Zorro | L’histoire vraie

2 janvier 2021 0
Zorro | L’histoire vraie

Joaquín Murrieta est le véritable personnage sur lequel repose la légende populaire de Zorro créée par les Américains et qui se situe chronologiquement à l’époque de la domination espagnole (jusqu’en 1821), alors qu’en fait les événements les plus connus de la vie de Joaquín se déroulent au milieu du XIXe siècle (entre 1851 et 1853), juste au moment où le Mexique vient de perdre la moitié de son territoire au profit des États-Unis.

C’était un personnage un peu diffus, mais nous avons des données précises sur ses aventures. Son vrai nom était Joaquín Murrieta Orozco et il avait plusieurs surnoms : “El Zorro”, “El Jinete sin cabeza”, “El Coyote”, “El Bandido de la Montaña” et “El Patrio”.

La véritable histoire de Zorro, l’homme masqué

L’origine de Zorro

Selon la version la plus fiable sur son origine, Joaquín Murrieta (dans certaines sources, son nom de famille est changé en Carillo) a été baptisé entre 1824 et 1830 dans la ville d’Alamos, État de Sonora (Mexique). Alors qu’il était encore jeune, il se maria et émigra avec sa femme en Californie en 1848. Ce vaste territoire et d’autres qui lui sont adjacents ont été mexicains jusqu’en 1847 et sont devenus américains après l’invasion et la conquête du nord-ouest du Mexique. Après la signature du traité de Guadalupe-Hidalgo le 2 février 1848, une population d’environ 75 000 Mexicains a commencé à subir les conséquences désastreuses de devenir soudainement des étrangers dans leur propre pays.

Le contexte

C’est l’époque de la fièvre de l’or et Joaquín Murrieta atteint une prospérité moyenne, ainsi que des centaines d’autres émigrants sonorans. Cependant, en 1850, les mineurs anglo-saxons ont fait pression sur le gouvernement californien à Sacramento pour qu’il adopte une série de lois discriminatoires visant à déposséder les petits et grands propriétaires terriens mexicains par des moyens légaux et/ou illégaux. Face à cette injustice, de nombreux mineurs mexicains sont devenus des bandits. L’une des victimes est Joaquin Murrieta, dont la terre a été volée, et dont la femme a été violée et assassinée.

Les débuts de Zorro

Un jour, alors qu’il se rendait sur la propriété de son frère, Murrieta a rencontré un bandit, Jack Three Fingers, qui volait et tuait dans la région pour le plaisir et la vengeance. Cependant, Murrieta refuse de faire cause commune avec lui car il ne cherche qu’à se venger personnellement. Dans une sorte de grotte, il trouve l’un de ceux qui ont cambriolé sa maison et violé sa femme, le défie et le tue. Le bandit qui a assisté à la scène, garde l’argent du yankee mort. Peu après, Murrieta est capturé et lynché publiquement par un groupe d’Américains pour se venger. Il ne meurt pas, Jack Three Fingers le ramasse, le guérit et finit par être le chef du petit groupe de bandits qui terrorisent les vallées de San Joaquin et de Sacramento, mais même avec Murrieta, les bandits errent sans programme.

La légende romantique de Zorro

Ainsi commence la légende romantique qui dit qu’une nuit, Murrieta agresse et commence à voler, non plus les Américains, mais un groupe de riches propriétaires terriens mexicains qui tiennent une réunion pour voir comment défendre leurs terres contre les Yankees, qui répandent la rumeur de la grande richesse de ces propriétaires terriens parmi les Mexicains de la classe inférieure afin qu’ils les dépouillent et les tuent et ainsi, ils revendiquent et usurpent la terre.

Dans l’une des jeunes femmes agressées, Murrieta a reconnu la fille d’un ancien employeur. La jeune femme lui explique que les propriétaires terriens sont autant victimes de la nouvelle situation qu’eux, que tous les Mexicains sont harcelés par les Yankees, qu’ils soient riches ou pauvres. Elle lui demande de ne pas agresser les propriétaires terriens mexicains car seule l’union de tous les Mexicains les rendra assez forts pour s’opposer à l’oppression américaine. La jeune femme, qui a eu une certaine déception et a été dépossédée de ses terres, rejoint le parti de Murrieta et finit par le convaincre qu’ils doivent se battre pour les Mexicains.

La mort de Zorro

Le gouverneur de Californie a offert une récompense pour la capture, morte ou vive, de Murrieta et de son lieutenant Jack Three Fingers. Le 25 juillet 1853, le chef de la nouvelle force de police de Californie, les California State Rangers, Harry Love, un ancien membre des Texas Rangers, est devenu célèbre pour avoir prétendument tué le célèbre bandit et avoir gardé la tête d’un Mexicain à l’intérieur d’une bouteille d’alcool pour l’exposer dans des foires, en prétendant qu’elle était celle de Murrieta. La tête présumée de Murrieta a été perdue lors du tremblement de terre de San Francisco en 1906.

Cependant, les assauts se poursuivent, beaucoup d’entre eux étant perpétrés par d’autres hors-la-loi mais attribués à Murrieta, qui serait retourné à Sonora en compagnie de son beau-frère Jesús Félix, où il se livrait au commerce de chevaux sauvages entre Sonora et Veracruz. Mais le plus curieux est une lettre publiée en 1875 dans le journal Herald de San Francisco écrite, paraît-il, par le même Joaquin Murrieta qui affirmait que “je conserve encore ma tête”. Il est mort entre la fin des années 1870 et 1890 et a probablement été enterré dans la ville de Cucurpe, Sonora.

L’existence d’une deuxième version

Il existe une autre version de son origine qui affirme que Joaquín Murrieta est arrivé en Californie en provenance du Chili, où il serait né (dans la ville de Quillota, à quelques kilomètres au nord de la ville de Valparaíso) et où il s’était consacré à la culture de la vigne. Il aurait été soldat dans l’escorte de Manuel Bulnes Prieto, président de la République du Chili entre 1841 et 1851, et fuyant la justice pour avoir tué un haut fonctionnaire de l’armée chilienne (qui avait tué un frère cadet de Joaquín) il a fini en Californie. Cette version est basée sur la remarquable émigration chilienne vers la Californie suite à la fièvre de l’or et à la participation possible de Joaquín Murrieta, combattant aux côtés des mineurs naturels de ce pays dans la soi-disant “guerre du Chili” contre les Anglo-Saxons.

La popularisation de Zorro au fil des années

En réalité (c’est-à-dire), la légende de Joaquín Murrieta commence à prendre forme avec le roman “Vie et aventures de Joaquín Murieta, le célèbre bandit de Californie” écrit par le journaliste Yellow Bird, pseudonyme de John Rollin Ridge, publié à l’origine en 1854 (l’année de sa mort supposée).

Cinq ans plus tard, une autre version plus longue a été publiée. Presque toutes les versions ultérieures, qui ajoutent ou modifient certains épisodes de la vie déjà légendaire de Joaquín Murrieta, publiée pendant la seconde moitié du XIXe siècle, sont basées sur l’édition de 1859. Bien que nous ne sachions pas qui en est l’auteur, il est très évident qu’il s’est inspiré du précédent livre Ridge.

Deux ouvrages fondamentaux ont été publiés au XXe siècle : “Le Robin des Bois d’El Dorado : la saga de Joaquín Murrieta” écrit par Walter Noble Burns et publié en 1932 et “Joaquín Murrieta : El Patrio” écrit par le Mexicain Manuel Rojas et publié en 1988.

Selon les informations fournies après une enquête exhaustive de ce dernier auteur, Joaquín Murrieta est né entre 1824 et 1830, probablement en 1829, dans une ville de l’État de Sonora (Mexique) appelée alors San Rafael de los Alamitos et aujourd’hui Trincheras. Ses parents s’appelaient Juan Murrieta et Juana Orozco [ou Orosco]. En 1849, ils apparaissent avec sa femme comme parrains d’une fille dans un document à Sonora. Attiré par la “fièvre de l’or”, il émigre avec sa femme Carmen Felis [ou Rosita Felix ou Antonia Molinera, selon d’autres versions] en Haute-Californie, annexée aux États-Unis quelques années auparavant. Un jour, il est attaqué par des bandits qui violent et assassinent sa femme et le laissent dans un sale état. Ce fait va changer son destin à jamais, car il décide alors de devenir un combattant social, un défenseur de tous les immigrants. Sa légende s’est développée au fur et à mesure qu’il affirmait la justice dans ce territoire sauvage.

L’apogée de la popularisation de Zorro

Personnage célèbre de la littérature, “The Fox” est né du roman d’Arthur Johnston McCulley de 1919. Sa légende a été portée à l’écran à de nombreuses reprises : “Le Robin des Bois d’El Dorado” (États-Unis), “La vie, l’étoile et la mort de Joaquín Murrieta” (Russie) et “Joaquín Murrieta” (Mexique). Il y a aussi un opéra rock joué en Russie et un corrido mexicain. Le Chilien Pablo Neruda, a écrit en 1966 une de ses rares pièces intitulée “Fulgor y muerte de Joaquín Murieta” (avec un r), sa seule œuvre musicale. En 1998 est sorti le film “La marca del Zorro”, dans lequel l’acteur Antonio Banderas, changeant les noms des personnages historiques et combinant la légende avec l’histoire, joue “Alejandro Murrieta”, le frère de Joaquin, dont l’identité secrète est celle de Zorro.

Le personnage littéraire de Zorro dans toutes ces œuvres de fiction a été plus ou moins inspiré de la vie réelle du hors-la-loi Joaquin Murrieta du milieu du XIXe siècle dont la bande, connue sous le nom de “bande des cinq Joaquins” a commis d’interminables rafles de bétail (vols ou petits larcins), des agressions, des enlèvements et des meurtres pendant la ruée vers l’or en Californie. Il existe des preuves historiques que Murrieta n’était rien d’autre qu’un opportuniste et un criminel, mais dès 1854, le livre précité, avec une énorme diffusion, l’avait transformé en une figure romantique et un symbole de la résistance mexicaine à l’influence américaine en Californie.

La série télévisée Zorro

Le 7 janvier 1965, la série “El Zorro” est diffusée pour la première fois à la télévision. C’est l’un des grands succès de la télévision et chaque fois qu’il est diffusé, il a des chiffres d’audience importants.

L’histoire a été portée au petit écran en 1965, avec Guy Williams comme personnage principal. Il y avait trois saisons et seulement 82 épisodes d’une demi-heure. Il a connu un énorme succès en Amérique hispanique, mais pas aux États-Unis.

En 1968, la société de production El Trece, a commencé à diffuser les épisodes de la série, qui est devenue un succès immédiat. Voyant le grand nombre de fans que l’émission avait, la chaîne a voulu inviter Guy Williams à faire une interview en direct, et ils ont réussi en 1973.

Le 6 mai 1989, l’acteur souffre d’un anévrisme cérébral et meurt. Sa dépouille a été enterrée à Buenos Aires, lors d’une veillée peu fréquentée où Mirtha Legrand était présente. Ses cendres ont été conservées pendant deux ans au panthéon de l’Association des acteurs argentins et en 1991, son fils Steve les a emmenées aux États-Unis pour réaliser le dernier souhait de son père : les disperser en Californie.

Le personnage de Zorro : Don Diego de la Vega

Le personnage avait toutes les caractéristiques d’un héros romantique, un justicier qui marquait le Z comme une signature enregistrée, grâce à sa grande habileté à l’escrime. Sa place dans le monde était la Californie de 1820, où la ville de Los Angeles était la préhistoire de l’autoroute actuelle.

Dans l’intrigue, Don Diego retourne dans cette Californie encore colonie espagnole après avoir étudié en Espagne, à la demande de son père. La mission : affronter le commandant Enrique Sánchez Monasterio, oppresseur du peuple, avec plusieurs complices. En d’autres termes, une sorte de Robin des Bois hispanique et plus contemporain.

Le cheval de Zorro : Tornado

Tornado est le nom du cheval que nous avons tous vu dans la série télévisée El Zorro.

Ce cheval Tornado, l’ami et fidèle compagnon de Zorro, a des caractéristiques très particulières. C’est un cheval noir, rapide, charismatique, passionné, un compagnon imbattable.

Pour ces raisons, il est devenu le principal complice des aventures que Zorro a jouées dans la scène.