidement l’augmentation des cas de grippe.

Plus tard, l’augmentation du nombre de patients atteints de la grippe dans la capitale mexicaine et dans d’autres États, a fait naître des soupçons sur le Mexique qui serait à l’origine de ce nouveau et pernicieux virus de la grippe qui se propageait rapidement. Cependant, il n’a jamais été confirmé que le virus était originaire du Mexique, jusqu’à ce qu’une étude génétique des virus soit publiée cette même année.

 

Un virus cosmopolite

Au milieu de l’année 2009, dans l’étude “Analyse évolutive de la grippe A (H1N1) : rapport préliminaire”, un groupe de chercheurs mexicains a considéré que le virus était apparu entre novembre 2008 et janvier 2009. Toutefois, ils doutaient qu’il soit né du Mexique puisque ses composants provenaient de différentes régions, soit des segments de virus de trois continents : Amérique, Europe et Asie.

On sait que les virus de la grippe A ont une similarité avec la chayote avec épines, seulement que les “épines” sont de deux formes différentes : l’une est l’hémagglutinine (H) et l’autre la neuraminidase (N). Le premier se lie aux globules rouges qui entourent le virus, et s’attache et fusionne à la cellule, tandis que le N neutralise le système de défense de la cellule pour qu’il puisse y pénétrer.

Il y a également six autres segments : M (protéines M1 et M2), NP (nucléoprotéines), NS (protéines non structurelles : NS1 et NS2) et PB2, PA et PB1 (transcriptases, responsables de la réplication des acides nucléiques : ADN et ARN) Ces segments peuvent provenir de différents virus de la grippe, non seulement humaine mais aussi porcine et aviaire.

Dans ce contexte, il a été déterminé en 2009 que le virus A (H1N1) résultait d’une recombinaison de segments d’autres virus. Les segments PB2, PB1, PA, NP et NS proviennent d’un triple virus recombinant, le H3N2 porcin (TRsw), trouvé chez les porcs nord-américains au milieu des années 1990. Le segment H1 était issu de la lignée porcine classique H1N1 (Csw), qui a également circulé parmi les porcs nord-américains depuis la pandémie de 1918. Les segments MP et N1 sont liés à la lignée aviaire de la grippe porcine eurasienne (EASI), qui est apparue chez les porcs européens à la fin des années 1970.

 

L’origine de la pandémie de la grippe A au Mexique

Ces enquêtes génétiques et épidémiologiques, ainsi que d’autres, ont permis de déterminer que la première épidémie humaine de grippe A (H1N1) s’était produite au Mexique. Cependant, cela était peu probable car les porcs eurasiens n’avaient jamais été détectés en Amérique. En outre, l’Asie était connue pour être la seule région où les virus TRsw, Csw et EAsw circulaient couramment parmi les porcs.

Un groupe de chercheurs des États-Unis, du Mexique, de la Belgique et du Royaume-Uni, dirigé par Ignacio Mena et Martha I Nelson, a mené l’étude “Origines de la pandémie de grippe H1N1 2009 chez les porcs au Mexique”, publiée le 28 juin dans le journal en ligne eLife. Dans ce document, ils décrivent la recombinaison de la grippe A(H1N1) dont il est question et publient les résultats d’une étude sur les virus chez les porcs au Mexique.

Mena et ses collaborateurs ont analysé 58 séquences génétiques de virus obtenus à partir de porcs. “Les séquences ont révélé la grande diversité des virus de la grippe circulant chez les porcs mexicains”, disent-ils dans leur article. Dans ces virus, ils ont trouvé des segments provenant de porcs eurasiens, qui n’avaient pas été détectés auparavant en Amérique.

“Les séquences suggèrent que des virus ayant une composition génétique similaire à celle du virus pandémique de 2009 circulent chez les porcs dans le centre-ouest du Mexique depuis plus d’une décennie. Ainsi, cette région est la source la plus probable du virus qui a déclenché la pandémie de 2009”, estiment les chercheurs dans leur article.

 

Le revers de la mondialisation

Outre ces conclusions, le groupe a mis en garde contre le rôle important que joue le trafic mondial d’animaux en rassemblant dans une même région des virus provenant d’autres continents qui, comme dans la pandémie de 2009, peuvent se combiner et créer de nouveaux virus.

Ainsi, le virus A(H1N1) peut être considéré comme le premier à se développer en raison de la mondialisation car l’intense trafic d’animaux a fait que les virus d’autres régions se sont rassemblés pour ne faire plus qu’un et se recombinent ensuite.