La tribu Tarahumara (Rarámuri) du Mexique

11 mai 2020 0
La tribu Tarahumara (Rarámuri) du Mexique

La tribu indienne a un mode de vie simple et croit en une loi simple appelée “l’attitude de l’humble silence”, qui est l’amour, l’humilité, l’espoir et la joie. Les TARAHUMARA sont une tribu indienne qui vit dans le nord du Mexique. Le nom TARAHUMARA signifie : “où la nuit est le jour de la lune”
raramuri” (uto-aztec) est une description donnée aux membres de la tribu et signifie “celui qui a le pied léger”. Pour être un “raramuri”, il faut avoir du temps et s’occuper les uns des autres, et aimer les gens plus que les biens.

Histoire des Indiens Tarahumara

Il est possible que les ancêtres des Indiens Tarahumara soient arrivés d’Asie en traversant le détroit de Béring, il y a environ vingt mille ans. Cependant, les plus anciennes traces humaines qui ont été trouvées dans la chaîne de montagnes (sierra), sur un site proche de l’État de Sonora, sont les célèbres fers de lance de Clovis. Ces armes étaient généralement utilisées par les chasseurs pendant la mégafaune du Pléistocène et datent de 15 000 ans. Ce fait nous permet de dater la présence des premiers colons des montagnes Tarahumara (Magazine “Mexico Desconocido”).

C’est jusqu’en 1606 que les missionnaires ont établi le premier contact avec les indigènes de la sierra. C’est au cours des XVIIe et XVIIIe siècles qu’un groupe de fermiers et de marchands espagnols envahit cette région, les dépossédant d’une grande partie de leurs terres en les échangeant contre du savon, du sel, des couvertures et autres bibelots. Certains Indiens ont commencé à travailler pour les Espagnols et ont été forcés de travailler comme péons avec un salaire très bas. D’autres indigènes ont fui vers les montagnes pour se cacher et se protéger contre la contrainte de travailler dans des haciendas de mines.

La croyance Tarahumara

Une croyance commune chez les Indiens Tarahumara est que tout a commencé avec le soleil et la lune qui vivaient seuls déguisés en enfants. Ils étaient habillés de feuilles de palmier et vivaient dans des cabanes faites de bâtons et de boue, avec un toit de palmier. Ils n’avaient aucun bien terrestre, ni vaches, ni chèvres, ni poulets, ni moutons, ni dindes. La peau des deux enfants était très sombre et l’étoile du matin était la seule chose qui éclairait la terre pécheresse. La lune avalait les poux de la tête du soleil, tandis que l’étoile du matin veillait sur eux.

Peu de temps après, des centaines d’Indiens Tarahumara ne savaient plus quoi faire dans une telle obscurité. Ils ne pouvaient pas travailler et ils devaient se tenir la main pour les empêcher de trébucher avec les rochers et de tomber dans le canyon. Un jour, ils ont guéri le soleil et la lune en plaçant de minuscules croix de bois rouge trempées dans du “tesqüino” (boisson à base d’alcool de maïs) et, peu à peu, le soleil et la lune se sont mis à briller d’une lumière éclatante. Puis, il y a eu une inondation et un garçon et une fille, tous deux indiens Tarahumara, sont allés au sommet de la montagne de Lavachi, au sud de Panaláchic.

Après le déluge, ils sont revenus en emportant avec eux trois grains de maïs et trois haricots. Comme tout était si doux et humide, ils les ont plantés dans un rocher et se sont endormis. Plus tard, ils se sont endormis et cette nuit-là, ils ont fait un rêve. A temps, ils ont récolté et on dit que tous les Indiens Tarahumara viennent d’eux.

Où vivent-ils ?

Ils occupent un quart du sud-ouest de l’État de Chihuahua (environ 50 000 km2), dans l’un des plus hauts sommets de la Sierra Madre occidentale. Elle est également connue sous le nom de Sierra Tarahumara, avec une altitude comprise entre 1500 et 2400 m. au-dessus du niveau de la mer. Le sol est brusquement brisé en plusieurs régions, ce qui explique la température extrême. Dans les parties les plus élevées des montagnes, le temps moyen varie considérablement selon la saison : -20°C en hiver et 20°C en été. Au fond du canyon, le temps est doux à chaud (15°C en moyenne et jusqu’à 40°C en été). 90 % de la population de Tarahumara est concentrée principalement dans les villes de Bocoyna, Urique, Guachochi, Batopilas, Carichi, Balleza, Guadalupe y Calvo et Nonoava.

Habitudes et traditions

Une grande partie de la tradition Tarahumara actuelle est liée à ce que les missionnaires jésuites ont appris pendant les presque 150 ans qu’ils ont vécu ensemble à l’époque coloniale (Luis G. Verplancken). Leurs festivités mythiques et religieuses sont constituées de danses, de fêtes et d’offrandes de “tesqüino”, où la boisson traditionnelle à base d’alcool de maïs appelée “tesgüino” est toujours présente. Pour eux, la danse est une prière ; ainsi, en dansant, ils cherchent le pardon, ils demandent la pluie (danse “dutuburi”), ils rendent grâce pour la pluie et pour la récolte, et ils aident “Repá betéame” – celui qui vit en haut – afin qu’il ne soit pas vaincu par “Reré betéame” – celui qui vit en bas – c’est-à-dire le diable.

Semaine Sainte

Lorsque les missionnaires sont arrivés, ils ont essayé d’enseigner aux Indiens Tarahumara quelques passages de la Bible concernant la Semaine Sainte. Ces festivités ont été bien accueillies par les Indiens Tarahumara. Aujourd’hui, partout où il y a une église, ces festivités sont toujours observées selon les enseignements des missionnaires. Lors de ces célébrations, ils placent des branches de pin pour indiquer le chemin des différentes processions. Deux groupes sont les principaux participants : Les pharisiens (drapeau blanc) et les soldats (drapeau rouge). Chaque groupe a des capitaines qui les dirigent, des “tenaches” qui portent les images des saints et des “pascoleros” qui participent à la danse du “pascol”, portant des clochettes autour des chevilles et dansant au son des violons et des flûtes. Il est intéressant de noter que les Indiens Tarahumara incluent les blancs “chabochis” parmi les méchants, les Pharisiens, qui se peignent en blanc et représentent ceux qui sont en faveur de Judas. Tout au long de la danse, les Pharisiens dansent tout autour en contrôlant chaque mouvement mais à la fin ils sont conquis par ceux qui représentent le bien, les soldats.

Tesqüino

Le Tesgüino est une boisson à base de maïs fermenté avec des concours alcooliques similaires à ceux de la bière, épaisse et nutritive. Il est fabriqué en plaçant du maïs humide à côté de la cheminée pour le laisser germer. Après la germination, il est moulu, bouilli et additionné de “basiáwari” pour faciliter la fermentation.

En parlant du cycle agricole, des festivités, du travail partagé pour la communauté, de la naissance à la tombe, “tesquüino” les accompagne pour souligner les bonnes relations sociales, l’effort commun, les occasions spéciales. C’est la nourriture de base des dieux. Il est donc offert au soleil et à la lune, aux quatre points cardinaux de l’univers, aux cultures de maïs et aux innombrables esprits du cosmos. “Matachines” : Ce sont des danseurs qui agissent lors des fêtes de l’église. Elles se distinguent par leurs vêtements colorés. La danse des “Matachines” est exécutée par un certain nombre de couples, huit ou douze, qui dansent sur la musique des violons et des guitares. C’est une danse pleine de mouvements rapides, de tours et de tourbillons rapides, les danseurs étant divisés en deux lignes sous la direction de leur chef. Les chaperons marquent le rythme en criant et ils sont les seuls à porter un masque. Ils sont également chargés de vérifier que tous les danseurs portent les bons vêtements. Les jeux de balle (rarajipari) sont les activités de groupe les plus importantes pratiquées par les hommes de Tarahumara. Ils doivent taper dans le ballon (komakali) avec la partie avant de leurs pieds. Ce ballon est fabriqué à partir de racines de chêne ou de tout autre type d’arbre, et ils doivent ensuite courir pieds nus après lui jusqu’à ce qu’ils le saisissent. Les groupes font des paris sur ces courses. Le gagnant est celui qui arrive le premier au but, qui se trouve parfois à 200 km. Les courses peuvent durer jusqu’à deux jours. Tout le monde dans la communauté aide et soutient les coureurs ; ils leur fournissent de l’eau et du maïs moulu, éclairent leur chemin la nuit avec des bâtons de bois allumés, les encouragent et même leur courent après le long du parcours. Les femmes jouent également à lancer deux petits anneaux entrelacés appelés “rowena”. Avec ces courses, elles représentent la raison de leur existence : la course.

Les chamans (sukurúame) et les cactus peyotl (híkuli)

Un chaman est le gardien de toutes les traditions sociales du peuple. Leurs obligations de spécialistes des rituels et des thérapies les obligent à défendre l’ordre traditionnel. Leur travail consiste à établir un équilibre entre le corps et le cosmos. Certains chamans utilisent le cactus peyotl pour leurs activités de guérison. C’est une plante hallucinogène dont l’usage est restreint, et seuls les chamans connaissent la quantité exacte à utiliser, ainsi que la manière de la collecter et de la stocker. Il est utilisé comme crème pour la peau pour soigner les rhumatismes, les morsures de serpent et d’autres affections

Signification de Tarahumara

Les Indiens Tarahumara se font appeler Rarámuri. Selon le père Luis Verplancken, en raison d’une distorsion de la langue, les Espagnols les ont appelés Tarahumara, qui est juste le terme castillan pour Tarámuri, changé en Tarumari. Cependant, Luis Gonzalez, historien, dit que selon l’étymologie, Rarámuri signifie “plante courante”, ce qui dans son sens le plus large signifie “ceux qui ont les pieds légers”. Ce terme fait référence à la plus ancienne tradition des indiens Tarahumara : la course à pied.

Description physique

Les Indiens Tarahumara sont plutôt maigres. Les grands hommes au corps musclé sont très rares. Les femmes sont courtes et plutôt lourdes. Elles ont des yeux allongés, des pommettes proéminentes, de petites oreilles, un grand nez et une grande bouche, et des lèvres presque épaisses. Leurs cheveux sont noirs, épais et droits ; leur visage est glabre et large et il n’y a presque pas de poils sur le reste de leur corps ; leur teint est foncé ; leur peau est épaisse et sèche à cause du froid ; leurs pieds sont de taille régulière et leurs bras et jambes sont longs, comme ceux de tout athlète ou coureur.

Religion Tarahumara

En tant que dieu principal, les Indiens Tarahumara ont une fusion du Christ et de leur dieu, qui s’appelle Onorúame, qui a créé et gouverne le monde. Les concepts religieux comprennent le concept d’âme et sa perte. Les hommes sont entourés d’êtres bons et mauvais ; le vent est bon et une tornade est mauvaise. Ils ont ajouté à leurs croyances les noms de Jésus, Marie, Dieu, l’enfer et le péché, l’utilisation du Saint Rosaire et du Crucifix, ainsi que le fait de se traverser soi-même.

Règles de Tarahumara

La plus haute autorité traditionnelle du Tarahumara repose sur le gouverneur ou “Siriame”, qui est souvent le plus ancien et le plus expérimenté de la région. Son activité la plus importante est de prêcher à la communauté qui se réunit habituellement le dimanche et de discuter (“nawésari”) de tout problème existant. Parfois, le gouverneur est aidé par un gouverneur adjoint, un capitaine, un lieutenant, un procureur et plusieurs soldats. Les guides spirituels ou les médecins sont appelés “owirúames”.