Cyclones, ouragans, et tempêtes au Mexique : réel risque ?

14 septembre 2021 0
Cyclones, ouragans, et tempêtes au Mexique : réel risque ?

Vous envisagez de partir en vacances au Mexique mais au vu des informations, vous vous posez pas mal de questions : il y a-t-il un risque de se retrouver au beau milieu d’une tempête ? Quelles sont les endroits et périodes à éviter ?

Différences entre cyclones, ouragans et typhons

On entend souvent parler de cyclones, d’ouragans ou de typhons à la télé mais selon vous, qu’est-ce qui les différencie ? Premièrement, ces trois termes désignent en réalité la même chose : un phénomène tourbillonnaire, présent dans une région tropicale, qui s’accompagne de vents très violents. La vitesse de ces vents doit être supérieure ou égale à 64 nœuds c’est-à-dire 118 km/h (l’équivalent d’une force 12 sur l’échelle de Beaufort).
Vous allez me dire, pourquoi avoir trois termes différents s’il s’agit du même fait observé. En fait, tout dépend de l’endroit du globe où se produit le phénomène. Par exemple, la désignation adoptée pour l’Océan Indien et le Pacifique sud est le cyclone ou le cyclone tropical. En revanche, pour l’Atlantique nord et le Pacifique nord-est, on utilisera le terme d’ouragan. Enfin, dans le Pacifique nord-ouest, on parlera de typhon.

Périodes et zones à risque : précautions à prendre

Le Mexique est un pays fréquemment touché par les ouragans et les tempêtes au cours des périodes suivantes :

  • de mi-mai à fin novembre sur la côte Pacifique
  • de début juin à fin novembre sur la côte Atlantique

Il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Ces phénomènes sont connus à l’avance. Les zones à risque sont donc toujours protégées et les personnes évacuées. Cependant, je ne vous cache pas que cela peut réellement gâcher vos vacances. En effet, durant ces périodes de l’année, les pluies torrentielles sont fréquentes accompagnées de vents violents, ce n’est pas l’idéal pour planifier des visites ou se prélasser à la plage…

Historique des ouragans et tempêtes majeurs au Mexique

Ouragan Willa le 23 octobre 2018 : classé en catégorie 5 (sur 5) de l’échelle de Saffir-Simpson puis rétrogradé en catégorie 3, il a touché les côtes de l’Etat de Sinaloa.

Tempête Vicente le 23 octobre 2018 : des vents soutenus de 65 km/h et se déplaçant à 17 km/h, il a touché le sud est d’Acapulco, dans l’Etat de Guerrero.

Tempête tropicale Michael le 6 octobre 2018 : touche légèrement le Yucatán avant de frapper les Etats-Unis. 72 décès sont déclarés, dont 57 aux Etats-Unis (0 au Mexique).

Ouragan Rose le 29 septembre 2018 : atteint la péninsule de Basse-Californie.

Ouragan Patricia le 23 octobre 2015 : classé à l’époque comme l’ouragan le plus intense jamais observé dans l’hémisphère occidental en termes de pression atmosphérique, il frappe tout d’abord Cuixmala, dans l’Etat de Jalisco avant de se diriger vers le sud est du Texas.

Comment se forme un ouragan ?

Le mécanisme le plus courant de formation des ouragans dans l’Atlantique, qui est à l’origine de plus de 60 % de ces phénomènes, est une onde tropicale. La vague commence comme une perturbation atmosphérique qui crée une zone de pression relativement basse. Si elle trouve les bonnes conditions pour se maintenir ou se développer, cette zone de basse pression commence à se déplacer d’est en ouest, avec l’aide des alizés.

Lorsqu’elle atteint l’océan Atlantique, l’onde tropicale peut être le germe d’un ouragan, mais pour qu’un ouragan se forme, il faut des sources d’énergie, comme la chaleur et le vent adéquat.

En particulier, la surface de l’eau doit être supérieure à 27°C et il doit y avoir une épaisse couche d’eau chaude dans l’océan. Il faut également qu’il y ait, d’une part, des vents avec une torsion horizontale pour que la tempête se concentre. D’autre part, les vents qui maintiennent constantes leur force et leur vitesse lorsqu’ils s’élèvent de la surface de l’océan.

S’il y a un cisaillement du vent, ou des variations du vent en fonction de la hauteur, cela peut perturber le flux de chaleur et d’humidité à l’origine de la formation de l’ouragan.

En outre, il doit y avoir une concentration de nuages chargés d’eau et une humidité relative élevée dans l’atmosphère.

Pourquoi y a-t-il des ouragans au Mexique ?

L’un des facteurs qui rend cette partie du monde sujette aux ouragans est que l’océan Atlantique, aux latitudes tropicales, présente la température adéquate pour la formation d’ouragans pendant plus de mois de l’année.

Le mouvement des grands courants de vent est également à l’origine des ouragans.

Les alizés, les courants de vents globaux dans les tropiques, se déplacent d’est en ouest, les portant vers les côtes des Caraïbes, du Golfe du Mexique et du sud des États-Unis.

La trajectoire de ces vents est également influencée par la rotation de la Terre, l’effet de Coriolis, qui les fait dévier vers le nord. Les ouragans qui se sont formés dans l’Atlantique Nord en 2019 ont suivi des trajectoires différentes en fonction des courants de vent mondiaux ou d’autres phénomènes, tels que les anticyclones, qu’ils ont rencontrés sur leur chemin.

Peut-on déterminer quand se produira un ouragan ?

Dans l’Atlantique, lorsque les ouragans se déplacent vers le nord en avançant, ils rencontrent généralement des vents d’ouest, un autre des grands courants mondiaux, qui les font s’incurver vers l’est.

Sur leur chemin, ils rencontreront l’anticyclone Bermudes-Açores, qui déterminera s’ils se dirigent vers le golfe du Mexique ou les États-Unis.

Les anticyclones sont des régions de haute pression atmosphérique avec de l’air plus sec, moins de nuages et des vents qui tournent dans le sens des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère nord.

L’anticyclone des Bermudes agit comme un obstacle et si les ouragans veulent avancer, ils doivent le contourner. Pour cette raison, la taille et la position de l’anticyclone peuvent déterminer la destination d’un ouragan tropical.