Le canyon du Sumidero (Chiapas & Tabasco)

6 mai 2019 0
Le canyon du Sumidero (Chiapas & Tabasco)

Retenez votre souffle et laissez-vous submerger par la beauté de ce paysage à perte de vue.  Ce canyon, étroit mais d’une très grande profondeur, se situe à une quinzaine de kilomètres de la ville de Tuxtla Gutiérrez, capitale de l’Etat de Chiapas au Mexique, dans la municipalité de Chiapa de Corzo.

 

 

Excursions

De nombreuses traversées en bateau à moteur sont organisées, depuis les divers embarcadères de Chiapa de Corzo, où vous pourrez admirer des formations rocheuses telles que la cueva de Colores (grotte des couleurs), la cueva del Silencio (le grotte du silence) et les chutes d’eau de la Cascada Grande (grande cascade), el Cordón de plata (le cordon d’argent) et le célèbre Árbol de Navidad (l’arbre de Noël). Ce parcours, qui prend fin à Chicoasén, dure environ 2 heures et demi.

 

Descriptif

Les falaises de ce canyon ont une hauteur pouvant aller jusqu’à 1000 mètres au dessus du niveau de l’eau qui, elle-même, atteint par endroit une profondeur de plus de 250 mètres. Cette formation rocheuse est née d’une séparation des couches terrestres produite par une faille géologique durant le Pléistocène (première époque géologique du Quaternaire qui a duré de 2.600.000 à 11.700 ans av. j-c).

L’idée de conquérir le Canyon du Sumidero a commencé lorsque les Espagnols sont arrivés sur les terres de Chiapas avec une première tentative par le capitaine Luis Marín, en 1527, qui fut un échec. En 1534 eut lieu la triste bataille de Tepetchía durant laquelle les Indiens chiapanèques, ne parvenant pas à vaincre leur ennemi,  décidèrent de se jeter du haut du Cañon. En 1869, deux frères d’origne française tentèrent, à leur tour, de traverser le canyon mais mourront durant ce périple. Il faudra attendre avril 1960 pour que le canyon du Sumidero soit conquis par un groupe chiapanèque Pañuelo Rojo.

 

Climat, faune et flore

Les variations de lumière et de chaleur sur les murs et et les abondants ruissellements ont favorisé les microclimats qui s’observent sur la végétation et la faune à différentes altitudes. En effet, tandis que dans les profondeurs parsemées de murailles de calcaire, des formes mettent en évidence des Broméliacées vertes et rouges, à 1000 mètres de hauteur, on peut apercevoir des pins et des chênes.

On retrouve un certain nombre d’espèces animales sur le site, comme les singes araignées, les crocodiles (caimans entre autres), les jaguars, les pélicans, les faucons etc.