Squelette mexicain | origine & signification

17 novembre 2020 0
Squelette mexicain | origine & signification

Depuis que nous avons succombé au charme hollywoodien de la célébration d’Halloween (avouons-le, jusqu’à récemment, la Toussaint était un simple jour férié, pas une fête), il est devenu de plus en plus courant de rencontrer quelqu’un habillé et maquillé en squelette “classe”. Mais que savons-nous de ce personnage à part le fait qu’il représente un costume coloré et original pour cette nuit-là ? Il est clair pour vous qu’il vient du Mexique. Peut-être vous a-t-on dit qu’il représente la mort mais vous ne pouvez probablement pas en dire beaucoup plus.

Comment s’appelle le squelette mexicain ?

Au Mexique,  le squelette mexicain peut s’appeler “la Catrina” (en référence au squelette femme habillé de manière élégante) ou peut s’appeler de manière plus générale  “calavera”. En réalité, le terme de “calavera” signifie “crâne” ou “tête de mort” et donc ne comprend pas toute la partie du squelette.

Origine et histoire du squelette mexicain

Tout a commencé avec les lignes expressives du dessinateur José Guadalupe Posada, un célèbre dessinateur du XIXe siècle qui a réalisé le premier crâne mexicain. L’objectif de cette production était de se moquer des mauvaises habitudes des indigènes de l’époque, puisqu’ils essayaient d’adopter les coutumes européennes pour se distinguer des locaux, bien qu’en réalité ils soient plus indigènes que n’importe quel “peuple” mexicain. Tout cet événement se déroule sous le gouvernement de Benito Juárez et se poursuit même après les périodes présidentielles de Sebastián Lerdo de Tejada et Porfirio Díaz.

Le premier nom donné à ce symbole était “Calavera Garbancera” ou “la Catrina”. Et maintenant, la question est de savoir qui étaient les garbancères ? Les garbancères étaient des gens de sang indigène qui ont mis de côté la vente de maïs et ont commencé à vendre des pois chiches en se faisant passer pour des marchands espagnols ou des commerçants français. Pour les Mexicains, cela devenait une insulte, car ils avaient le sentiment que ces “garbanceros” reniaient leur propre race, l’héritage que leur terre leur avait donné et la culture qui les avait fait grandir.

Au cours de ces années présidentielles, plusieurs textes ont commencé à circuler exprimant le mécontentement de la classe moyenne face à la situation du pays et, surtout, face au peuple des classes riches. Les écrits contenaient de nombreuses critiques sarcastiques, pour diaboliser et se moquer de ces figures économiquement privilégiées, les textes étaient accompagnés de dessins de crânes et de squelettes habillés de costumes élégants, qui étaient généralement montés sur des bicyclettes ou des chevaux. D’autre part, ils commencèrent à être publiés constamment dans les journaux qui établissaient l’opposition comme leur propre critique du régime gouvernemental et de la société bureaucratique.

La squelette mexicain, emblème d’une critique sociale

La catrina était l’emblème avec lequel les classes inférieures et moyennes signalaient leur critique de la classe sociale composée des riches, des privilégiés et des nantis. Des caricatures de squelettes ont été dessinées dans diverses scènes typiques de la “lignée mexicaine”. Les fêtes de la société, avec des boissons raffinées, toutes avec un comportement galant, à cheval et bien d’autres, représentaient un miroir de leur propre misère, reflétant le double visage de cette société, sans oublier la fausseté des politiciens. Le crâne mexicain lui-même est basé sur une méprisable moquerie de ces Mexicains qui, bien que pauvres, avaient le désir d’être comme les Européens.

Plus tard, dans les années 50, Diego Rivera, également peintre mexicain, a peint une fresque intitulée “Sueño de una tarde dominical en la Alameda Central” (Rêve d’un dimanche après-midi sur le boulevard central), où le crâne mexicain a obtenu sa propre tenue particulière avec une écharpe en plumes d’autruche et un chapeau français. Le peintre change également son nom de garbancera à “La Catrina”, comme il est connu aujourd’hui. Bien qu’il ait changé de nom, la signification du crâne mexicain ne change pas, puisqu’il continue d’être un personnage aux vêtements ostentatoires qui reflètent le haut degré d’importance qui est imprimé sur la richesse matérielle par ces sujets qui, même sans avoir à manger, semblent être le contraire.