Danses mexicaines

11 mai 2020 0
Danses mexicaines

Le Mexique a une longue et riche tradition de danse. Elle comprend les danses exécutées par les groupes indigènes, ainsi que les danses apportées par les Espagnols et d’autres Européens dès le XVe siècle. Les premières danses amérindiennes comprenaient des danses rituelles et séculaires. Les nombreuses influences européennes en matière de danse comprenaient des styles de danse de salon tels que la valse, le shottishe et la polka.

El Ballet Folklorico de Mexico est la compagnie de danse la plus connue au Mexique et est en grande partie responsable de l’exposition internationale dont a bénéficié la danse folklorique mexicaine. Amalia Hernandez a créé les danses de la compagnie en se basant sur des recherches anthropologiques et historiques sur les peuples et les traditions mexicaines. Pourtant, certains ont critiqué Amalia Hernandez et El Ballet Folklorico de Mexico en leur reprochant de se présenter comme les “authentiques” porteurs des traditions de la danse folklorique mexicaine.

Ces critiques notent qu’Amalia Hernandez peut faire des recherches sur une tradition communautaire vivante de danse, de musique et de vêtements, mais qu’elle crée ensuite à partir de ses recherches son propre programme de danse qui intègre certaines parties de la tradition étudiée, ainsi qu’une esthétique qu’elle a observée, mais qui ne la reproduit pas exactement. Cependant, en créant un spectacle tape-à-l’œil grâce à des danses artisanales et des costumes colorés, El Ballet Folklorico est une attraction touristique réussie et a suscité un grand intérêt de la part du public. Il a également suscité un grand intérêt pour la culture et la danse mexicaines.

Top 5 des danses traditionnelles mexicaines

Jarabe Tapatío

Le Jarabe Tapatío, également connu sous le nom de danse du chapeau mexicain, est une danse de cour et la danse nationale du Mexique. De nombreux enfants apprennent cette danse et continuent à danser lors des festivals et des fêtes d’anniversaire.

La Conquista

La Conquista raconte l’histoire de la conquête espagnole. Elle est populaire dans les États occidentaux du Michoacán et de Jalisco. Bien que la danse ne soit pas indigène, l’histoire qu’elle raconte est importante en termes d’histoire mexicaine.

Danza de Los Viejitos

La danse se traduit par la danse des vieillards et a été écrite à l’origine pour se moquer de la classe supérieure espagnole. Bien que cette danse ait été créée et popularisée au XXe siècle, les danseurs portent des vêtements traditionnels et jouent d’instruments traditionnels. Les hommes et les femmes portent des chaussures en bois, mais les hommes dansent traditionnellement avec des machettes et des masques, tandis que les femmes dansent avec des éventails.

Danza del Vendo

Danza del Vendo a été créée par les Indiens du Mexique et est restée intacte. Aujourd’hui, la danse est exécutée dans tout le pays et dans certaines régions des États-Unis. Cette danse dépeint l’histoire d’une chère chasse. La danse est facilement identifiable car les danseurs portent des masques de chasseur et de cerf.

Los Voladores de Papantla

Cinq participants escaladent un poteau de 30 mètres de haut. L’un d’entre eux reste au sommet en jouant de la flûte et du tambour, tandis que les quatre autres tournent vers le sol à l’aide d’une corde. Cette danse est considérée par l’UNESCO comme un patrimoine culturel immatériel.

La diversité des danses mexicaines

Aujourd’hui, les groupes de danse folklorique mexicaine, ou grupos folkloricos, exécutent souvent des danses provenant de nombreux États du Mexique, et ces danses deviennent un symbole de l’héritage culturel et de l’identité nationale. Comme les États-Unis, le Mexique est composé de différents États qui ont des identités distinctes. Le Mexique est un pays très diversifié qui comprend 31 États et le district fédéral où se trouve la capitale nationale, Mexico. Un ballet folklorique représente les danses de divers de ces états et régions du Mexique et les danses et les costumes reflètent les expressions et l’esthétique uniques de l’état d’où ils proviennent.

Jalisco

Jalisco est le quatrième plus grand État du Mexique, avec plus de six millions de personnes recensées en 2003. La capitale, Guadalajara, est la deuxième plus grande ville après Mexico. Egalement connue sous le nom de “la perla tapatía”, Guadalajara est la patrie de la danse nationale du Mexique, le Jarabe tapatía. Le terme “Jarabe” désigne généralement un type de musique traditionnelle mexicaine qui utilise plusieurs mètres, et “tapatía” est un terme qui indique que quelque chose vient de Guadalajara. Cette danse raconte l’histoire romantique d’un homme qui flirte avec une femme dont il est amoureux. Il existe différentes variations de cette danse et beaucoup d’entre elles impliquent un chapeau, d’où le nom populaire qu’elle a acquis aux États-Unis “The Mexican Hat Dance”.

Traje de charro, qui signifie “vêtement de cow-boy” en espagnol, désigne le vêtement spécial porté par un homme en costume traditionnel de Jalisco. Il est porté dans les danses traditionnelles de Jalisco, et c’est aussi souvent le vêtement des musiciens Mariachi – une forme musicale typique de Jalisco. Le traje de charro comprend un grand chapeau (ou sombrero), un manteau avec des boutons en argent et d’autres ornements, et un pantalon long qui a les mêmes boutons en argent qui descendent le long de la jambe du pantalon sur le côté. Les femmes en robe traditionnelle de Jalisco portent des chemisiers colorés et des jupes complètes faites de grandes quantités de tissu coloré. Vous pouvez en voir des exemples sur le panneau d’exposition.

Veracruz

L’État de Veracruz est le troisième État le plus peuplé du Mexique et est situé à l’est du pays, sur le golfe du Mexique. Xalapa est la capitale, mais la plus grande ville de l’État est Veracruz. Le style de la musique traditionnelle de Veracruz est bien connu grâce à la popularité d’une chanson originaire de cette région, “La Bamba”. Un instrument que l’on entend particulièrement dans la musique de Veracruz est celui de la harpe. Les vêtements portés par les femmes pour représenter traditionnellement Veracruz dans les danses folkloriques comprennent une robe blanche, accentuée par un éventail, des bijoux et souvent un tablier noir. Les femmes de Veracruz portent une fleur dans les cheveux du côté droit si elles sont célibataires, du côté gauche si elles sont mariées. Les hommes portent souvent du blanc également, accentué par un mouchoir rouge (pañuelo rojo) et une ceinture.

Lorsqu’ils dansent sur “La Bamba”, les couples essaient souvent de nouer la ceinture rouge de l’homme en un nœud avec leurs pieds. La chemise de l’homme est souvent ce qu’on appelle un guayabera, une chemise qui n’est pas seulement portée pour un costume, mais qui est couramment portée dans les climats plus chauds tous les jours. À l’origine, les chemises Guayabera avaient quatre poches, deux poches inférieures et deux poches supérieures, chacune avec son propre bouton. Une autre caractéristique de la Guayabera sont les deux rangées d’alforzas (plis verticaux) qui courent sur le devant de la chemise, sur les poches et sur le dos de celle-ci.

Michoacán

La danse la plus associée à l’État du Michoacán est la danse des anciens, ou baile de los viejos. Les danseurs portent de grands chapeaux et des masques pour se déguiser en vieillards lorsqu’ils exécutent cette danse.

Nuevo León

Le Nuevo León est un État situé dans la région nord-est du Mexique. Avec une musique influencée par la polka et la tradition naissante du Tejano, les danses du Nuevo León sont souvent vives et accompagnées d’une musique au rythme contagieux. Les jupes de Veracruz et de Tamaulipas se ressemblent dans la forme (mais pas dans la couleur), mais les mouvements doux de Veracruz sont très différents des pas agressifs que l’on trouve dans ces États du nord.

Une définition des arts traditionnels est celle des traditions artistiques caractéristiques de groupes ethniques, religieux, linguistiques, professionnels ou régionaux spécifiques. Ils sont transmis d’une génération à l’autre et s’apprennent par la participation continue à des activités communautaires et par l’observation ou l’imitation ou la maîtrise des praticiens. Les artistes traditionnels, par leur créativité, leur excellence et leur dévouement, reflètent l’histoire, les pratiques, les croyances et les valeurs de chaque communauté et, pour le Mexique, la danse folklorique mexicaine contribue à préserver la culture.