La lucha libre (catch mexicain)

La lucha libre est un type de catch pratiqué au Mexique et dans d’autres pays d’Amérique latine, caractérisé par beaucoup d’appuis sur les cordes et de sauts vers l’extérieur du ring, avec des prises comme le Headscissors Takedown, le Hurricanrana, le Moonsault ou encore le Suicide Dives. On lui attribue l’adjectif “mexicain” car de part les techniques de combat, les acrobaties, les règles et le folklore typique du pays, il se différencie du catch classique.  De nombreux personnages sont devenus mythiques dans la culture populaire, tels que El Santo, Blue Demon, Hurricane Ramirez, El Solitario, Black Shadow, Mil Mascaras, Rayo de Jalisco, Tinieblas, Super Muñeco, Cavernario Galindo, Solar, Atlantis, Super Astro, Lizmark, Blue Panther etc.

Caractéristiques du catch mexicain

La lucha libre est un mélange de sport et de séquences théâtrales. C’est, au Mexique, le sport-spectacle le plus populaire, juste après le football. Le catch mexicain se caractérise par des soumissions rapides, par des acrobaties ainsi que par des sauts dangereux hors du ring. Beaucoup de ces prises ont été adoptées à l’extérieur du Mexique. La plupart des combattants sont masqués, c’est-à-dire qu’ils utilisent un masque pour cacher leur véritable identité et créer une image qui leur donne une personnalité particulière. Les catcheurs peuvent mettre leur masque en jeu lorsqu’ils se battent contre un autre catcheur masqué (masque contre masque) ou contre un catcheur non masqué (masque contre cheveux). Lorsqu’ils perdent un de ces combats, ils sont contraints de ne plus jamais porter leur masque durant leur carrière sportive. Il y a toutefois quelques catcheurs qui ont contourné la règle comme Rey Misterio Jr. ou Psicosis. La lucha libre a pour thème l’impolitesse pour la faire paraître clandestine, comment se déroulent les combats de coqs. Le 21 juillet 2018, le catch mexicain a été nommé patrimoine culturel immatériel de la ville de Mexico.

Popularité à l’étranger de la lucha libre (lutte libre)

Il est à noter que dans les autres pays, en dehors de l’Amérique latine (surtout aux États-Unis et au Japon), le catch mexicain est connu sous son nom en espagnol, lucha libre (indépendamment de la langue). Au Mexique, il est aussi connu sous le nom de pancracio (terme utilisé en Grèce classique pour décrire cette activité) ainsi que l’art du catch (el arte del catch). Au Mexique, les principales sociétés sont le World Wrestling Council, Lucha Libre AAA Worldwide, International Wrestling Revolution Group, Alianza Universal de Lucha Libre, The Crash et DTU.

La catch mexicain est également très populaire au Japon, où il a été exporté par des catcheurs comme Último Dragón, The Great Sasuke et Super Delfín, qui ont créé une fusion entre le catch mexicain et le puroresu appelée lucharesu. Certaines compagnies, principalement celles fondées par ces trois catcheurs, utilisent les règles et coutumes de la variante mexicaine.