L’aigle royal du Mexique | espèce en voie d’extinction

L’aigle royal du Mexique | espèce en voie d’extinction

24 mai 2020 0

L’aigle royal, animal fondamental de l’Histoire du Mexique et symbole de l’identité du pays tel qu’il est incarné dans le drapeau national, est en danger. Il n’existe qu’un seul registre de 156 couples reproducteurs sur le territoire mexicain.

 

Caractéristiques de l’aigle royal du Mexique

Cet oiseau de proie peut peser plus de 6,5 kg et mesurer un mètre de haut. Son envergure atteint 2,3 m. Il se distingue des autres oiseaux par sa couleur. A l’âge adulte, il est brun foncé avec un ventre légèrement plus clair et dans le cou, il a un ton doré avec des nuances rougeâtres. ; Il possède un plumage sur les pattes jusqu’au milieu du tarse. Une espèce d’aigle royal peut vivre jusqu’à 25 ans et est considérée comme un oiseau solitaire.

 

Les causes menaçant la disparition de l’aigle royal du Mexique

L’aigle royal est une espèce parapluie car il favorise la conservation de la biodiversité dans les zones semi-arides du nord et du centre du pays. Il est nécessaire de le protéger et de conserver son habitat car il régule les populations de mammifères dont il se nourrit : lapins, lièvres, belettes, mouffettes…

Bien qu’il puisse vivre jusqu’à 30 ou 35 ans dans des conditions naturelles et mourir de vieillesse, l’aigle royal est un prédateur menacé. Ils meurent en mangeant des rongeurs empoisonnés ou électrocutés lorsqu’ils se perchent sur des fils à haute tension pour détecter leurs proies. Ils sont aussi souvent abattus pas des éleveurs car ils représentaient un danger pour les moutons et les chèvres.

Par ailleurs, ils sont également tués par le trafic illégal d’animaux de compagnie. Un tronçon de route menant à Matehuala est célèbre pour la vente d’animaux sauvages. Le pillage des œufs de poussins diminue les populations d’aigles et d’aigles pour la fauconnerie, un sport de chasse, autrefois réservé aux rois et aux empereurs.

Cependant, la principale cause qui menace leur existence est la perte et la fragmentation de leur habitat. Cela est dû à des changements dans l’utilisation des terres pour l’agriculture et l’élevage ainsi que pour les établissements humains et l’urbanisation, a déclaré le chercheur du laboratoire d’ornithologie de la FC.

Les activités anthropiques évoquées ci-dessus réduisent le nombre d’espèces de proies potentielles pour ces oiseaux carnivores. Ils migrent alors à la recherche de nourriture. C’est pourquoi ils sont partis ou ont disparu dans la vallée du Mexique.

C’est l’un des oiseaux les plus sensibles aux habitudes primitives, puisqu’ils pourraient abandonner leur nid lorsqu’un humain en détecte un et le visite, “même si c’est avec de bonnes intentions”.

Le changement climatique mondial, qui se manifeste par une hausse des températures moyennes et une modification du régime des précipitations, affecte la qualité, la diversité et l’abondance des proies. Les prédateurs qui se trouvent au bout de la chaîne alimentaire “paient le prix fort” parce qu’ils n’ont plus assez de ressources pour survivre et se reproduire, a déclaré le responsable de l’université.

 

Initiatives pour sauver l’aigle royal du Mexique

En 1994, le ministre de l’environnement et des ressources naturelles a inclus l’aigle royal dans la liste des espèces en péril. Il est classé comme une espèce menacée, ce qui signifie qu’il pourrait disparaître à court ou moyen terme si les facteurs, qui mettent sa prévalence en danger, continuent d’affecter son habitat ou le déclin de sa population. Dans cette optique, depuis 2012, Hoteles City Express soutient la conservation de l’aigle royal grâce à son programme de durabilité environnementale. Celui-ci, par le biais du Fonds mexicain pour la conservation de la nature, mène différentes actions pour sauver les populations de cet oiseau et son habitat au Mexique.

Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée nationale de l’aigle royal, la chaîne hôtelière cherche à accroître les connaissances sur cette espèce pour aider à sa conservation, et ainsi éviter l’extinction de sa population. L’aigle était autrefois présent sur 50% du territoire mexicain, malheureusement, aujourd’hui il ne vit plus qu’en Basse Californie, à Sonora, Chihuahua, Coahuila, Nuevo Leon, Tamaulipas, Sinaloa, Durango, Jalisco, Aguascalientes, Zacatecas, San Luis Potosi, Guanajuato, Queretaro et Oaxaca, soit principalement dans les zones arides, semi-arides et montagneuses avec des forêts tempérées.