El Mencho : l’homme le plus recherché du monde !

10 avril 2021 0
El Mencho : l’homme le plus recherché du monde !

Successeur désigné d’El Chapo, El Mencho, le baron de la drogue le plus sanguinaire du Mexique est désormais l’homme le plus recherche du monde. Sa tête est mise à prix aux Etats-Unis à 10 millions de dollars !!!

Parfois, les corps décapités sont suspendus à des ponts. D’autres fois, les torses mutilés sont simplement jetés dans la rue. Souvent, le carnage est accompagné d’une carte de visite : “CJNG” en lettres gribouillées.

Le Cartel Jalisco Nueva Generación (CJNG) aime envoyer un message.

Pour ceux qui ont suivi la résurgence de la guerre de la drogue au Mexique ces dernières années, l’ascension de ce cartel est particulièrement troublante – il est aussi effronté qu’impitoyable. La Drug Enforcement Administration pense désormais que le CJNG est responsable des tonnes de méthamphétamine et de fentanyl qui entrent chaque mois aux États-Unis.

“Le CJNG est notre priorité numéro un à l’heure actuelle”, a déclaré Bill Bodner, l’agent spécial chargé de la division de terrain de la DEA à Los Angeles, qui supervise un groupe d’agents spécialement chargés de traquer le chef du cartel.

Pourtant, cet homme – Nemesio Rubén Oseguera Cervantes, connu sous le nom de “El Mencho” – a réussi à échapper aux autorités fédérales américaines jusqu’à présent.

Plusieurs représentants des forces de l’ordre américaines et mexicaines ont déclaré à NBC News que le chef du CJNG a comblé le vide après la capture en 2016 du célèbre “El Chapo” Guzmán – qui dirigeait le cartel rival de Sinaloa. Le CJNG s’est engouffré dans la brèche, disent ces sources, et il est désormais considéré comme le cartel le plus meurtrier du Mexique.

“Les Zetas étaient très craints”, dit Bodner. “Mais ils ont rencontré leur adversaire.”

Nemesio Rubén Oseguera Cervantes

10 millions de dollars si vous retrouvez El Mencho

La DEA a vanté une récompense de 10 millions de dollars pour toute information menant à l’arrestation d’El Mencho. Mais jusqu’à présent, les autorités n’ont rien trouvé.

Le CJNG n’existe que depuis une dizaine d’années, mais il est monté en puissance beaucoup plus rapidement que le cartel rival de Sinaloa. Son influence s’étend désormais sur six continents et sur 28 des 32 États du Mexique. Les grandes villes américaines – dont Los Angeles, Chicago, Houston, Atlanta et New York – sont toutes touchées par les drogues du CJNG, selon les responsables de la DEA.

Nemesio Cervantes “El Mencho” a été inculpé par un tribunal fédéral américain pour trafic de drogue, corruption et meurtre.

Mais suivre sa trace a été difficile. À un moment donné, la DEA pensait qu’il pouvait se cacher dans les montagnes, mais il a été difficile de le localiser.

À bien des égards, il a été un “fantôme”, a déclaré une source.

Le chef du cartel est né dans la petite ville mexicaine de Naranjo de Chila en 1966 et a vécu un certain temps en Californie ; il a été arrêté aux États-Unis dans les années 1980 pour avoir vendu de la drogue. Il finit par revenir à Guadalajara et commence à travailler pour le cartel Milenio, une filiale du cartel de Sinaloa. Il a gravi les échelons, avant de se séparer de son groupe vers 2010. Le groupe qui en résulte, le CJNG, va rapidement déclencher une nouvelle vague de violence sur ses rivaux. Après 2016, lorsqu’El Chapo a été capturé, le bain de sang s’est intensifié.

L’histoire obscure de Nemesio Rubén Oseguera Cervantes ne révèle pas grand-chose – sauf peut-être pourquoi il a été si difficile de le trouver.

“El Mencho semble être beaucoup plus discipliné que Chapo”, a déclaré Bodner. “El Chapo aimait vivre le style de vie flashy – les voitures, les femmes, les bons restaurants, l’alcool. El Mencho se contente de rester à l’écart de ces choses, de faire de l’exercice, de bien manger, de rester hors du radar.”

L’un de ses rares vices connus : son amour déclaré pour les combats de coqs, qui lui a valu un autre surnom – “Le Seigneur des Coqs”.

 

Le cercle d’El Mencho : une histoire de famille

Le fils d’El Mencho, né aux États-Unis, Ruben Oseguera González, a été arrêté en 2015 et est actuellement détenu dans une prison de haute sécurité au Mexique, les autorités américaines demandant son extradition pour des accusations liées à la drogue et aux armes.

Selon le journal mexicain El Universal, en 2019, les avocats de González ont accusé un agent de la DEA d’avoir soudoyé un magistrat local pour qu’il intervienne et accélère la procédure – une allégation que l’agence dément avec véhémence.

“Ils essaient de ralentir [l’agent] dans cette affaire”, a déclaré Bodner. “C’est la tactique d’un avocat de la défense qui essaie de ralentir une enquête sur un cartel qui tente de dresser des barrages routiers pour nous empêcher d’extrader une personne – qui est d’ailleurs un citoyen américain.”

La bataille entre la DEA et les cartels à Guadalajara fait rage depuis des décennies. Elle a récemment été présentée dans la série Netflix “Narcos : Mexico”, qui racontait l’histoire de l’agent Enrique “Kiki” Camarena, qui a été enlevé et assassiné en 1985.

Nous sommes en guerre

Le visage obscurci par l’obscurité, l’homme se souvient très bien de la dernière fois où il a parlé à son fils.

C’était il y a plus d’un an. Près de 400 jours d’agonie ont suivi : la douleur brûlante d’un parent qui sait que son enfant a été assassiné – mais ne peut pas trouver le corps.

“Je ne croyais pas que des êtres humains pouvaient faire ça”, a-t-il déclaré dans une interview. “Nous sommes en guerre.”

Pour des raisons de sécurité, il a demandé que son visage ne soit pas montré, ni son nom utilisé. C’est une demande courante au Mexique, où le gouvernement vient d’annoncer que plus de 61 000 personnes ont disparu dans le cadre de la guerre de la drogue en cours — et où les homicides ont dépassé 31 000 en 2019, l’année la plus meurtrière de mémoire.

Il portait une casquette de baseball, une moustache et un sourire fatigué. Il travaillait comme chiropracteur, mais sa famille possédait un ranch dans la campagne mexicaine, qui avait été transmis de génération en génération. Jusqu’à ce que, dit-il, des dizaines de membres du cartel s’en emparent pour fabriquer de la méthamphétamine.

“Le gouvernement ne peut pas les gérer”, a-t-il dit.

Sur les médias sociaux, le CJNG a diffusé des images horribles de décapitations et d’exécutions. D’autres publications sont des vidéos de propagande destinées à recruter de nouveaux membres. Un ancien responsable des services de renseignement mexicains a déclaré que le cartel préparait ses recrues potentielles dès leur plus jeune âge – au début de l’adolescence – en leur facilitant l’accès aux drogues et en leur promettant de l’argent et des emplois. Des cartes de visite du cartel portant des logos populaires comme Louis Vuitton sont ouvertement distribuées. Dans certains quartiers, les membres du cartel emploient des tactiques de type Robin des Bois, distribuant de la nourriture et d’autres fournitures aux communautés pauvres. Les jeunes hommes qui sont attirés dans le cartel sont immédiatement torturés et forcés de devenir des sicarios, ou assassins, pour le cartel. Lorsqu’ils deviennent plus âgés, ils sont prêts à torturer et à décapiter leurs propres victimes.

Le caractère impitoyable de ces attaques a suscité des comparaisons avec le groupe militant État islamique.

“En termes de violence, oui”, a déclaré Bodner, l’agent de la DEA. “Ils n’ont peut-être pas d’idéologie religieuse, mais la violence est la même”.

Une “tache de sang”

La DEA a donné à NBC News un accès rare à l’un de ses laboratoires secrets qui analyse les saisies de drogue dans un lieu non divulgué. L’agence voit davantage de méthamphétamine traverser la frontière – et une grande partie est attribuée au CJNG. Contrairement à la marijuana ou à l’héroïne, la méthamphétamine ne nécessite pas d’immenses étendues de terre ou de bonnes conditions météorologiques. Les laboratoires peuvent être construits dans des zones isolées – et la drogue synthétique peut être beaucoup plus rentable.

Dans le laboratoire de la DEA, les techniciens ont passé au peigne fin la composition chimique de la méthamphétamine.

“Elle est beaucoup plus pure (qu’avant)”, a déclaré Bodner, l’agent de la DEA.

Au Mexique, le commissaire à la sécurité de l’État de Guanajuato a déclaré dans une interview que la dépendance des Américains à la drogue alimente la demande – qui à son tour alimente les cartels et leur violence.

“Malheureusement, avec chaque dose consommée, il y a la tache de sang”, a déclaré Sophia Huett. “Et c’est quelque chose que nous ne pouvons pas nier”.

El Mencho : un des hommes les plus riches du monde !

Avec une fortune estimée à 50 milliards de dollars, la famille de Nemesio Rubén Oseguera Cervantes, dit El Mencho, se classerait parmi les 25 plus grandes fortunes du monde ! Ca rapporte le trafic de drogue !