Chichén Itzá | L’une des 7 nouvelles merveilles du monde

Chichén Itzá | L’une des 7 nouvelles merveilles du monde

18 mai 2019 0

Chichén Itzá est un site incontournable au Mexique qui vaut largement le détour.

C’est l’un des principaux sites archéologiques de la péninsule de Yucatán, au Mexique. Il est situé dans la municipalité de Tinum. Il s’agissait d’une ville ou d’un centre cérémonial. Vestige important de la civilisation maya, les principaux édifices qui subsistent correspondent à l’époque dite classique tardive ou post-classique (800-1100 ap. J.-C.).

Chichén Itzá a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial par l’UNESCO en 1988. Le 7 juillet 2007, le temple de Kukulcan, qui se trouve à Chichén Itzá, a été reconnu comme l’une des sept nouvelles merveilles du monde moderne, par une initiative privée, sans le soutien de l’UNESCO mais avec la reconnaissance de millions d’électeurs dans le monde entier.

L’architecture monumentale, qui a survécu jusqu’à nos jours, a une nette influence toltèque. Le dieu qui préside le site, selon la mythologie maya, est Kukulkan, une représentation maya de Quetzalcoatl, un dieu issu du panthéon de la culture toltèque.

 

Les monuments à visiter

La Pyramide ou château de Kukulkan (Pirámide o Castillo de Kukulkán)

Ce temple est le bâtiment principal de la ville de Chichen Itza. C’est une pyramide à quatre côtés avec une plate-forme rectangulaire de 55,5 mètres de large et une hauteur de 24 mètres. Sa construction démontre que les mayas avaient des connaissances pointues en matière de mathématiques, astronomie, géométrie et acoustique.
Kukulkan, à qui il est dédié, est une divinité de la mythologie maya liée au vent et à l’eau et dont le nom peut être traduit par Serpent des Plumes. La pyramide a des têtes de serpent au pied de l’escalier principal qui compte 365 marches pour les jours de l’année. Lors de l’équinoxe de printemps, qui a lieu le 21 mars de chaque année ainsi que celui d’automne, le 22 septembre, vous pourrez apprécier la descente du serpent, sous l’effet du soleil, sur l’escalier du temple, un spectacle à voir !

 

Le Cenote sacré (Cenote sagrado)

Les cénotes sont des dépressions aquatiques qui constituent la porte d’entrée de l’un des plus longs réseaux hydrographiques souterrains du monde. Ils peuvent être ouverts ou fermés et forment des piscines naturelles.

Dans la zone archéologique se trouve le “Cenote sacré“, qui a un diamètre d’environ 60 mètres et une profondeur de 15 mètres. Il était considéré comme un point de pèlerinage du monde maya et permettait de pratiquer des rituels et des offrandes aux dieux. Il est relié à la pyramide de Kukulkan par un chemin d’environ 300 mètres.

 

L’Observatoire Chichén Itzá (Observatorio de Chichén Itzá)

L’astronomie est l’une des plus grandes préoccupations des Mayas et cet édifice, également connu sous le nom de “Caracol” en raison de l’escalier en colimaçon, avait une fonction astronomique puisque les ouvertures de ses murs étaient orientées vers Vénus et d’autres étoiles.

 

Le Temple des guerriers (Templo de los guerreros)

Ce temple est situé sur le côté Est de la Gran Plaza de Chichén Itzá et est entouré de colonnes avec une plate-forme où se trouve le temple supérieur, qui lui-même est divisé en deux pièces. Son architecture rappelle les constructions toltèques de Toula et a été réalisée sur un bâtiment antérieur dédié au dieu Chac Mool, dont le sommet est sculpté.

 

Comment se rendre à Chichen Itza ?

Adresse : Carr. Mérida-Cancún km 120 s/n, Col. Tinum, C.P. 97750, Tinum, Yucatán

 

Combien coûte la visite du site Chichen Itza ?

Entrée classique : 240 pesos

Entrée pour les ressortissants mexicains : 168 pesos

Entrée gratuite pour les plus de 60 ans, les retraités, les enseignants, les étudiants, les enfants de moins de 13 ans et les handicapés.

 

Quelles sont les horaires d’ouverture de Chichen Itza

8h00 – 17h00

Informations pratiques sur la date de réouverture de Chichen Itza en raison du Covid19.

 

L’histoire de Chichen Itza

La ville de Chichén Itzá a été fondée vers l’année 525, mais elle a atteint son apogée entre les années 800 et 1100, la fin de la période classique ou post-classique des cultures précolombiennes.

Avec plus de 30 bâtiments, ses vestiges sont devenus un témoignage fort des avancées scientifiques de cette culture méso-américaine, notamment en astronomie, mathématiques, acoustique, géométrie et architecture.

Outre sa valeur artistique inestimable, Chichén Itzá était un centre de pouvoir politique et, à ce titre, concentrait d’énormes réseaux commerciaux et une grande richesse.

Les Mayas dominaient le commerce de la région par les routes menant au château, le cœur de Chichén Itzá. En outre, ils avaient des ports moins proches de Chichén Itzá, mais à partir desquels ils contrôlaient avec leurs flottes différents points commerciaux de la péninsule.

Ils ont dû faire face à différentes crises au cours de leur histoire, dont certaines impliquaient des changements dans l’ordre de domination et d’organisation. Ils ont également été influencés par la culture toltèque.

Quelque temps après l’abandon de la ville, les Espagnols l’ont trouvée au XVIe siècle. Les premiers à l’avoir trouvée sont le conquérant Francisco de Montejo et le franciscain Diego de Landa. Ils ont témoigné des merveilles qu’ils avaient trouvées dans ce lieu.

Avec le temps, Chichén Itzá a fini par faire partie des domaines privés de ses nouveaux occupants. Ainsi, au XIXe siècle, Chichén Itzá est devenu une hacienda appartenant à Juan Sosa.

Dans la première moitié du XIXe siècle, l’hacienda a été visitée par l’explorateur et écrivain John Lloyd Stephens et l’artiste anglais Frederick Catherwood.

L’hacienda a été acquise à la fin du XIXe siècle par l’archéologue et diplomate américain Edward Herbert Thompson, qui s’est consacré à l’étude de la culture maya. Ses héritiers ont été laissés en charge de l’hacienda après sa mort en 1935.

Toutefois, l’Institut national d’anthropologie et d’histoire du Mexique est chargé de l’exploration archéologique et de l’entretien du site.