Biographie de Francisco Madero

5 février 2021 0
Biographie de Francisco Madero

Francisco Madero, nom complet Francisco Indalecio Madero est né le 30 octobre 1873 à Parras, Mexique, et est mort le 22 février 1913 à Mexico. Francisco Madero était un révolutionnaire mexicain et le président du Mexique (1911-13), qui a renversé le dictateur Porfirio Díaz.

Les premières années de Francisco Madero

Francisco Madero est né le 30 octobre 1873 à Parras, au Mexique, dans une riche famille de propriétaires terriens. Éduqué dans une école jésuite à Saltillo, au Mexique, il a également étudié aux États-Unis et en Europe. Madero a fréquenté le Mount St. Mary’s College à Emmitsburg, Maryland (1886-88), puis a étudié pendant plusieurs années dans une école de commerce à Paris et pendant un semestre à l’université de Californie à Berkeley. Après sa scolarité, Madero a exploité l’une des fermes familiales à San Pedro, au Mexique. Pendant cette période, il a introduit des méthodes agricoles modernes et de meilleures conditions pour ses travailleurs.

Son implication dans la révolution mexicaine

Depuis 1876, le gouvernement du Mexique était sous le contrôle total du dictateur à la main de fer Porfirio Diaz. Bien qu’il ait modernisé le pays et développé l’économie, Diaz a écrasé toute opposition politique et dépossédé les paysans de leurs terres. Le contraste saisissant entre la croissance économique rapide de l’élite et l’appauvrissement soudain des masses a finalement conduit à la révolution mexicaine de 1910.

Au début des années 1900, des troubles parmi les citoyens mexicains ont commencé à se développer, et se sont finalement transformés en protestations. En 1903, une manifestation politique contre le régime Diaz est violemment réprimée. Cela a conduit Francisco Madero à s’opposer à Diaz. Cependant, Francisco Madero a dû surmonter certains problèmes d’image dans le monde macho de la politique mexicaine. Il avait une petite stature et une voix aiguë. Pieux végétarien et abstinent, il a suivi l’homéopathie et le spiritisme, prétendant un jour avoir “canalisé” l’esprit de l’ancien président mexicain Benito Juarez.

Francisco Madero croit en une forme modérée de démocratie et participe à l’organisation du Club démocratique Benito Juárez et d’un parti politique à Coahuila (1904-05) dans une tentative infructueuse de devenir gouverneur de l’État. Cependant, il a rapidement appris que les efforts pour mettre fin à la dictature de Porfirio Díaz nécessiteraient un mouvement démocratique national, et à cette fin, il a soutenu les journalistes indépendants et encouragé les efforts d’organisation politique.

La conquête de la présidence par Francisco Madero

Díaz accélère sa chute lorsqu’en 1908, il déclare à un journaliste américain, James Creelman, que le Mexique est prêt pour la démocratie et qu’il a l’intention de prendre sa retraite en 1910. Cette déclaration a provoqué une vague de littérature et d’activités politiques, dont un livre à succès de Madero, The Presidential Succession in 1910, dans lequel il appelle à des élections honnêtes, à une participation massive au processus politique et à la non-réélection du président. La scène politique devient encore plus agitée lorsque Díaz change d’avis en 1909 et déclare son intention de se représenter aux élections de 1910. Madero a participé à l’organisation du Parti anti-référendum et est devenu son candidat à la présidence avec le slogan “Suffrage effectif, pas de réélection !” pour ces élections absurdes. Francisco Madero a été arrêté pour avoir fomenté une rébellion et insulté les autorités. Libéré sous caution, il s’évade à San Antonio, au Texas, où il publie en octobre 1910 le Plan de San Luis Potosí, se déclare président légitime du Mexique et appelle au déclenchement d’une insurrection armée le 20 novembre.

A Chihuahua, ses partisans Pascual Orozco et Pancho Villa ont maintenu la rébellion en vie, et en février 1911, Madero était à Chihuahua avec un entourage et une armée. Le gouvernement Díaz, assiégé par des foules de Maderistas, a entamé des négociations avec les rebelles. La conflagration continue cependant à s’étendre et, après la prise de Ciudad Juárez par Orozco et Villa (10 mai 1911), Díaz capitule et démissionne. Un gouvernement intérimaire a été mis en place sous la direction de Francisco León de la Barra, le secrétaire aux affaires étrangères.

Les élections présidentielles de 1911

Les élections présidentielles d’octobre 1911 sont une victoire écrasante pour Madero. Il a pris ses fonctions le 6 novembre et a été salué dans tout le Mexique comme “l’apôtre de la démocratie”. Son administration, cependant, a abouti à un désastre personnel et national.

La présidence catastrophique de Francisco Madero

Handicapé par l’inexpérience politique et un idéalisme trop optimiste, il n’a pas su reconnaître que nombre de ses disciples avaient d’autres objectifs en tête. Malgré l’honnêteté personnelle de Francisco Madero, le Mexique avait une autre administration complètement corrompue. Plus sérieusement, dans son souci de promouvoir les institutions démocratiques, Madero a été attaqué à la fois par des partisans retranchés de l’ancien régime qui s’opposaient à tout changement et par des éléments révolutionnaires qui insistaient sur de profondes réformes sociales et économiques. Il a également dû faire face à l’hostilité d’une presse conservatrice, au harcèlement de l’ambassadeur américain Henry Lane Wilson et à une série de rébellions armées.

La révolte contre Francisco Madero

L’ancien partisan de Francisco Madero, Bernardo Reyes, a mené le premier soulèvement contre lui, qui a été facilement réprimé. Deux rébellions d’inspiration conservatrice menées respectivement par Pascual Orozco et le neveu de l’ancien président, Félix Díaz, ont été réprimées, mais Reyes et Díaz ont continué à comploter contre Madero depuis leurs cellules de prison. La fin est survenue lorsqu’une révolte militaire a éclaté à Mexico en février 1913. Madero avait compté sur le général Victoriano Huerta pour commander les troupes gouvernementales, mais Huerta a conspiré avec Reyes et Díaz pour trahir Madero. Le président a été arrêté et, alors qu’il était transporté en prison, il a été assassiné par son garde du corps.

L’héritage de Francisco Madero

Dans la mort, le nom de Madero est devenu un symbole de l’unité révolutionnaire dans la lutte continue contre le despotisme militaire, désormais incarné par le régime de Huerta. Son martyre, sinon sa carrière, a fait de lui une inspiration pour les forces démocratiques de la Révolution mexicaine.

Quelle a été la participation de Francisco I Madero à la révolution mexicaine ?

Francisco Madero est l’homme qui a lancé la révolution mexicaine. Madero s’est présenté comme candidat à l’élection présidentielle de 1911 pour remplacer Porfirio Diaz dans ses fonctions de président. Lorsque Diaz a réalisé qu’il allait perdre les élections, il a envoyé Francisco Madero et ses partisans en prison.

Madero, sauvé de prison par son riche père, a traversé la frontière du Texas et s’est installé à San Antonio. Là, il a déclaré les élections nulles et non avenues dans son “Plan de San Luis Potosí” et a appelé à une révolution armée. La date du 20 novembre a été fixée pour le début de la révolution.

Madero s’est allié à Pancho Villa, Orozco et Zapata pour lever une grande armée afin de vaincre Díaz. En mai 1911, Diaz a pu constater que son gouvernement s’effondrait.

Qu’est-ce que le madérismo ?

Le madérisme est un mouvement politique considéré comme l’initiateur de la révolution mexicaine. Elle tire son nom de son leader, Francisco I. Madero, qui s’est opposé au long régime autoritaire de Porfirio Díaz.

Qui a été le premier président de la République après la fin de la révolution mexicaine ?

Francisco Madero a été le premier président de la République mexicaine après la révolution mexicaine. Madero remporte honnêtement les élections présidentielles de 1911 et est élu président de la République en novembre 1911.