Les papillons monarques du Mexique

Le papillon monarque est un petit insecte volant coloré qui migre des États-Unis et du Canada vers les forêts du centre du Mexique entre novembre et mars. Depuis 41 ans, il a trouvé refuge dans les forêts du Mexique. La Réserve de biosphère du papillon monarque, qui est un site du patrimoine mondial de l’UNESCO, comprend plus de 16 100 hectares, dont les municipalités de Contepec, Seguío, Angangueo, Ocampo, Zitácuaro et Aporo, au Michoacán, et Temascaltepec, San Felipe del Progreso, Donato Guerra et Villa de Allende, dans l’Etat du Mexique.

Qu’est-ce qu’un Papillon Monarque ?

Le grand papillon monarque, aux couleurs éclatantes, est l’une des espèces de papillons les plus facilement reconnaissables en Amérique du Nord. Il possède deux séries d’ailes et a une envergure de 7 à 10 centimètres (3 à 4 pouces). Ses ailes sont d’un orange profond avec des bordures et des nervures noires, et des taches blanches le long des bords. Le dessous des ailes est orange pâle. Les monarques mâles ont deux taches noires au centre de leurs ailes postérieures, ce qui n’est pas le cas des femelles. Ces taches sont des glandes odorantes qui aident les mâles à attirer les femelles. Les femelles ont des nervures d’ailes plus épaisses que les mâles. Le corps du papillon est noir avec des marques blanches.

La chenille du monarque est rayée de bandes jaunes, noires et blanches et atteint une longueur de cinq centimètres avant la métamorphose. Elles possèdent un ensemble de tentacules semblables à des antennes à chaque extrémité de leur corps. La chrysalide du monarque, où la chenille se métamorphose en un papillon adulte ailé, est d’un beau vert d’eau avec de minuscules taches jaunes le long de son bord.

Classification

Les papillons monarques sont présents dans toute l’Amérique du Nord, partout où il existe un habitat approprié pour l’alimentation, la reproduction et l’hivernage. Ils se divisent en deux populations séparées par les Rocheuses, appelées populations de l’est et de l’ouest.

La présence des monarques dans une zone donnée de leur aire de répartition dépend de la période de l’année. Ils sont l’un des rares insectes migrateurs, parcourant de grandes distances entre leur habitat de reproduction estival et leur habitat hivernal où ils passent plusieurs mois inactifs. En été, leur aire de répartition s’étend jusqu’au sud du Canada. À l’automne, la population orientale migre vers les hautes montagnes fraîches du centre du Mexique et la population occidentale migre vers la Californie côtière, où elle passe tout l’hiver.

La population à l’est des Rocheuses contient la majorité de la population de monarques d’Amérique du Nord, qui achève sa migration vers le nord par des générations successives. On les trouve dans les plus fortes concentrations le long d’un couloir de migration qui traverse le centre des États-Unis. Au printemps, les monarques quittent les aires d’hivernage du Mexique et migrent vers le nord, au Texas et dans les plaines du sud, puis vers les plaines du nord et le Midwest, et enfin vers la région des Grands Lacs. À la fin de l’été, les monarques de l’Est se sont répandus vers le nord jusqu’au Canada et vers l’est, à partir du couloir migratoire central, dans les États du Nord-Est et du Sud-Est.

De septembre à début octobre, la migration automnale vers le Mexique commence, la majorité des monarques suivant le chemin inverse vers le sud le long du couloir migratoire central. Les monarques du Nord-Est se dirigent vers le sud le long de la côte atlantique, se concentrant dans les États qui composent la péninsule de Delmarva, entre l’océan Atlantique et la baie de Chesapeake. La Floride est une étape pour de nombreux monarques avant qu’ils ne survolent la côte du Golfe pour se rendre au Mexique. Une population beaucoup plus réduite de papillons monarques vit à l’ouest des montagnes Rocheuses. Pendant l’été, les monarques occidentaux vivent dans les canyons ou les zones riveraines de l’Ouest, du Sud-Ouest, de l’intérieur de la Californie et des États intérieurs du Nord-Ouest jusqu’à la Colombie-Britannique. On peut trouver un petit nombre de monarques sur la côte du Pacifique Nord-Ouest pendant les mois d’été. Au lieu de faire le long voyage vers le Mexique, les monarques de l’Ouest ne migrent que jusqu’aux zones côtières du centre et du sud de la Californie.

Il existe des populations de monarques à Hawaï, à Porto Rico et dans certaines îles des Caraïbes, ainsi qu’en Nouvelle-Zélande. Les monarques peuvent avoir été emportés par le vent dans des tempêtes ou s’y être dispersés naturellement en sautant d’île en île, ou ils peuvent avoir été introduits par l’homme. Ces populations ne font pas partie des migrations annuelles sur le continent nord-américain.

Alimentation

Les monarques, comme tous les papillons, ont un régime alimentaire différent pendant la phase larvaire de la chenille et pendant celle de l’adulte ailé. En tant que chenilles, les monarques se nourrissent exclusivement de feuilles d’asclépiades, des fleurs sauvages du genre Asclepias. L’Amérique du Nord compte plusieurs dizaines d’espèces d’asclépiades indigènes avec lesquelles les monarques ont coévolué et dont ils dépendent pour accomplir leur cycle de vie.

Les asclépiades produisent des toxines glycosidiques pour dissuader les animaux de les manger, mais les monarques ont développé une immunité contre ces toxines. En se nourrissant, les chenilles de monarques emmagasinent les toxines dans leur corps, ce qui leur donne un goût désagréable et dissuade leurs prédateurs. Les toxines restent dans leur système même après la métamorphose, ce qui les protège également en tant que papillons adultes.

À l’âge adulte, les monarques se nourrissent du nectar d’un large éventail de plantes indigènes en fleurs, dont l’asclépiade.

Où voir des papillons monarques ?

Ce magnifique phénomène naturel où des millions de papillons orangés ayant parcouru plus de 8 000 kilomètres (du sud du Canada et du nord des États-Unis), couvrent les oyamels, les pins et les cèdres pour hiberner, est visible dans cinq sanctuaires.

Dans l’Etat de Michoacán

Pour rejoindre les sanctuaires de Michoacán, il est préférable de prendre un bus jusqu’au village magique d’Angangueo, qui borde l’État du Mexique, tout près d’El Oro.

1. Le sanctuaire du Rosaire (El Rosario)

Le site d’hibernation de cette espèce de lepidoptères couvre la montagne sur environ deux kilomètres. L’itinéraire, qui peut se faire à pied ou à cheval, est constitué de forêts d’oyamel, de pins et de cèdres, à une altitude de 3 200 mètres au-dessus du niveau de la mer. Je vous conseille de payer un guide local pour mieux apprécier le site.

Le sanctuaire est ouvert de 8h00 à 19h00, tous les jours de la semaine, avec un tarif de 45$ pour les adultes et de 35$ pour les enfants. Le centre d’écotourisme dispose d’un snack, de boutiques d’artisanat et de toilettes.

Localisation : en partant d’Ocampo, il y a une route pavée d’environ 10 kilomètres jusqu’à El Rosario.

2. Le sanctuaire de la Sierra Chincua

Pour découvrir les énormes arbres couverts de papillons, il est nécessaire de grimper à travers les plaines et les montagnes sur plus de 2,5 kilomètres. En cours de route, vous découvrirez des lieux et trois points de vue avec des abîmes et des ruisseaux qui vous permettront de prendre des photos surprenantes. Le sanctuaire coûte 35$ pour les adultes et 30$ pour les enfants. Il y a une aire de restauration et des sanitaires.

Localisation : elle se trouve à environ 10 kilomètres d’Angangueo.

Attention : la région est généralement froide, alors n’oubliez pas de porter des vêtements chauds et des chaussures confortables. La visite, qui dure plus de deux heures par voyage, nécessite une bonne condition physique.

3. Anguangueo

Immergée dans les montagnes, cette ville magique conserve son glorieux passé minier. Le paysage est formé par la verdure des forêts de conifères et par les toitures en tuiles ornées de balcons. Vous pouvez visiter le temple gothique de l’Immaculée Conception, l’église paroissiale de San Simón Celador, la maison Parker, un musée qui abrite la chronique photographique du couple Parker et le tunnel touristique de San Simón, qui recrée les anciennes mines. Vous pouvez également aller voir le Mirador de la Cruz de Hierro, vous tomberez amoureux de la vue !

4. El Oro

Ce splendide village magique se distingue par son caractère cosmopolite, grâce notamment aux constructions de style européen comme le Théâtre Juarez et le Palais Municipal. Il y a aussi une gare ferroviaire, le Musée des mines pour en savoir plus sur cette activité dans la région et, à proximité, le paisible barrage Brockman où vous pouvez pêcher.

5. Tlalpujahua

Célèbre pour ses sphères de Noël en verre soufflé, cette ville magique aux toits rougeâtres enchante les visiteurs avec ses légendes, ses métiers et ses coins. Ici, vous pouvez visiter les ateliers de Martin Marin, acheter des plumes d’art et manger de délicieux desserts à la Casa de la Conserva. En outre, vous pouvez aussi faire un tour au musée des frères Rayón, au Sanctuaire de Nuestra Señora del Carmen et à la Mine Las Dos Estrellas.

Dans l’Etat du Mexique (Estado de México)

1. Le sanctuaire Ejido El Capulín

Près de Valle de Bravo, se trouve le hameau El Capulín, où les visiteurs peuvent laisser leur voiture pour partir à Cerro Pelón. Le parcours, qui est sur une distance de 4 kilomètres, comprend la visite de magnifiques paysages de forêts de conifères qui mènent à l’endroit où hiberne le papillon monarque. Là-bas, vous pourrez louer des chevaux et acheter un encas.

Localisation : Municipalité de Donato Guerra, à 80 km à l’ouest de la ville de Toluca.

2. Le sanctuaire Piedra Herrada

Ce sanctuaire est situé sur les pentes du Nevado de Toluca. Le paysage est composé de montagnes imposantes de plus de 3.000 mètres d’altitude. Dans cette zone, le papillon monarque s’installe sur les oyamels, une espèce d’arbre qui lui fournit les conditions nécessaires à sa croissance et à sa reproduction. Pour arriver au sanctuaire, vous devrez marcher pendant 40 minutes sur une pente jusqu’à ce que vous entriez dans la forêt où vous n’entendrez que le doux battement des papillons.

Localisation : dans la commune de Temascaltepec, environ 20 km avant Valle de Bravo, le long de l’ancienne route (juste avant Los Saucos). Il y a trois accès au sanctuaire, avec parking et location de guides et de chevaux.

3. Le sanctuaire La Mesa

Au pied des montagnes qui séparent Michoacán et l’Estado de México, se trouve ce sanctuaire qui abrite des milliers de papillons monarques pendant l’hiver. Vous retrouverez une zone touristique avec des restaurants, des points de vue et des sentiers parfaits pour faire du vélo. Vous pouvez également louer des chevaux et engager un guide pour vous rendre à l’endroit où séjournent ces insectes oranges.

Localisation : dans la municipalité de San José del Rincón, première sortie par l’autoroute fédérale n° 15 qui relie Toluca à Zitácuaro, en tournant à Villa Victoria vers El Oro. En passant la ville de La Providencia, à 28 km de la jonction avec l’autoroute fédérale, il y a une route de 12 kilomètres sur la gauche pour atteindre La Mesa.

Veuillez noter : Le droit d’entrée pour les sanctuaires de l’État du Mexique est de 60$ et la location de chevaux est d’environ 120$. N’oubliez pas qu’il fait froid dans la région, alors prenez une veste et des chaussures confortables.

4. Bravo Valley

Cette belle ville magique se distingue par son lac artificiel paisible, entouré de maisons en pisé, d’hôtels, de terrains de golf et de restaurants. C’est un endroit idéal pour les sports nautiques, ainsi que pour le parapente et le vol en deltaplane. Vous pouvez également visiter la paroisse de San Francisco de Asís y Avándaro, endroit idyllique pour le repos et la détente.

L’histoire de cette espèce de papillons mexicains

Les monarques pondent leurs œufs sur l’asclépiade, leur seule plante hôte de chenilles. Il faut trois à cinq jours pour que l’œuf éclose. Après l’éclosion et la consommation de leur œuf vide, les chenilles de monarques se nourrissent exclusivement d’asclépiade. Les chenilles grandissent et muent plusieurs fois sur une période d’environ deux semaines, puis forment une chrysalide dans laquelle elles se métamorphosent. Après environ deux semaines supplémentaires dans la chrysalide, elles émergent en tant que papillons adultes.

La plupart des monarques adultes ne vivent que quelques semaines, à la recherche de nourriture sous forme de nectar de fleur, de partenaires et d’asclépiades sur lesquelles pondre leurs œufs. La dernière génération qui éclot à la fin de l’été retarde sa maturité sexuelle et entreprend une migration automnale spectaculaire, l’un des rares insectes à le faire. Cette génération migratrice peut vivre jusqu’à huit mois.

Le cycle de vie annuel et la migration des monarques commencent dans leurs aires d’hivernage au Mexique (pour la population orientale) et dans la région côtière du centre et du sud de la Californie (pour la population occidentale). Vers le mois de mars, les monarques hivernants commencent leur voyage vers le nord. Une fois la migration commencée, les monarques deviennent sexuellement matures et s’accouplent. Les femelles commencent à chercher des plantes d’asclépiade sur lesquelles pondre leurs œufs. Après l’accouplement et la ponte, les papillons adultes meurent et la migration vers le nord est poursuivie par leur progéniture. Il faut trois à cinq générations pour repeupler le reste des États-Unis et le sud du Canada jusqu’à ce que la dernière génération de l’année éclose et effectue le voyage de retour vers les lieux d’hivernage.

La migration des monarques est l’un des plus grands phénomènes du monde naturel. Les monarques connaissent la bonne direction pour migrer, même si les individus qui migrent n’ont jamais fait ce voyage auparavant. Ils suivent une « boussole » interne qui les oriente dans la bonne direction chaque printemps et chaque automne. Un seul monarque peut parcourir des centaines, voire des milliers de kilomètres.

La préservation des Papillons Monarques du Mexique

La population de monarques a diminué d’environ 90 % depuis les années 1990. Les monarques sont confrontés à la perte et à la fragmentation de leur habitat aux États-Unis et au Mexique. Par exemple, plus de 90 % des écosystèmes de prairie situés le long du couloir central de migration du monarque ont été perdus, convertis à l’agriculture intensive ou au développement urbain. Les pesticides représentent également un danger. Les herbicides tuent les plantes à nectar indigènes dont se nourrissent les monarques adultes, ainsi que les asclépiades dont leurs chenilles ont besoin comme plantes hôtes. Les insecticides tuent les monarques eux-mêmes. Le changement climatique modifie le calendrier des migrations ainsi que les régimes climatiques, ce qui constitue un risque pour les monarques pendant leur migration et leur hivernage. L’U.S. Fish & Wildlife Service examine actuellement le statut de l’espèce.

Une façon simple d’aider les monarques est de participer au programme « Garden for Wildlife » de la National Wildlife Federation en plantant un jardin d’habitat des monarques sans pesticides, rempli d’asclépiades et de plantes à nectar indigènes. L’Amérique du Nord compte plusieurs dizaines d’espèces d’asclépiades indigènes, dont au moins une se trouve naturellement dans une région donnée. Utilisez ces guides régionaux pour trouver les meilleures plantes à nectar et asclépiades indigènes pour les monarques dans votre région. Les plantes répertoriées sont basées sur la fréquentation documentée des monarques, et fleurissent pendant les périodes de l’année où les monarques sont présents, sont disponibles dans le commerce et sont résistantes dans les conditions de croissance naturelles de chaque région. Vous pouvez obtenir des informations sur d’autres espèces de plantes hôtes de papillons et de papillons de nuit indigènes à votre code postal en utilisant le Native Plant Finder.

La plantation d’espèces indigènes locales est la meilleure solution pour aider les monarques, car ces derniers ont coévolué avec les plantes indigènes et leurs cycles de vie sont en phase les uns avec les autres. Au cours de la dernière décennie, l’asclépiade tropicale (Asclepias curassavica), une plante qui n’est pas originaire des États-Unis, est devenue un moyen de plus en plus populaire pour attirer les monarques dans les jardins. L’asclépiade tropicale est ornementale et facile à cultiver, et elle est devenue l’une des espèces d’asclépiades les plus disponibles dans les pépinières. Les monarques y pondent volontiers leurs œufs. Malgré ces qualités, lorsqu’elle est plantée dans les États du sud et en Californie, l’asclépiade tropicale peut encourager les monarques à sauter leur migration et à continuer à se reproduire pendant l’hiver, ce qui peut les exposer à des maladies et à d’autres complications qu’ils auraient évitées en migrant. La National Wildlife Federation encourage la plantation d’asclépiades indigènes et la coupe des asclépiades tropicales à l’automne pour favoriser la migration des monarques.

Outre le programme « Garden for Wildlife », les campagnes de la National Wildlife Federation, telles que Butterfly Heroes, incitent les enfants et les familles à prendre conscience du déclin de la population de monarques et les incitent à aider les monarques et les autres pollinisateurs. Dans le cadre du Mayors’ Monarch Pledge, les villes et les municipalités s’engagent à créer un habitat et à informer les citoyens sur la manière dont ils peuvent faire la différence chez eux pour les monarques.

Les bords de route offrent également un habitat et un répit aux papillons migrateurs et font l’objet d’un effort coordonné de l’Autoroute du monarque par la National Wildlife Federation et ses partenaires le long de l’autoroute I-35, située sur la voie de migration centrale du monarque. La National Wildlife Federation travaille également avec la communauté agricole et les législateurs afin de protéger et d’accroître l’habitat du monarque et les écosystèmes de prairie en déclin.

En savoir plus sur le travail de la National Wildlife Federation pour restaurer l’habitat des monarques.

La National Wildlife Federation recommande que la meilleure façon d’aider les monarques est de restaurer leur habitat naturel en plantant des asclépiades et des plantes à nectar indigènes, en éliminant les pesticides et en encourageant les autres à adopter ces pratiques. En raison des risques de propagation de maladies, de limitation de la diversité génétique et de contournement de la sélection naturelle, la National Wildlife Federation ne soutient pas l’élevage de chenilles de monarques en captivité, ni la libération massive de papillons issus d’élevages commerciaux.

1 réflexion au sujet de « Les papillons monarques du Mexique »

  1. Les papillons monarques vivent au Canada et aux Etats-Unis entre avril et ao t. Pour survivre l’hiver, des millions d’entre eux migrent vers le Mexique en septembre-octobre, o ils restent de novembre mars, se regroupant dans une for t de pins 3 000 m tres d’altitude.

    Répondre

Laisser un commentaire