Le náhuatl | origine de la langue aztèque & expressions

Le náhuatl | origine de la langue aztèque & expressions

9 septembre 2020 2

Le nom de la langue “nahuatl” vient du verbe nahuati, “parler fort”. Nahuatl signifie “fort, audible”. Il a également été appelé Nahua, nahoa, nahualli, mexihca et macehualli.

 

Origine du nahuatl

Les premiers Nahuas arrivés dans la vallée du Mexique parlaient le dialecte nahuatl, dont l’une des caractéristiques est la présence du t au lieu du tl qui caractérisait le dialecte de Tenochtitlan. Le nahuatl a peut-être été la langue, ou l’une des langues, des Teotihuacans et, plus tard, de la civilisation toltèque.

Les Aztèques parlaient le dialecte nahuatl, et comme leur empire s’étendait sur une grande partie du centre et du sud du Mexique, la langue s’est considérablement répandue. Ils n’ont jamais tenté d’imposer leur langue parmi les peuples conquis, bien que des sources historiques affirment que les peuples tributaires ont été contraints de former un corps de Nahuatl ou de traducteurs.

À Tenochtitlan, le groupe au pouvoir s’est préoccupé de la culture de la langue. Il y avait des écoles et des académies dans lesquelles, entre autres activités culturelles, on apprenait aux jeunes à bien parler, à mémoriser, à réciter et à chanter. Dans les temples, il y avait une école salariée pour les compositeurs de poésie et de chant au service du sacerdoce et de la noblesse. Dans chaque communauté, aussi petite soit-elle, il y avait des orateurs qui parlaient aux occasions solennelles du cycle de vie. Ils récitaient les célèbres huehuetlatolli ou discours moraux, pleins de rhétorique et de métaphores élégantes.

La poésie aztèque était chantée et dansée. Les thèmes abordés étaient les héros, l’histoire, la vie et la mort, chargés de signification religieuse. Ils ont également composé des hymnes aux dieux, les teocuícatl et les yaocuícatl.

 

L’écriture du nahuatl

L’écriture nahua préhispanique était comme un ensemble d’éléments pictographiques, idéographiques et phonétiques. La phase la plus élémentaire, le pictogramme, est la simple expression objective. Par exemple, si vous vouliez indiquer un arbre, vous avez dessiné l’arbre. Dans la phase idéographique, un glyphe était utilisé pour indiquer un concept difficile à dessiner, par exemple, dans le cas de la parole, une vierge était peinte sortant de la bouche d’un individu. En écriture phonétique, la figure d’un objet était dessinée pour indiquer un son, qui souvent n’avait aucun rapport avec l’objet, par exemple, le symbole de l’eau indiquait le son de “a” ; un haricot indiquait “e”.
Cet ensemble d’éléments en est venu à former tout un système d’écriture, puisque les chroniqueurs indigènes et espagnols nous parlent de livres historiques, juridiques, fiscaux, géographiques, de calendrier et d’autres types de livres inconnus jusqu’à présent.
Le Nahuatl classique utilisait un ensemble de quinze consonnes et quatre voyelles longues et courtes. Sa grammaire fait largement appel aux suffixes et préfixes, à la réduction des syllabes et aux mots composés. De la langue nahuatl sont issus plusieurs mots qui sont passés en espagnol comme avocat, arachide, cacao, patate douce, coyote, chili, chocolat, mole, tamale, craie, tomate, zopilote.

 

La numération du nahuatl

Les numéros des Aztèques étaient représentés par divers symboles, dans certains cas il y avait plusieurs symboles pour identifier le même numéro.

Caractéristiques du système de numérotation aztèque :
– Ils ont utilisé un système vigésimal, c’est-à-dire un système de base 20.
– Lorsque deux ou plusieurs symboles sont écrits ensemble, les valeurs attribuées à chaque symbole sont additionnées. Un symbole peut être répété jusqu’à neuf fois.

Les œuvres littéraires nahuatl d’avant la conquête utilisaient la forme d’écriture pictographique qui a probablement servi à préserver les traditions orales. L’une des plus grandes tâches culturelles des anciens Nahuas était l’enregistrement des textes dans des livres écrits. Ces livres, que nous appelons codices, étaient faits de peau de cerf fine ou de papier et pliés en forme d’écran. On y trouve la première orthographe de la langue nahuatl que nous connaissons avec certitude, bien qu’il soit possible qu’il y ait des caractères dans les monuments archéologiques des peuples nahuatl avant les Aztèques.

 

La préservation de la langue nahuatl

La disparition de nombreux livres anciens a rendu difficile une reconstruction satisfaisante du système d’écriture préhispanique. L’existence de divers codices coloniaux, qui contiennent encore des glyphes, est un outil d’information précieux.

L’introduction de l’alphabet par les frères espagnols a joué un rôle important dans la préservation d’une partie de la culture aztèque, malheureusement, une autre partie a été détruite par les Espagnols eux-mêmes. L’œuvre de Bernardino de Sahagún est d’une grande importance car elle contient une recherche encyclopédique sur la civilisation aztèque et de nombreux exemples d’écrits historiques, religieux et poétiques. Il est l’auteur de l’Historia general de las cosas de la Nueva España. D’autres documents importants ont été préservés, comme l’Histoire Nahuatl qui couvre une période de près de 1000 ans et les Annales de Tlatelolco, dont une partie couvre la période de 1250 à 1525.

Le principal codex aztèque précolombien connu est le Codex Borbonicus, qui contient les calendriers rituels et solaires. Parmi les professionnels de la cour, le Codex Mendoza, appelé Mendocino, et la Matrícula de Tributos se distinguent. Celui-ci traite de l’histoire du Mexique depuis la fondation de Tenochtitlan jusqu’à l’arrivée des Espagnols, des hommages rendus aux rois aztèques par les provinciaux qui leur sont soumis et des coutumes du peuple Tenochca.

 

Le nombre de locuteurs nahuatl

Il y a environ 1,5 millions de locuteurs nahuatl à travers le monde. Les locuteurs de cette langue se situent principalement au Mexique, au Salvador, aux Etats-Unis, au Nicaragua, au Guatemala et au Canada.

 

Expressions mexicaines actuelles dérivées du nahuatl

De nos jours, de nombreuses expressions mexicaines sont issues du nahuatl. En voici quelques exemples :

 

Un popote = une paille

Le mot “popotli” du Nahuatl fait référence à la tige sèche et creuse des herbes qui poussaient en abondance autour de la grande Tenochtitlan.

Un tianguis = un marché

Du nahuatl “tiyānquiztli”, qui signifie marché.

Apapachar = faire un câlin, une accolade

Du mot nahuatl “apapachoa”, qui signifie “adoucir quelque chose avec les doigts”. Aujourd’hui, ce mot est traduit par “caresse d’amour ou étreinte de l’âme”.

Un cuate = un ami

Du Nahuatl “cuatl”, qui signifie jumeau et que nous utilisons actuellement pour désigner un ami.

Un chicle = un chewing gum

Du “tzictli” de Nahuatl, qui est la gomme qui émane de l’arbre à garçons zapoté.

El mezcal (boisson mexicaine)

Du nahuatl “mexcalli”, un mot composé de “metl” (maguey) et “xcalli” (cuit).

El guacamole

Du Nahuatl “ahuacamolli”, formé par “ahuacatl” (avocat), et “mulli” (sauce).