Les Mariachis du Mexique

11 juin 2019 0
Les Mariachis du Mexique

Symbole du folklore mexicain, les Mariachis (ou Mariacheros) sont un groupe de musiciens. Par extension, le nom fait également référence à un genre musical traditionnel du Mexique. En novembre 2011, l’UNESCO a inscrit ce registre de musique sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Origine des Mariachis ?

La musique mariachi, telle qu’elle est connu de nos jours, trouve ses origines au XIXe siècle dans la ville de Cocula, dans l’Etat de Jalisco. Les formations mariachis ressemblaient initialement à des orchestres de théâtre espagnols, composés de violons, de guitares et d’une harpe. Vers la fin du XIXe siècle, la vihuela, qui remplace alors la harpe, les deux violons et le guitarron formaient le quatuor de base des groupes de mariachis.

Qu’est-ce que le mariachi ?

La seule chose plus mexicaine que la tequila est le mariachi et il semble dommage d’en avoir un sans l’autre.

Le mariachi va au-delà de la musique, c’est la somme d’une révolution culturelle qui s’exprime à travers un groupe de musiciens, habillés de vêtements populaires (plus récemment de costumes de charro) qui englobent l’essence du Mexique et de son peuple. C’est quelque chose de culturel, spirituel et traditionnel qui est unique à ce pays, une expérience à ne pas manquer.

D’où vient le mot “Mariachi” ?

Le mot mariachi fait référence aux musiciens que l’on voit aujourd’hui dans les restaurants ou en se promenant dans les rues, vêtus de costumes de charro argentés avec de larges chapeaux et jouant de divers instruments, dont des violons, des guitares, des basses, des vihuelas (une guitare à 5 cordes) et des trompettes.

Leurs chansons parlent de machisme, d’amour, de trahison, de mort, de politique, de héros révolutionnaires et même d’animaux (une chanson particulièrement célèbre est “La Cucaracha”).

Les mariachis sont originaires de la partie sud de l’État de Jalisco, au XIXe siècle. Personne ne sait exactement d’où vient ce nom, bien que diverses théories aient été avancées et, selon ce qui convient le mieux aux postulants, soient respectées.

Selon la théorie originale, mariachi est dérivé du mot français pour mariage – mariage, en raison du type de musique jouée lors de ces événements. Le seul problème avec cette théorie est que la musique provient d’une région du Mexique que les Français n’ont jamais visitée et, même s’ils l’avaient fait, elle a commencé avant leur arrivée en 1864.

Une autre théorie affirme que le mot vient du nom indigène de l’arbre Pilla ou Cirimo, dont le bois est utilisé pour fabriquer des guitares. Si cela était vrai, le mot mariachi serait appliqué à l’instrument lui-même et non à ceux qui en jouent.

Il a également été suggéré que le nom vient d’un festival en l’honneur d’une vierge connue sous le nom de Maria H. (mah-ree-ah AH-chay) lors duquel les musiciens jouaient et qu’au fil du temps, ce nom leur a été donné.

La vérité est que personne ne sait d’où vient ce nom, mais il est associé à un grand prestige non seulement au Mexique, mais aussi dans le monde entier.

Les origines des mariachis eux-mêmes (le groupe, la culture, la musique, etc.) ne sont pas beaucoup plus faciles à retracer. Le mariachi est la somme d’une évolution culturelle qui a eu lieu au cours du siècle dernier environ au Mexique.

Bien que les tribus indigènes du Mexique aient fait de la musique avec des flûtes, des tambours et des sifflets, il n’y a pas de lien évident entre la musique indigène et le mariachi. Les instruments utilisés à l’origine par les mariachis étaient ceux introduits par les Espagnols – violons, guitares, vihuelas, harpes, etc. Ces instruments étaient destinés à être utilisés pendant les messes, mais les criollos (Mexicains d’origine espagnole) ont commencé à les utiliser également pour faire de la musique populaire, au grand dam des prêtres, puisqu’ils étaient utilisés pour accompagner certains des couplets les plus scandaleux, satiriques ou anticléricaux de l’époque.

Qu’est-ce que la musique Mariachi ?

La musique mariachi a prospéré grâce au soutien du peuple. Les criollos du XIXe siècle ont fait tout leur possible pour effacer toute trace de la présence espagnole au Mexique et, ce faisant, ont soutenu la musique mariachi.

On pouvait voir des mariachis portant des vêtements traditionnels d’ouvriers – un pantalon et une chemise blancs et un chapeau de paille – et se déplaçant pour chercher du travail. Le plus souvent, ils trouvaient un emploi dans l’une des haciendas où ils gagnaient plus que le travailleur moyen.

Avec la révolution, beaucoup d’haciendas ont été obligées de laisser partir les mariachis. Ils erraient alors de ville en ville en chantant les chants des héros et des ennemis de la révolution, transportant des nouvelles d’un endroit à l’autre.

Ne jouissant toujours pas de la même position qu’auparavant, les mariachis se sont mis à jouer dans des lieux publics contre rémunération. L’un des plus populaires était le Tlaquepaque de San Pedro dans l’État de Jalisco, un endroit à la mode pour les habitants de Guadalajara pour passer leurs étés.

Comme ils jouaient contre rémunération, ils étaient obligés d’ajouter de nouveaux éléments à leur musique et d’élargir leur répertoire pour y inclure des valses et des polkas.

Au début de ce siècle, les mariachis ont commencé à retrouver leur popularité. Les mariachis les plus appréciés étaient encore ceux de l’État de Jalisco, en particulier des régions de Cocula et Tecalitlán. Ils ont représenté le Mexique auprès du peuple lors des célébrations de la fête de l’Indépendance à Mexico en 1933 ainsi que pendant la campagne électorale de Lázaro Cárdenas en 1936.

Avec l’avènement de la radio et de la télévision, leur popularité n’a cessé de croître. Des contrats d’enregistrement ont été signés et ils ont été associés à des chanteurs célèbres comme Jorge Negrete et Pedro Infante. En raison de la popularité du jazz et de la musique cubaine, la trompette est adoptée, reléguant les violons au second plan et, dans certains cas, remplaçant la harpe.

Des films ont été tournés qui représentaient le Mexique comme un endroit peuplé d’hommes vraiment machos dont la vie tournait autour du charro, de la tequila et, bien sûr, des mariachis.

Aujourd’hui, la musique mariachi est jouée dans le monde entier, dans des endroits aussi éloignés que le Japon et l’Europe. Cette partie intégrante de la culture mexicaine.

Les Mariachis

Développement de la musique mariachi

Il existe deux types de mariachi :

Le Mariachi traditionnel

les musiciens portent la tenue typique des paysans et l’instrumentation (uniquement des instruments à cordes) tire son origine de la période de la Nouvelle-Espagne.

Le Mariachi moderne

Le mariachi moderne est basé sur la variante régionale de Cocula, il intègre les trompettes. Au milieu du XXème siècle, il devient très populaire et est diffusé à l’échelle nationale grâce à la radio, à la télévision, au cinéma et à l’industrie du disque puis à l’échelle internationale. La musique et les vêtements du mariachi moderne font maintenant partie de la culture mexicaine. Le mariachi moderne est souvent joué au cours des fêtes publiques comme la fête des Mères ou celle de la Vierge de Guadalupe (12 décembre), les réunions de famille, les fêtes ou encore les sérénades. Parmi les auteurs et/ou interprètes les plus importants, on peut citer : Jorge Negrete, Antonio Aguilar, Pedro Infante, Javier Solís, Miguel Aceves Mejía, José Alfredo Jiménez, Juan Gabriel, Tomás Méndez, Rubén Fuentes, Gilberto Parra Paz, Vicente Fernández, Luis Miguel et Manuel Esperón. Le costume traditionnel du mariachi moderne s’appelle le traje de charro.

De nos jours, on compte environ 30 000 musiciens qui se consacrent à ce genre de musique au Mexique. Cependant, le mariachi est également très répandu aux États-Unis.

Mariachi et la danse

Il est important de se souvenir que le fils – et les autres types de musique mariachi – n’est pas seulement une musique à jouer et à chanter. Dès le début, c’était une musique à danser.

La technique de danse traditionnelle associée au son jalisciense et au son jarocho est le zapateado, un type de jeu de jambes distinctif originaire d’Espagne. Lorsqu’ils dansent le zapateado, les danseurs enfoncent habilement les talons de leurs bottes ou de leurs chaussures dans la piste de danse, en battant des rythmes rapides et souvent syncopés qui complètent les différents rythmes des instruments de musique. Le zapateado peut littéralement réduire en éclats la piste de danse, même la plus résistante, en raison de la force avec laquelle il est dansé.

Chacune des variations régionales du son a son style de danse traditionnel. Le huapango ou son huasteco, par exemple, comme le son jalisciense et le son jarocho, était à l’origine dansé sur des plateformes en bois, dans certaines régions montées sur des cruches en terre. Pour danser le huapango, les couples s’alignent en colonnes opposées. La partie supérieure du corps est maintenue parfaitement droite, les pieds effectuant des manœuvres rapides et complexes en traînant les pieds. Aujourd’hui, cette danse est parfois exécutée avec un verre d’eau sur la tête pour montrer l’incroyable contrôle musculaire du danseur.

Les paroles des sones décrivent fréquemment la vie à la campagne : en particulier, les plantes, les animaux et les gens de la région. Ces paroles sont très suggestives, utilisant souvent l’imagerie de la cour des animaux de ferme pour décrire les relations entre hommes et femmes. Dans la danse, les mouvements des interprètes représentent souvent la cour des animaux de la ferme décrite dans les couplets des sones.

Un autre type de musique lié au son et intimement lié à une danse particulière est le jarabe. Le jarabe, qui présente de nombreuses variations régionales, est en fait un mélange de morceaux de danse, dont des sones, des danzas, des jotas et des polkas. Aucune discussion sur la danse du mariachi ne serait complète sans mentionner le célèbre Jarabe Tapatio – la danse du chapeau mexicain. Associée à Guadalajara, dans l’État de Jalisco, elle est devenue la danse nationale du Mexique. Elle est très stylisée, avec des mouvements et des costumes prescrits. L’homme porte la tenue classique des cavaliers ou du charro de Jalisco, tandis que la femme, la China, porte un châle tissé à la main et une jupe à paillettes brillantes.

Dans les années 1930, les musiciens mariachis ont commencé à porter le même traje de charro, composé d’une veste à la taille et d’un pantalon en laine bien ajusté qui s’ouvre légèrement à la cheville pour s’adapter à une courte botte d’équitation. Le pantalon et la veste sont souvent ornés de broderies, de motifs en cuir finement découpés ou de boutons argentés de formes variées. Avant les années 1930, des photographies montrent les premiers mariachis habillés en calzones de manta, et les huaraches, pantalons et chemises en coton blanc faits maison et sandales en cuir, les vêtements portés par la plupart des paysans de Jalisco.

Les Mariachis aux occasions spéciales

Les mariachis aident souvent à célébrer les grands moments de la vie du peuple mexicain. Avec la sérénade, le mariachi participe au rite de la cour. Dans une société où les jeunes de sexes opposés étaient séparés, la sérénade était un moyen de communication par lequel un jeune homme pouvait envoyer un message d’amour à la femme de son cœur. Dans de nombreuses régions du Mexique, il n’est pas rare d’être réveillé par le son de Las Mañ anitas, le chant traditionnel pour les jours de sainteté, ou les anniversaires. Le Mariachi est généralement placé stratégiquement dans la rue, sous la fenêtre de la festejada, mais le son de sa musique résonne dans tout le quartier. Les mariachis sont aussi couramment engagés pour les baptêmes, les mariages, les fêtes patriotiques et même les enterrements. Il n’est pas rare que le défunt laisse une liste de ses chansons préférées qui seront chantées à côté de la tombe lors de l’enterrement.

La musique Mariachi a été incorporée dans le rituel le plus sacré de l’Église catholique romaine : la messe. La Misa Panamericana est une messe folklorique mariachi, chantée en espagnol, qui utilise des instruments traditionnels pour créer de nouvelles interprétations vivantes des éléments traditionnels du service : Angelus, Kyrie eleison, Gloria, Alleluia, Offertoire, Credo, Sanctus et Agnus Dei.

La première messe mariachi a été conçue par un prêtre canadien, le père Juan Marco Leclerc, et est célébrée à Cuernavaca depuis 1966. À l’origine, elle se déroulait dans une petite chapelle, mais la nouvelle s’est répandue si rapidement et la foule a tellement augmenté que la Messe Mariachi du dimanche a été déplacée à la cathédrale de Cuernavaca. Elle est maintenant fréquemment célébrée dans tout le Mexique, et dans de nombreuses régions des États-Unis où vivent des personnes d’origine mexicaine.

5 groupes de Mariachis célèbres au Mexique

Musique culturelle par excellence, les Mariachis disposent de leurs propres célèbrités.
Voici par exemple, les 5 groupes Mariachis les plus connus du Mexique :

  • Mariachi ‘Vargas de Tecatitlán’
  • Mariachi ‘Cobre’
  • Mariachi ‘Internacional Guadalajara’
  • Mariachi ‘Los Camperos’
  • Mariachi ‘Tepaltepec’