2024 | le Mexique lancera sa propre monnaie numérique

5 novembre 2021 0
2024 | le Mexique lancera sa propre monnaie numérique

Après une série de prises de position prudentes sur les « actifs virtuels », la Banque du Mexique (Banxico) semble ouvrir la voie à une monnaie numérique mexicaine.

Le 29 décembre 2021, par le biais d’une publication sur le compte Twitter du gouvernement mexicain et sans autre explication de la part des autorités de Banxico, il a été annoncé qu’en 2024 il y aura une monnaie numérique en circulation « parce que nous considérons que ces nouvelles technologies et la dernière génération d’infrastructures de paiement sont de la plus haute importance en tant qu’options de grande valeur pour faire progresser l’inclusion financière dans le pays ».

La mise en place d’une monnaie numérique pour 2024

Cette annonce laconique a soulevé un certain nombre de questions sur la manière dont la finance mexicaine va évoluer vers les actifs numériques, surtout après que les autorités fiscales et bancaires du pays ont déclaré dans un communiqué en juin 2021 que les institutions financières ne sont pas autorisées à conclure ou à proposer au public des transactions avec des actifs virtuels, qui ne constituaient pas alors une monnaie légale au Mexique.

Toujours en septembre 2021, le désormais ex-gouverneur de Banxico, Alejandro Díaz de León, a déclaré que la légitimation des cryptoactifs pourrait détourner la banque centrale de sa « voie », qui est de veiller au bien public, lors d’une série de conférences Regulating Big Tech organisées par la Banque des règlements internationaux (BRI).

Il convient de noter que les deux positions faisaient référence aux crypto-monnaies qui ne sont pas réglementées par les systèmes financiers traditionnels des pays et ne nécessitent pas d’intermédiaires dans les transactions, mais par le biais d’une base de données décentralisée appelée blockchain.

Toutefois, une partie des prédictions concernant une monnaie numérique mexicaine renvoie au domaine des monnaies numériques connues sous le nom de monnaies numériques des banques centrales (CBDC), que plusieurs banques centrales expérimentent déjà.

Les CBDC, un système déjà connu

Selon une enquête menée par la BRI auprès de 86 institutions de ce type et publiée en février 2021, 65 banques centrales exploraient les CBDC, qui sont de la monnaie émise par la banque centrale, libellée dans l’unité de compte nationale et représentant un engagement de la banque centrale.

L’enquête précise que 60 % des banques centrales mènent des expériences ou des preuves de concept, contre 14 % qui s’orientent vers des accords de développement et des essais pilotes.

Un résultat intéressant de l’enquête est que les pays émergents font état de motivations plus élevées pour l’émission de cryptocurrences que les économies avancées, en grande partie en raison de l’inclusion financière et de la stabilité financière que ces monnaies pourraient stimuler.

Dans le cas des économies avancées, les principales motivations pour explorer les monnaies numériques se concentrent sur l’efficacité et la sécurité des paiements qu’elles pourraient offrir.

Une route en construction

La Banque des règlements internationaux, qui mène des recherches sur l’intégration des CBDC dans différents pays, avertit que l’adoption de ce type de crypto-monnaie doit être adaptée aux structures économiques et aux contextes de paiement des nations concernées.

Leur adoption pourrait être plus réussie si elle répond aux besoins jusqu’ici non satisfaits des utilisateurs, si elle produit des effets de réseau et si elle est mise en œuvre en utilisant des technologies et des infrastructures existantes et accessibles, avertit la BID dans sa publication intitulée « Central Bank Digital Currencies : user needs and adoption ».

Le texte donne comme exemple la transformation des marchés de détail qui, ces dernières années, ont évolué vers des méthodes, des plateformes et des interfaces de paiement plus rapides, moins chères et plus sûres. Pour cette raison, la BID prend trois facteurs avec l’expérience des paiements électroniques dans les entités privées qui pourraient soutenir une mise en œuvre réussie des CBDC dans les structures financières des pays.

La première consiste à satisfaire les besoins non satisfaits des utilisateurs, ce que les CBDC pourraient bien réaliser en offrant, sous forme numérique, les avantages de la monnaie émise par la banque centrale, à savoir que sa valeur est aussi stable que celle des billets de banque et des pièces.

Générer un effet de réseau dans lequel les utilisateurs et les fournisseurs de produits et de services acceptent les CBDC est une autre mesure pour réussir à intégrer ce mode de paiement.

Un autre point fondamental est que les CBDC doivent être basées sur une technologie déjà utilisée afin que les utilisateurs puissent les configurer plus facilement et que les fournisseurs de produits et de services puissent les accepter. Cependant, la BID prévient également que les utilisateurs potentiels qui n’ont pas de smartphone ou de compte bancaire auront besoin de matériel supplémentaire.