La guerre des pâtisseries

9 septembre 2020 0
La guerre des pâtisseries

Entre le 16 avril 1838 et le 9 mars 1839 a eu lieu la première guerre entre le Mexique et la France, connue sous le nom de “guerre des pâtisseries”.

Les causes de la guerres des pâtisseries

Plusieurs éléments ont affaibli la vie économique et politique du Mexique au XIXe siècle :

  • L’instabilité sociale et politique après l’indépendance du Mexique due aux différents mouvements politiques qu’ils ont soutenus, le centralisme et le fédéralisme.
  • Les conflits internes sur le pouvoir politique dans le pays après l’indépendance.
  • L’instabilité politique a entraîné une profonde crise économique pour le gouvernement mexicain, qui a eu recours à une pratique selon laquelle le pays obligeait les citoyens à verser des contributions économiques au gouvernement pour les dépenses publiques, sous la menace de l’intervention des forces publiques s’ils refusaient.
  • Les dettes extérieures avec les pays étrangers et notamment avec la France

L’origine de la guerre des pâtisseries

Cette guerre est le résultat direct de l’instabilité économique et politique qui a affecté le pays pendant les premières années de la République mexicaine, ceci après l’indépendance du Mexique des colonies espagnoles en 1821.

Au cours de cette période, le Mexique a été soumis à plusieurs reprises à des mouvements de rébellion menés par des responsables militaires et diverses factions cherchant à obtenir le pouvoir politique dans le pays.

Les présidents de la république se sont succédé à un rythme élevé, la plupart étant des hommes avides de pouvoir et désireux d’utiliser la fonction à leur avantage. Sur le plan économique, la dette extérieure était importante, principalement en raison de l’augmentation des prêts avec plusieurs pays européens, au point que le Mexique ne pouvait plus respecter ses engagements.

Les différents soulèvements ont produit d’autres conflits armés, plus ou moins intenses, qui ont entraîné la destruction d’un nombre important de biens privés, tant nationaux qu’étrangers (y compris français).

En outre, le gouvernement a obligé les citoyens à verser des contributions financières au gouvernement pour les dépenses publiques, sous la menace d’une intervention des forces publiques s’ils refusaient.

Les citoyens mexicains touchés ne pouvaient pas faire grand-chose, tandis que les commerçants étrangers faisaient appel au gouvernement mexicain pour les dédommager des dommages causés, sans aucun effet, si bien qu’ils ont commencé à faire appel à leur propre gouvernement. Malgré les demandes répétées de la France, le gouvernement français n’a pas répondu, et l’affaire a finalement été abandonnée.

L’origine du nom “guerre des pâtisseries”

Au même moment et en raison de l’instabilité que traversait le Mexique, les commerçants et artisans français qui vivaient dans ce pays, ont déposé leurs plaintes auprès du Baron Deffaudis pour demander au gouvernement mexicain de les dédommager des dommages subis en raison de l’instabilité socio-économique. Parmi les plaintes, celle du propriétaire d’un restaurant dans lequel des fonctionnaires du président Santa Anna avaient endommagé ses installations et mangé des gâteaux sans payer a été mise en avant. En raison de cet incident particulier, le conflit est appelé la “guerre des pâtisseries”.

Le début de la guerre des pâtisseries

En raison des désaccords et de ces exigences, l’ambassadeur Daffaudis a quitté sa mission diplomatique et, après avoir transmis les plaintes à la France, il est retourné au Mexique avec dix navires de guerre qui étaient stationnés au large des côtes de l’île Sacrificio à Veracruz, menaçant d’envahir ce pays s’il ne se conformait pas aux exigences du gouvernement français dans un ultimatum dont le délai expirait le 15 avril 1838.

Face au refus du gouvernement mexicain de négocier avec une présence militaire française sur ses côtes, l’amiral en charge a maintenu tous les ports mexicains bloqués et la marine marchande confisquée pendant 7 mois, ce qui a entraîné la rupture des relations entre les deux pays.

Le 27 novembre 1838, la bataille de San Juan de Ulua a lieu et le 30 du même mois, le Mexique déclare la guerre au roi de France.

San Juán de Ulúa et la ville de Veracruz ont subi le bombardement français, ce qui a fait capituler les deux villes sans l’approbation du gouvernement mexicain, qui avait déclaré la guerre en envoyant Antonio López de Santa Anna comme commandant des troupes pour affronter l’ennemi.

Les deux parties ont été confrontées à une escarmouche dans le port de Veracruz, il s’agit de l’événement le plus grave qui se soit produit pendant la guerre des Pâtisseries.

Le rôle de Santa Anna

Cependant, et sans autorisation supérieure, Antonio López de Santa Anna a décidé d’enquêter sur la situation à Veracruz, laissant sa retraite à Xalapa.

Après cette enquête, il a demandé l’autorisation de confronter les Français, ayant reçu l’ordre de le faire par tous les moyens possibles. Avec 3 000 hommes sous son commandement, il se dirige vers Veracruz, mais ses troupes n’ont ni la capacité ni l’effectif nécessaires pour faire face aux 30 000 soldats français établis dans la ville.

La moitié d’entre eux seront tués ou blessés au combat. Lors d’un affrontement avec l’arrière-garde française, Santa Anna sera blessée à une jambe qui sera plus tard amputée. Ce fait serait bien exploité par Santa Anna pour revenir au pouvoir.

La fin de la guerre des pâtisseries

La fin de la confrontation entre la France et le Mexique viendra lorsqu’un traité de paix sera signé grâce aux efforts de l’ambassade anglaise. Dans cet accord, le Mexique promettait de payer les 600 000 pesos exigés par la France, mettant ainsi fin à la guerre des gâteaux le 9 mars 1839.

Le nombre de morts durant la guerre des pâtisseries

95 Mexicains ont perdu la vie durant cet affrontement et 129 ont été blessés.

38 Français sont décédés et 95 ont été blessés.

Les conséquences de la guerre des pâtisseries

La principale conséquence, en dehors du nombre de décès et de blessés, a été la crise économique profonde due au blocus des ports par lesquels la plupart des marchandises entraient et sortaient. Il faut rappeler que le Mexique était l’un des marchés les plus importants des Amériques.