Même la pluie (Y también la lluvia)

 

Année de production : 2010

Genre : Drame
Durée : 103 minutes

Réalisation : Icíar Bollaín
Scénario : Paul Laverty
Acteurs principaux : Gael Garcia Bernal, Luis Tosar, Carlos Aduviri

 

Synopsis

Sebastián (Gael García Bernal), un jeune réalisateur espagnol, arrive avec son équipe à Cochabamba, en Bolivie, pour tourner un film sur la découverte du continent américain par Christophe Colomb en 1492 et le combat des indigènes contre la Couronne espagnole. Il s’intéresse particulièrement à la cause des Indiens, défendue à cette époque par les Pères Bartolomé de las Casas et Antonio de Montesinos.  Il engage alors de pauvres paysans boliviens pour jouer les rôles des Indiens car son producteur, Costa, l’incite à réduire au minimum les coûts. Or la réalité historique du film va de pair avec le contexte social de l’an 2000 : une révolte de ces paysans contre la privatisation de l’approvisionnement en eau potable perturbe le tournage. Sebastián et Costa sont entre deux feux : ils doivent terminer le film mais aussi prendre conscience de la nécessité d’aider le peuple bolivien dans sa lutte contre les injustices de la mondialisation. Costa et Sebastián vont commencer un voyage émotionnel qui les changera pour toujours.

Mon avis

Un film très bien tourné qui vous emmène dans les coins reculés de la Bolivie. Il met en relief le contraste entre la société occidentale et celle des “pueblitos” d’Amérique Latine. Le thème majeur du film repose sur la pénurie d’eau qui touche encore certaines régions pauvres du globe. Un sujet grave qui n’est pas facile à aborder mais qui a été traité ici avec sérieux, sans pour autant être réalisé comme un documentaire.
“Changer le monde commence par changer soi-même” :  le périple effectué par le réalisateur (Sebastian) et le producteur (Costa) ne se limite pas à voyager à travers la Bolivie mais il recouvre également une dimension psychologique. Les protagonistes en sortiront grandis, nous aussi …