Guachimontones, Teuchitlán (Jalisco)

 

Vous souhaitez visiter un site archéologique peu touristique mais qui vaut le détour ? Alors n’hésitez plus et partez explorer les ruines de Guachimontones.

Il s’agit d’une ancienne installation précolombienne située dans la ville et la municipalité de Teuchitlán, à environ une heure à l’ouest de la ville de Guadalajara, dans l’Etat de Jalisco. Cette zone représente le site majeur de la Culture Teuchitlán, durant la période allant de 300 ans avant J.C. jusqu’à 350/400 ans après J.C.

Ce centre cérémonial est constitué de plusieurs constructions au style architectonique athypique, dont trois pyramides circulaires à gradins (l’une d’elle avec les vestiges d’un mât de volador en référance au rituel de danse), de patios circulaires, de deux jeux de balle, d’un amphithéâtre et de quelques terrasses et édifices mineurs. Etant donné l’étendue du site, les fouilles se poursuivent.

 

Structures

C’est un site à grande échelle, conçu et créé comme élément central de la société. Le cadre est considéré comme “politique” par les archéologues car il comprend des structures servant à imposer ou préserver l’unité et l’ordre au sein d’un territoire. La zone est constituée de pyramides circulaires concentriques utilisées probablement pour vénérer les dieux, principalement Ehécatl (Dieu du Vent). L’édifice cérémonial est un cercle parfait, de même que les structures périmétrales.

Les ensembles circulaires suggèrent qu’il y avait un accès restraint aux familles de souverains et à la caste sacerdotale. Les enceintes circulaires de l’occident sont uniques mais leur géométrie suit des principes clairement cosmologiques, compris et partagés par les peuples de Mésoamérique.

Selon l’architecte Weigand, le complexe de Teuchitlán est fondé sur cinq caractéristiques architectoniques :

  • Un autel central
  • Un patio circulaire surélevé qui entoure l’autel
  • Un podium circulaire qui entoure le patio
  • Entre 8 et 12 plateformes rectangulaires sur le podium
  • Des cryptes funéraires souterrains situées sous la zone d’habitation

 

Fouilles archéologiques

Cette zone a été découverte très récemment, en 1970, mais les recherches officielles n’ont débuté qu’à partir de 1999, sous la direction de l’archéologue Phil Weigand et de son épouse Arcelia García de Weigand. Grâce aux études menées par cette équipe, on estime l’essor de ce peuplement entre les années 200 et 400 après J.C. et sa chute jusqu’en l’an 900 après J.C., bien que l’on sait que sa naissance remonte à plus de 2 mille ans.

Le site couvre actuellement 90 hectares (seulement 1.3 % de cette surface a été exploré). Selon les investigations, il représentait 24 mille hectares et fut habité par environ 40 mille personnes.

 

Patrimoine mondial de l’Unesco

Comme de nombreux sites sur le continent, tels que Calixtlahuaca et Tiahuanaco en Bolivie, les ruines de Guachimontones ont subi beaucoup de dommages. En effet, les pierres des structures ont servi à la construction des rues et des maisons dans le village. Le 12 juillet 2004, le Paysage d’agave et anciennes installations industrielles de Tequila, qui comprend la vallée de Tequila et d’Amatitán ainsi que le site de Guachimontones, fut, par conséquent, déclaré Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Du fait des nombreux pillages, le site apparaît aussi sur la liste 2008 du fonds mondial pour les monuments parmi les 100 sites les plus menacés.