Ma première expérience au Mexique

Mon premier voyage au Mexique a débuté de manière un peu chaotique…

 

Jeudi 1er août 2013

Le grand départ tant attendu est arrivé ! Je suis à l’aéroport de Charles de Gaulle avec mes parents (qui ont bien voulu m’accompagner). Il est 20h15 (3h15 avant le décollage), je vais faire enregistrer mes bagages … il y a déjà une file d’attente énorme. Heureusement, je suis en avance ! 1h30 plus tard, j’arrive au guichet. Mais là, c’est le drame ! L’homme au guichet me dit que je suis sur liste d’attente. En effet, la compagnie aérienne française pratique le “overbooking” c’est-à-dire qu’ils vendent plus de place que ce qui est proposé. Il me dit que je ne suis pas sûre de partir et que je dois attendre 45 min à côté des guichets d’enregistrement (le temps que tout le monde se fasse enregistrer pour voir s’il n’y a pas de désistement). 1h plus tard, personne ne vient me voir, je retourne au guichet. Un gars me dit que ce n’est pas possible, il n’y a plus de place, il me propose de prendre le même vol mais demain soir. Je suis dépitée. Une femme qui est à deux trois guichets plus loin lui demande : “C’est une correspondance pour Guadalajara ? Il répond oui. Elle affirme qu’il en reste une. La course contre la montre commence, il est 11h10, mon avion décolle dans 20 min … je cours à travers l’aéroport accompagnée d’une employée … A mi-chemin, elle reçoit un appel … on arrête tout, ce n’est plus possible, les employés de la compagnie mexicaine sont partis. Retour à la case départ. Pour s’assurer que ce n’est vraiment pas possible, deux agents de guichet rappellent la compagnie. Ils raccrochent en même temps. L’homme me regarde et s’excuse, je ne pourrai pas prendre ce vol. L’autre agent le regarde … “Ils m’ont dit que c’était ok …”. Il rappelle pour revérifier, c’est bon je peux y aller … il est 11h20, l’avion décolle dans 10 minutes. Je cours, je cours avec l’employée. A tous les contrôles, on me rabâche : “Dépêchez-vous mademoiselle, l’avion vous attend” … Non sans blague ? J’ai le coeur qui bat à cent à l’heure, les mains qui tremblent, je suis rouge écarlate … je ne peux pas faire plus vite. Finalement j’arrive à la fin de la course. Même pas le droit aux applaudissement ! Je monte dans l’avion. Tout le monde me dévisage avec un air méprisant du genre : “Ah c’est elle qu’on attendait”. L’avion décolle à l’heure indiquée, 23h30 … ouf on n’est même pas en retard. 12h30 plus tard, j’arrive à México city. Je passe le service d’immigration, j’arrive au tapis roulant. J’imagine que ma valise va être la dernière … même pas ! Non, ce n’est pas la dernière puisqu’elle n’est pas là ! Bon bah let’s go to le service des valises perdues. J’explique mon cas, la dame me dit que ma valise est restée à Paris, elle arrivera demain en fin d’après-midi à Guadalajara. Elle me sera livrée à la maison. Bon bah c’est parti pour le second vol. Après avoir passé les douanes et les contrôles de sécurité, j’arrive à la porte d’embarcation; J’attends, je patiente … il est 7h40 (heure mexicaine, en France : 14h40), l’avion doit décoller dans 5 min … finalement ils annoncent sur les panneaux et au micro qu’il aura entre 5 et 30 min de retard et que le numéro de la porte d’embarcation a changé. Je continue d’attendre, je pense à Setri qui est censée venir me chercher à l’aéroport. Je n’ai aucun moyen de la contacter, il n’y a pas de réseau ! Au bout d’une heure de retard, on embarque enfin dans un ptit boui-boui (si ma maman avait été là, elle l’aurait appelé comme ça ^^), le plus petit avion que je n’ai jamais vu (avec des sièges en plastique). 1h30 de voyage. J’arrive à Guadalajara, je ne reconnais personne (en Harley Davidson, pardon je dérive un peu ). Je fais le tour, deux hommes se font arrêter par la police … personne trouve ça bizarre à part moi apparemment. Je sors, je regarde mon téléphone, pas de réseau. Un gars bizarre me regarde, je décide de rerentrer dans l’aéroport. Je vais aux toilettes, je vois des affiches d’hommes recherchés par les autorités, ça ne me rassure pas vraiment. Je retourne dans le hall, je m’assois, épuisée. Une dame s’approche : “Eliss?” Sííííí!!!!!!!!! Dieu soit loué !! Houra !! Je ne suis pas perdue !! Setri et Emilio, son mari, sont venus me chercher. Ils sont adorables !! Ils me présentent un peu la ville puis me font visiter la maison ou devrais-je rajouter l’immense maison. En effet, il y a 8 chambres. Ils me montrent la mienne, enfin c’est plus un appart qu’une chambre puisqu’en plus d’avoir une chambre (avec télé et des supers chaînes en plus), j’ai un bureau, une salle de bain et un dressing. Mon studio donne sur le patio … ça fait un peu Ryan Atwood dans Newport Beach (The OC) ! Ils me prêtent même un téléphone mexicain pour mon séjour. Le tout pour 200€/mois. Je suis au paradis ?

BREF, JE SUIS AU MEXIQUE !