Les meilleurs westerns mexicains

25 janvier 2021 0
Les meilleurs westerns mexicains

Au milieu du XXe siècle, l’industrie cinématographique mexicaine a commencé à entrer dans une crise dont il serait difficile de sortir. Epuisé par les thèmes et les genres qui avaient autrefois suscité l’admiration du public et de la critique, on a tenté d’adapter le western américain à la scène nationale, dans un étrange mélange de genre ranchero, d’humour, de films d’horreur et même de bagarre.

La liste des meilleurs westerns mexicains

Les Frères Del Hierro (1961)

Après le meurtre de son mari pour des raisons qui ne sont jamais précisées, une femme (Columba Domínguez) engage un expert en armes à feu (Ignacio López Tarso) pour former ses deux fils au maniement des armes. L’obsession de la mère et l’environnement oppressant dans lequel ils vivent poussent les adultes Reinaldo et Martin del Hierro (Antonio Aguilar et Julio Alemán, respectivement) à prendre des chemins différents pour faire face à la vengeance, à la violence et à la vie. Leurs décisions – à la fois calculées et irréfléchies – les entraînent dans un destin tragique pavé de ressentiment, de meurtre, de duels à mort et de l’amour qu’ils ressentent tous deux pour une belle jeune femme au grand cœur (Patricia Conde), surprotégée par son frère Manuel (David Reynoso), strict et autoritaire. Écrit par le romancier hidalgois Ricardo Garibay et réalisé par Ismael Rodríguez-un de nos réalisateurs les plus importants et les plus prolifiques, et le principal collaborateur de Pedro Infante, qui était mort cinq ans plus tôt et a peut-être influencé sa période cinématographique la plus sérieuse et la plus réfléchie-, Los Hermanos del Hierro est un joyau cinématographique. Elu par le magazine SOMOS en 1994 comme le quinzième meilleur film mexicain, Los Hermanos del Hierro oscille entre le film de ranchera et le western américain. C’est un film qui démystifie de nombreux archétypes, personnages et thèmes du genre cow-boy trois ans avant que Leone ne lance le western spaghetti avec Per un pugno di dollari (1964) et trente et un ans avant que son acteur principal Clint Eastwood ne réalise The Unforgiven (1992), le western auto-réfléchi le plus célèbre. La mise en scène de Rodriguez est dynamique et précise, et les paysages du nord du Mexique filmés par Gabriel Figueroa sont arides et sauvages. Garibay était tellement fasciné par le scénario qu’il l’a adapté en un excellent roman intitulé Par de reyes, quelque chose d’unique dans la littérature mexicaine. Les représentations spéciales de certains des acteurs les plus aimés de l’âge d’or (Emilio Fernández, Pedro Armendáriz, Víctor Manuel Mendoza, Amanda del Llano, David Silva, José Elías Moreno, parmi beaucoup d’autres) sont symboliques de la fin d’un âge d’or et du début d’un cinéma dont l’avenir semblait incertain.

Tiempo de Morir (1965)

Peu de films ont des antécédents comme celui-ci. Premier long métrage d’Arturo Ripstein, produit par son père Alfredo Ripstein Jr -président de la maison de production Alameda Films- et écrit par les futurs prix Nobel de littérature Gabriel García Márquez et Carlos Fuentes, Tiempo de Morir est un film sur une mort annoncée, une dette d’honneur qui n’a pas besoin d’être recouvrée et comment plusieurs vies sont écourtées à cause d’un destin fataliste. Juan Sayago (Jorge Martínez de Hoyos) est libéré de prison après avoir purgé une peine de dix-huit ans pour avoir tué en légitime défense un compagnon de cow-boy qui le harcelait violemment depuis longtemps. Sayago prévoit de reprendre là où il s’est arrêté, en retournant travailler comme cow-boy et en reprenant sa relation avec l’amour de sa vie, la veuve Mariana Sampedro (Marga Lopez). Cependant, le fils aîné de Raúl Trueba, Julián (Alfonso Leal), cherche obsessionnellement et aveuglément à se venger, tandis que son frère Pedro (Enrique Rocha) est pris entre le devoir familial et son amitié croissante avec l’épuisé et humble Sayago. Le livret original de García Márquez a été écrit en collaboration avec Fuentes, qui a mexicanisé les dialogues des personnages. A l’origine, Alfredo Ripstein a recommandé à son fils Arturo de tourner le film en western, ce qui a facilité la vente des droits du film en Europe – en particulier en Allemagne – où les westerns étaient les plus répandus. Ainsi, le temps et l’espace du film sont ambigus et intemporels. Avec d’excellentes performances et soutenu par une grande distribution (dont Blanca Sánchez, Carlos Jordán et Tito Junco dans le rôle d’un shérif qui aime interpréter les rêves et les mauvais présages), Tiempo de Morir est une fusion de ranchero et de western avec tous les éléments de la tragédie grecque et un duel final aussi sec et désolé que la vie des personnages.

El Silencioso (1967)

Le blond et beau rejoneador Santos – fils du gouverneur de San Luis Potosí, Gonzalo N. Santos – est devenu une star nationale du cinéma grâce à ses performances dans des westerns colorés et des films d’aventure comme Una bala es mi testigo, La flecha envenenada et El potro salvaje, où les personnages de Santos étaient des cow-boys souriants à la conduite impeccable et aux intentions pures, vêtus de manteaux de cuir et de daim, et appartenant à la tradition de Roy Rogers, Tom Mix ou Hopalong Cassidy. Le tireur anonyme et silencieux de The Silent One est plus enclin à la violence et au stoïcisme, bien qu’il continue à jurer par un code d’honneur qui lui est propre et à défendre les innocents. Après avoir vengé le meurtre de sa famille pendant les premières minutes du film, le muet arrive dans une ville contrôlée par un cacique (Emilio Fernández) et son frère (Roberto Cañedo) et tombe amoureux d’une belle femme (Adriana Roel) qui, avec sa fille (Mari Carmen Gonzales), attend le retour de son mari (Luis Aguilar). Adapté librement du classique américain Shane (ce qui sera fait à plusieurs reprises, notamment dans le film de Clint Eastwood de 1985, The Pale Horseman), The Silent One contient des fusillades et des duels savamment chorégraphiés et une bonne intrigue qui rend hommage au cinéma western classique aux États-Unis, et au cinéma ranchero au Mexique, avec une intrigue simple et divertissante.

Todo por nada (1969)

Alberto Mariscal a été le directeur le plus dévoué et le plus prolifique du western national. Avec des dizaines de films dans ce genre au cours d’une carrière de centaines de films (tant pour le cinéma que pour la vidéo), le réalisateur né à Chicago en 1926 et mort à Los Angeles en 2010 a développé un style et un sujet qui lui sont propres, plus définis et distincts que ceux de tous les autres réalisateurs qui se sont plongés dans le genre (comme Chano Urueta, Fernando Méndez, René Cardona père et fils, et à l’occasion, Ismael Rodríguez). La plupart de ses westerns se concentrent sur la vengeance et sur le fait que la poursuite de celle-ci est autodestructrice. Les personnages amicaux et immoraux abondent, une nature cruelle et des scènes de violence qui oscillent entre l’héroïque, le sadique et le pathétique. Son western le plus connu, même pour ceux qui ne sont pas familiers avec le genre, est sans aucun doute El tunco Maclovio (1970), un film totalement fataliste et tragique. Cependant, Todo por Nada est le film avec lequel Mariscal a pris son envol et a renforcé sa position de premier réalisateur de westerns au Mexique. Après le massacre et l’indignation de leur famille, les frères Mario et Fernando (Almada) partent à la recherche des tueurs et finissent par affronter un puissant cacique (Eric del Castillo) qui tourmente les paysans de la région (dont le susnommé Urueta). L’intrigue est simple et directe, mais elle est d’une importance capitale car c’est le premier film à mettre en avant les frères Almada, le duo fraternel le plus célèbre du Mexique moderne. Les meurtriers et les violeurs qu’ils poursuivent sont tout à fait méprisables (surtout le personnage pathétique incarné par l’incomparable Narciso Busquets), le spectateur attend donc avec impatience le triomphe des frères, même avec la scène éternelle où ils se perdent dans le désert qui semble inutilement s’étendre sur une heure et demie. Le film culmine par une formidable victoire à la Pyrrhus qui est à la hauteur du titre du film.

Cinco Mil Dólares de Recompensa (1973)

Réalisé par Jorge Fons et basé sur un roman de Ralph Barby, Cinco Mil Dólares de Recompensa est peut-être le western mexicain le plus épuré. En même temps, la bande-son est époustouflante et le film a une agilité qui ne permet pas à l’intrigue de traîner ou de nécessiter des scènes pour prolonger la durée du film. Une ville est envahie par la violence et l’indignation de la bande de Tom Kotin (Sergio Kleiner) et de ses sbires, dont l’ironique William Law (un cadavre de Pedro Armendáriz Jr., non loin de l’univers de Tim Burton) et d’autres criminels de divers groupes ethniques et sociaux (Gastón Melo, Bruno Rey, Gabriel Retes, entre autres). Le maire Baker (Claudio Brook) ne peut pas faire face à l’influence de Kotin et compagnie, il engage donc un chasseur de primes expérimenté nommé Hunter (Jorge Luke) pour être le nouveau shérif chargé d’imposer la civilisation à la ville. Hunter est un héros intéressant : bien qu’il soit l’archétype de “l’homme sans nom” qui apparaît généralement dans les westerns révisionnistes comme celui-ci, quelques aspects le font ressortir. Hunter est rapide avec un fusil et cool au combat, mais il sait aussi choisir ses combats, il est vulnérable aux coups physiques et émotionnels, et sa mélancolie est évidente tout au long du film. Lorsque la timide nièce du maire, Claire (Silvia Pasquel), lui demande pourquoi il a toujours une couverture sur le dos, il répond avec un sourire triste : “Je ne sais pas. Peut-être parce que j’aimerais mourir enveloppé dedans”. Il est intéressant de trouver dans la filmographie de Fons (Rojo amanecer, El callejón de los milagros) un film dont l’axe central est le divertissement. De plus, la distribution est une combinaison de plusieurs des acteurs les plus importants des années 70. Dans le conflit séculaire “civilisation contre barbarie”, le film montre que les zones sont toujours grises. La figure d’un tueur à gages qui devient un homme de loi, dompte une ville sauvage et finit assis dans un fauteuil, fusil à la main et avec un vieux drapeau américain en ruine derrière lui est une grande image qui résume le film.

Los Indomables (The Hawaiians) (1974)

Los Indomables est peut-être le meilleur western d’Alberto Mariscal. L’histoire est simple : un maréchal vétéran (Mario Almada) doit escorter un bandit brutal et sanguinaire (Pedro Armendáriz Jr., gigantesque et vêtu de cuir) jusqu’à la prison d’où il s’est échappé. En chemin, le maréchal est blessé et ne trouve que l’aide de Nick Sanders (Rodolfo de Anda), un jeune vagabond avec un don pour les armes. Le shérif et Sanders établissent une relation amicale, et Sanders accepte d’escorter le bandit. Cependant, les deux protagonistes sont poursuivis par des forces hostiles : la grande bande du prisonnier, dirigée par Bruno Rey ; et les hommes de loi, qui recherchent Sanders pour meurtre. Le point de rencontre se trouve dans une ville où le shérif local (un excellent Jorge Russek) tente de faire son devoir en accueillant le prisonnier tout en faisant face aux pressions et aux craintes des habitants – dont un lâche slob joué par Jorge Arvizu – à propos du visiteur. Le montage est bon et la cinématographie capture bien les paysages et les lieux. Mais le cœur du film réside dans l’excellente alchimie entre Almada et de Anda. Il est très agréable de les voir interagir, et tous deux s’acquittent bien de leurs rôles respectifs : le vétéran, l’honorable officier et le voyou sournois et charismatique. La conclusion du film est aussi la conclusion de son thème central : la valeur du devoir et de l’honneur dans un monde où ceux qui n’en ont pas sont favorisés.

Los marcados (They Call Him Marcado) (1971)

Film le plus délirant et le plus surréaliste de Mariscal, Los marcados garde un pied dans les conventions du western et l’autre dans le surréalisme freudien de nombreux films de l’époque, dont La Taupe. The Marked Ones contient plusieurs éléments curieux qui le séparent de plusieurs de ses “frères” dans le genre. Le film a été produit par Columbia Pictures, ce qui est évident dans la qualité de l’image, la grande variété d’excellents plans larges et la splendide bande sonore, composée et dirigée par Paul Sawtell et Bert Shefter – tous deux compositeurs vétérans de la télévision et du cinéma américains – parmi lesquels le thème principal, chanté par le protagoniste du film, Antonio Aguilar, se distingue. Autre bizarrerie : Aguilar est “Le Marqué”, un légendaire bandit armé avec une cicatrice sur la joue et qui porte toujours du noir. Dire que “The Marked One” est omnipotent serait un euphémisme : Aguilar (à la peau marron foncé et à l’attitude si calme et imposante qu’elle inspire la peur) parle moins de dix lignes dans le film, se repose pendant plus de la moitié, et quand il se bat, il ne risque jamais d’être blessé et expédie ses adversaires sans verser une goutte de sueur. Cela fonctionne bien dans le monde absurde et grotesque du film, aussi éloigné du “vrai” Ouest américain du XIXe siècle que la galaxie de la Guerre des étoiles l’est de notre planète. Les méchants sont El Pardo (Eric del Castillo, silencieux et pratiquement albinos) et El Niño (Javier Ruán), des homosexuels psychotiques amoureux aux commandes d’une mini-armée de fantômes, de lambastes dépravés et sadiques. El Niño est un fou qui combine l’enfantillage avec le mal, avec un penchant pour le masochisme et la récitation de Shakespeare. Leur histoire est liée à celle de la prostituée Mercedes (Flor Silvestre, dans une excellente performance), une femme alcoolique qui n’est rien d’autre qu’une coquille humaine, sans volonté de vivre en raison d’un passé tragique. Il y a également des représentations spéciales de José Carlos Ruiz en tant que tireur à la main “sèche” et de Carmen Montejo en tant que Remedios, une amie prostituée de Mercedes, ce qui renforce le rapport des personnages “marqués” à la fois physiquement et spirituellement.

L’histoire des westerns mexicains

Début des westerns mexicains

Alors que Hollywood abandonnait lentement l’épopée occidentale à la fin des années 50, le cinéma mexicain, au contraire, découvrait les bienfaits d’un genre légendaire capable d’accueillir les propositions les plus insolites. Loin de retracer les mythes de la prairie, la philosophie de l’honneur et des armes, le mélange de civilisation et de barbarie, ou sa topographie singulière, qui ont fait de Ford, Mann, Budd Boetticher ou Raoul Walsh des demi-dieux, le western national, aussi appelé “cinéma de cheval”, a choisi le cheapness, l’hybride et la dégénérescence ranchera.

Les années de gloire des westerns mexicains

Dans les affres de la mort du cinéma charro et des aventures de campements folkloriques, le genre ranchero a opté pour une étrange tournure. La bravade du charro incarné par Jorge Negrete, les bagarreurs machos personnifiés par Pedro Infante, Luis Aguilar ou Antonio Badú, les héroïnes soumises et naïves, ainsi que les indigènes nobles et honnêtes, n’avaient plus leur place au milieu des années cinquante. Au même moment, le public commençait à abandonner les palais du cinéma pour se concentrer sur la télévision. L’industrie cinématographique s’effondre, sauf dans certaines villes et places de province, où les images de héros ruraux chevauchant à travers les plaines attirent encore la curiosité des spectateurs habitués aux exploitants transhumants et aux salles à peine fonctionnelles, qui projettent un cinéma sans prétention. Ainsi, dans l’esprit d’un western “série B” dans un contexte national, le cinéma “Caballito” a vu le jour.

Les intrigues des westerns mexicains

Il s’agissait d’histoires filmiques de héros justiciers, propriétaires d’une élégance churrigueresque douteuse, qui portaient des fusils tape-à-l’œil et, pour beaucoup d’entre eux, se cachaient derrière un masque dans le style de ce personnage énigmatique appelé “Zorro”. Bien sûr, les environnements de ce nouveau sous-genre étaient loin de l’opulence et des paysages photogéniques. La tombola portait sur les lieux appauvris, les plaines près de Mexico et les extensions de terrain typiques du genre dans les studios de Churubusco, Azteca et America.

Ainsi, sur un fond musical de boleros rancheros, au milieu de courses de chevaux, de bagarres de bar ineptes et de jeunes filles dont les ranchs étaient menacés par des méchants sournois, ses intrigues farfelues se distinguent, mêlant films d’horreur, lutte, comédie et une sorte de films policiers ruraux qui tentent de témoigner d’un Old West au milieu d’une province mexicaine.

La fin des westerns mexicains

Ce n’est pas un hasard si l’arrivée de ce sous-genre de ranchero a coïncidé avec un autre encore plus populaire, répétitif, prévisible et pauvre, mais avec une énorme charge de délire : les films de lutte. Et le rêve semblait terminé ; l’âge d’or de notre cinéma se brisait à la fin des années 50, non seulement avec la mort de grandes figures comme Jorge Negrete, Pedro Infante, Joaquín Pardavé ou Miroslava, mais aussi avec la fermeture de plusieurs studios comme Clasa, Tepeyac et Azteca. Le cinéma mexicain commence à épuiser les thèmes et les genres qui, quelques années plus tôt, avaient fait sa fierté nationale.