Quetzalcóatl – Le Dieu Serpent à plumes

Quetzalcóatl – Le Dieu Serpent à plumes

19 mai 2020 0

Qui est Quetzalcóatl ?

Quetzalcóatl (pron. Quet-zal-co-at) était l’un des dieux les plus importants de l’ancienne Mésoamérique. Le dieu connu sous le nom de serpent à plumes est un mélange d’oiseau et de serpent à sonnette et son nom est une combinaison des mots nahuatl pour le quetzal – l’oiseau à plumes d’émeraude – et coatl ou serpent. Il était également connu sous le nom de Kukulkán pour les Mayas, Gucumatz pour les Quiché du Guatemala et Ehecatl pour les Huastecs de la côte du Golfe. Il était considéré comme le dieu des vents et de la pluie et comme le créateur du monde et de l’humanité. Au Mexique central, à partir de 1200 de notre ère, il était également considéré comme le dieu patron des prêtres et des marchands et comme le dieu du savoir, de la science, de l’agriculture, de l’artisanat et des arts. Il a également inventé le calendrier, a été identifié à Vénus, l’étoile montante du matin, il a été associé aux opossums et a même découvert le maïs à l’aide d’une fourmi rouge géante qui l’a conduit à une montagne remplie de grains et de graines.

Fils du Dieu Ometeotl

Quetzalcóatl était le fils du dieu androgyne primordial Ometeotl. Dans la mythologie aztèque, il était le frère de Tezcatlipoca, Huizilopochtli et Xipe Totec. Il est le 9e des 13 seigneurs du jour et est souvent associé au dieu de la pluie Tláloc. Ce dieu était particulièrement associé au site sacré de Cholula, un lieu de pèlerinage important à partir de 1200 de notre ère et tous les bâtiments aztèques étaient dédiés à la divinité.

Quetzalcóatl – Un dieu créateur

À la fin de la période post-classique (à partir de 1200), au Mexique central, le dieu est fortement associé au vent (en particulier comme porteur des nuages de pluie) et au dieu créateur Ehecatl-Quetzalcóatl. Dans la tradition Nahua post-classique, Quetzalcóatl est également le créateur du cosmos avec son frère Tezcatlipoca ou Huitzilopochtli et est l’un des quatre fils de Tonacateuctli et Tonacacihuatl, les dieux créateurs originaux. Après avoir attendu 600 ans, ce couple âgé a chargé Quetzalcóatl de créer le monde. Dans certaines versions du mythe, Quetzalcóatl et Tezcatlipoca s’affrontent à plusieurs reprises et, par conséquent, les quatre âges sont créés et détruits à chaque bataille successive entre les deux dieux.

Dans une autre version de la création, Quetzalcóatl et Tezcatlipoca sont plus coopératifs et créent ensemble le soleil, le premier homme et la première femme, le feu et les dieux de la pluie. Le couple de dieux avait créé la terre et le ciel lorsqu’ils se sont transformés en énormes serpents et ont déchiré en deux le monstre reptilien féminin connu sous le nom de Tlaltcuhtli (ou Cipactli), une partie devenant la terre et l’autre le ciel. Des arbres, des plantes et des fleurs jaillirent des cheveux et de la peau de la créature morte, tandis que des sources et des grottes furent créées à partir de ses yeux et de son nez et que les vallées et les montagnes sortirent de sa bouche. Dans certaines versions de l’histoire, l’esprit divin de Cipactli était, à juste titre, bouleversé d’avoir perdu son corps physique lors d’une attaque aussi brutale. La seule façon de l’apaiser était de sacrifier son sang et son cœur, et l’une des pratiques les plus désagréables de l’ancienne culture méso-américaine, le rituel du sacrifice humain, était donc justifiée.

Dans le mythe de la création de l’humanité, Quetzalcóatl descend à Mictlán – le monde souterrain – où il est envoyé pour enlever quelques os. Cependant, Mictlanteuctli et Mictlancihuatl, les dieux dominants du monde souterrain, acceptent de donner les os seulement si Quetzalcóatl peut souffler une corne de conque qui n’a pas de trous. L’astucieux Quetzalcóatl contourne le problème en faisant percer des trous dans la conque par des vers et en y mettant des abeilles pour la faire sonner. Quetzalcóatl fait également semblant de quitter le monde souterrain sans les os, déclarant son intention de les laisser là où ils se trouvent alors qu’en réalité il les vole sous le nez de Mictlanteuctli. Le dieu s’indigne de la supercherie et fait une fosse pour piéger l’escroc. Quetzalcóatl tombe en effet dans la fosse et, ce faisant, disperse les os mal acquis de sorte que les parties mâle et femelle se mélangent. Rassemblant les os, Quetzalcóatl s’échappe de la fosse et les donne à la grande déesse serpentine Cihuacóatl pour les façonner comme par magie en personnes en les mélangeant avec du maïs et un peu de sang de Quetzalcóatl.

Représentations dans l’art

La plus ancienne représentation de Quetzalcóatl qui subsiste est celle de la civilisation olmèque avec une sculpture à La Venta d’un serpent à bec avec une crête de plumes flanquée de deux oiseaux quetzal et d’une bande de ciel. La plus ancienne représentation au Mexique se trouve à Teotihuacán, où l’on trouve des représentations de serpents à plumes datant du IIIe siècle de notre ère et où une pyramide à six étages a été construite en l’honneur du dieu. Ces représentations du dieu et celles du site ultérieur de Cacaxtla comprennent le dieu avec la pluie et l’eau, ce qui suggère une forte association avec cet élément. Le dieu était souvent représenté dans des décorations sculpturales architecturales et il apparaît dans d’autres sites comme Xochicalco mais rarement avec une forme humaine avant la période post-classique tardive, une exception est une palma sculptée de Veracruz.

À partir de 1200 de notre ère, Quetzalcóatl est souvent représenté sous forme humaine et porte généralement des bijoux en coquillage et un chapeau conique (copilli). Il peut également porter un bandeau de chapeau contenant des instruments sacrificiels, une fleur, un éventail de plumes noires et jaunes et des boucles d’oreilles de cercles de jade ou de coquillages en spirale (epcololli). Le dieu porte aussi souvent le bijou du vent (Ehecailacozcatl) qui est une coupe transversale d’un verticille de conque porté comme pectoral. Comme Ehecatl-Quetzalcóatl, il est souvent noir, porte un masque rouge comme un bec de canard et a de longues canines. En tant que dieu des directions cardinales, Quetzalcóatl était également associé aux couleurs noir (nord), rouge (est), bleu (sud) et blanc (ouest).

Après la conquête espagnole, les mythes déjà complexes entourant Quetzalcóatl sont devenus encore plus tordus, une situation que n’arrange pas la confusion de l’histoire du dieu avec celle du premier souverain légendaire des Toltèques à Tollan, Ce Acatl Topiltzin Quetzalcóactl, qui a pris le nom du dieu comme l’un de ses titres. Aujourd’hui encore, la légende et le symbolisme de Quetzalcóatl perdurent et il est devenu un phare de la fierté nationale mexicaine et un puissant symbole de la tradition indigène.