Le requin-baleine | Le plus grand poisson du monde

18 février 2021 0
Le requin-baleine | Le plus grand poisson du monde

Le requin-baleine (Rhincodon typus) est un grand requin pélagique de la famille des Rhincodontidae. C’est aujourd’hui la plus grande espèce de requin, ainsi que la plus grande espèce de poisson moderne, et le requin-baleine, contrairement à la plupart des autres requins, se nourrit principalement de plancton.

La plupart du temps, ce poisson reste près de la surface de l’eau. Ils nagent très lentement, généralement à une vitesse ne dépassant pas 5 km/h, et ne représentent aucun danger pour l’homme. Souvent, le requin-baleine ne réagit pas du tout aux plongeurs qui peuvent toucher son corps et même lui monter sur le dos.

Quel est le poisson le plus grand de la Terre ?

Le requin-baleine est un requin filtreur qui se déplace lentement. C’est la plus grande espèce de poisson connue qui existe, le plus grand spécimen confirmé mesurant 18,8 mètres de long.

Le requin-baleine détient de nombreux records de taille dans le règne animal, étant de loin le plus grand vertébré vivant non mammifère. Les requins-baleines ont une très grande bouche et sont des filtreurs, un mode d’alimentation qui n’existe que chez deux autres requins, le requin à grande bouche et le requin pèlerin.

On pense qu’ils ont une durée de vie d’environ 70 ans, et bien que les mesures se soient avérées difficiles, les estimations des données de terrain suggèrent qu’ils peuvent vivre jusqu’à 130 ans. Ils sont le seul membre du genre Rhincodon et le seul membre existant de la famille Rhincodontidae, qui appartient à la sous-classe Elasmobranchii de la classe des Chondrichtyens.

Les caractéristiques

Le requin-baleine a une bouche pouvant atteindre 1,5 mètre de large, contenant plus de 300 rangées de dents minuscules et 20 coussinets filtrants qu’il utilise pour filtrer sa nourriture. Contrairement à de nombreux autres requins, la bouche du requin-baleine est située sur le devant de la tête plutôt que sur le dessous, la tête est large et plate avec deux petits yeux aux coins avant.

Les requins baleines sont gris foncé avec un ventre blanc. Leur peau est marquée de taches et de rayures gris pâle ou blanches qui sont propres à chaque individu. Le requin-baleine présente trois crêtes proéminentes sur ses flancs, commençant au-dessus et derrière la tête et se terminant au niveau du pédoncule caudal. Sa peau peut atteindre 15 centimètres d’épaisseur et est très dure et rugueuse au toucher.

Le requin possède deux nageoires dorsales placées relativement loin en arrière sur le corps, une paire de nageoires pectorales, une paire de nageoires pelviennes et une seule nageoire anale médiane. La queue a un lobe supérieur plus grand que le lobe inférieur (hétérocyclique). Les spiracles du requin-baleine sont juste derrière ses yeux.

Le requin-baleine est le plus grand animal non cétacé du monde. La taille moyenne des requins-baleines adultes est estimée à 9,8 mètres (32 pieds) et le poids est généralement de 9 tonnes (20 000 livres). La maturité sexuelle survient probablement lorsqu’ils mesurent plus de 9 mètres de long. Des spécimens d’environ 18 mètres de long ont été signalés, mais les requins baleines de plus de 12 mètres sont rares.

La classification

Le mot Rhincodon, composé de deux racines grecques, signifie “grincement de dents” ; typus dans ce cas se traduit par “typique”. Le mot a été écrit à l’origine comme Rincodon, bien que Smith, qui a décrit le requin-baleine, lui ait donné le nom générique de Rhineodon. Pendant longtemps, on a pu trouver les deux variantes du nom, jusqu’à ce qu’en 1984, la Commission internationale de nomenclature zoologique établisse l’orthographe définitive de Rhincodon.

Le requin-baleine est tellement unique qu’il fait partie non seulement d’un genre distinct avec une seule espèce, mais aussi d’une famille distincte de “requins-baleines” (Rhincodontidae). Il existe une relation indéniable entre le requin-baleine et les très particuliers petits requins barils, avec lesquels le requin-baleine fait partie d’un seul groupe (Orectolobiformes). Le nom de requin-baleine a été donné à la fois à cause de sa taille et de la façon dont il se nourrit – en se nourrissant de plancton par filtration, comme les baleines à moustaches.

L’origine et l’évolution du requin-baleine n’ont pas été suffisamment étudiées. On sait que les poissons, qui peuvent être considérés comme des ancêtres directs des requins baleines, sont apparus comme un groupe distinct à la fin du Jurassique (il y a 166 millions d’années). De leur côté, ces poissons, comme la plupart des autres espèces de requins, sont issus d’anciens poissons hybodontides primitifs, dont l’évolution remonte à l’époque du Carbonifère.

À la fin du Jurassique, les requins comme les baleines s’écartaient du tronc évolutif général, qui comprenait les requins obbegong ainsi que les requins lanternes.

Son comportement

Le requin-baleine est caractérisé par une apathie et une lenteur exceptionnelles. Les poissons préfèrent rester dans la couche d’eau peu profonde, généralement à une profondeur ne dépassant pas 70 mètres. Lors de plongées profondes, selon les données de marquage, le requin-baleine peut descendre à une profondeur de 700 mètres, où la température de l’eau est d’environ 7 °C.

Le requin-baleine nage dans des mouvements ondulatoires sur l’arrière du corps, et pas seulement sur la queue, comme la plupart des autres requins ; dans ces fluctuations lisses, le poisson occupe environ 2/3 de la longueur du corps. Un requin-baleine nage très lentement, dans des conditions normales, à environ 5 km/h, et souvent même plus lentement.

Selon certains rapports, les requins baleines sont plus susceptibles de rester à proximité des bancs de poissons, en particulier les requins maquereaux. Les requins baleines sont évidemment actifs 24 heures sur 24 et dorment pendant de courtes périodes, quelle que soit l’heure de la journée (il est possible pour les navires de rencontrer des requins endormis).

Les requins baleines sont élevés en petits groupes ou, plus rarement, seuls et ne forment qu’occasionnellement des groupes de 100 individus maximum. Dans de rares cas, les groupes de requins baleines peuvent comprendre des centaines de poissons.

Son habitat

Les requins baleines vivent dans les eaux chaudes des latitudes tropicales autour des océans du monde. Dans certaines parties de son aire de répartition, il est plus nombreux que dans d’autres. Les requins baleines se trouvent généralement en petits groupes disparates, moins souvent solitaires, et parfois, dans les endroits où la nourriture est abondante, ils forment de grands groupes de plusieurs centaines de personnes. Ils effectuent des migrations lointaines en suivant les amas de plancton.

Le mode de vie, le comportement et les habitudes de reproduction de ce poisson restent encore mal connus à ce jour, bien que ces dernières années, l’utilisation de nouvelles technologies, telles que l’observation par satellite de requins baleines marqués, ait fourni des données importantes sur leurs migrations.

Répartition

Le requin-baleine habite toutes les mers tropicales et tempérées chaudes, les poissons sont principalement pélagiques, vivant en pleine mer mais pas dans les profondeurs les plus profondes de l’océan, bien qu’il soit connu pour plonger occasionnellement à des profondeurs allant jusqu’à 1800 mètres (5 900 pieds). Bien qu’il soit généralement observé au large, il a été trouvé plus près de la terre, dans des lagunes ou des atolls de corail, et près de l’embouchure d’estuaires et de rivières.

Sa portée est généralement limitée à environ 30° de latitude ou moins. Le 7 février 2012, un grand requin-baleine a été trouvé flottant à 150 kilomètres (93 miles) au large des côtes de Karachi, au Pakistan. On dit que le spécimen mesure entre 11 et 12 mètres de long et pèse environ 15 000 kilogrammes (33 000 livres).

En 2011, plus de 400 requins baleines se sont rassemblés au large des côtes du Yucatan, une des plus grandes concentrations de requins baleines jamais enregistrées. Les agrégats dans cette zone sont parmi les concentrations saisonnières connues les plus fiables pour les requins baleines, avec de grands nombres se déplaçant la plupart des années entre mai et septembre.

Son alimentation

Le requin-baleine est un filtreur, l’une des trois seules espèces de requin filtreur connues (avec le requin pèlerin et le requin à grande bouche). Il se nourrit de plancton, notamment de copépodes, de krill, d’œufs de poisson, de larves de crabe rouge de l’île Christmas et de petites espèces nectoniques, comme le calmar ou le poisson, et se nourrit également d’œufs en ponte lors du frai massif de poissons et de coraux.

L’alimentation se fait soit par filtration à l’aide d’un bélier, où l’animal ouvre la bouche et nage vers l’avant, poussant l’eau et la nourriture dans la bouche, soit par aspiration active, où l’animal ouvre et ferme sa bouche, aspirant des volumes d’eau qui sont ensuite expulsés par les branchies. Dans les deux cas, les coussins filtrants servent à séparer la nourriture de l’eau. On suppose que ces structures uniques en forme de tamis noir sont des râteaux branchiaux modifiés.

La séparation des aliments chez les requins baleines se fait par filtration croisée, dans laquelle l’eau se déplace presque parallèlement à la surface du coussin filtrant, et non perpendiculairement à celui-ci, avant de s’écouler vers l’extérieur, tandis que les particules d’aliments plus denses continuent vers l’arrière de la gorge. Il s’agit d’une méthode de filtration extrêmement efficace qui minimise la contamination de la surface du tampon filtrant.

Des requins baleines ont été observés en train de “tousser”, vraisemblablement pour éliminer l’accumulation de particules sur les filtres. Les requins-baleines migrent pour se nourrir et éventuellement aussi pour se reproduire. Le requin-baleine est un mangeur actif, qui se nourrit de concentrations de plancton ou de poissons.

Il est capable de tasser l’alimentation du filtre ou peut avaler en position stationnaire. Cela contraste avec l’alimentation passive du requin pèlerin, qui ne pompe pas l’eau. Au lieu de cela, il nage pour forcer l’eau à passer par ses branchies.

Les prédateurs

Un requin-baleine adulte n’a pratiquement aucun moyen d’autoprotection, mais la grande taille de ce poisson, combinée à sa peau exceptionnellement épaisse et durable, réduit considérablement le nombre de prédateurs potentiels qui pourraient l’attaquer. Cependant, les juvéniles peuvent devenir la proie de prédateurs.

On ne connaît qu’une poignée de ces cas, les jeunes requins baleines ont été victimes dans un cas d’un requin bleu (les jeunes poissons ont été trouvés dans son estomac), dans l’autre d’un marlin bleu (les restes ont été trouvés parmi le contenu intestinal). Il a également été rapporté que des orques ont attaqué un requin-baleine de 8 mètres. Des cicatrices qui pourraient être des restes de dents d’orques ont été décrites sur le corps de requins adultes.

Selon certains rapports, les requins baleines ont une capacité exceptionnellement élevée à se remettre de blessures graves qui guérissent très rapidement. Il existe un cas où un requin baleine a reçu deux blessures graves à l’abdomen, apparemment causées par de grands requins prédateurs. Deux ans plus tard, ce requin n’avait même plus de cicatrices.

Reproduction

On ne sait presque rien sur la façon dont un requin-baleine se reproduit, bien qu’il soit observé depuis plus de cent ans. Jusqu’à récemment, les informations étaient rares et dispersées. On sait que chez le requin-baleine, l’embryon se développe dans des œufs de capsule, qui éclosent dans l’utérus, bien que les scientifiques aient supposé auparavant que ce poisson pond des œufs.

Les oeufs et les germes des requins baleines n’ont été découverts qu’au XXe siècle. En 1910, un requin-baleine femelle capturé à Ceylan a été trouvé avec 16 groupes d’œufs à l’intérieur. En 1955, à 200 km de Port Isabel (en anglais), on a découvert une capsule similaire en russe au Texas, à une profondeur de 57 mètres. Il contenait un embryon de requin-baleine, facilement identifiable par sa couleur caractéristique de taches et de rayures blanches sur un fond sombre.

L’œuf mesurait 63 centimètres de long et 40 centimètres de large. Cependant, jusqu’à présent, une seule femelle enceinte a été étudiée en détail en 1995, elle mesurait 10,6 mètres de long, pesait 16 tonnes et avait 307 embryons de 40 à 60 centimètres de long. L’un des plus petits spécimens connus de requin-baleine, un petit de 59 centimètres de long, se trouve en Russie, au musée de l’Institut de recherche de la pêche et de l’océanographie.

Est-ce que le requin-baleine est un mammifère ?

Beaucoup de gens croient que les requins baleines sont des mammifères, mais souvenez-vous que c’est un requin et non une baleine, ce géant est appelé une baleine non pas parce que c’est un mammifère, mais parce que c’est un très grand requin à l’âge adulte, donc souvenez-vous qu’il est appelé un requin baleine à cause de sa taille géante et non pas parce que c’est un mammifère.

Protection

Il n’existe actuellement aucune estimation solide de la population mondiale de requins-baleines. En juin 2018, le ministère néo-zélandais de la conservation a classé le requin-baleine comme “migrateur” avec le statut “Secure Overseas” dans le cadre du système de classification des menaces de la Nouvelle-Zélande.

En 1998, les Philippines ont interdit toute pêche commerciale, vente, importation et exportation de requins-baleines, suivies par l’Inde en mai 2001 et Taiwan en mai 2007.

En 2010, la marée noire dans le golfe du Mexique a provoqué l’écoulement de 4 900 000 barils (780 000 m3) de pétrole dans une zone située au sud du delta du Mississippi, où un tiers de toutes les observations de requins baleines dans le nord du golfe ont eu lieu ces dernières années.

Les observations ont confirmé que les requins baleines n’ont pas pu éviter la marée noire, qui se situait à la surface de la mer, où les requins baleines se nourrissent pendant plusieurs heures à la fois, bien qu’aucun requin baleine mort n’ait été trouvé.

Cette espèce a également été ajoutée à l’annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) en 2003 afin de réglementer le commerce international des spécimens vivants et de leurs parties.

Où vivent les requins baleines ?

On trouve des requins baleines dans les mers chaudes et ouvertes de tous les océans tropicaux du monde.

Les requins baleines sont d’énormes poissons d’eau salée, préfèrent les eaux chaudes et habitent tous les océans tropicaux du monde. On les trouve rarement dans les mers dont la température est inférieure à 21 °C. En raison de leur taille et de leur régime alimentaire, les requins baleines nagent généralement en pleine mer (mers océaniques qui ne sont pas au-dessus du plateau continental), bien qu’on sache qu’ils migrent également chaque printemps vers le plateau continental au large de la côte centrale ouest de l’Australie. On trouve des requins baleines au large des côtes de Cancun, au Mexique, pendant une partie de l’année, ainsi qu’en haute mer, au large des côtes des pays suivants : Afrique du Sud, Djibouti, Belize, Australie, Inde, Honduras, Philippines, Maldives, Indonésie, Papouasie, Madagascar, Mozambique, Tanzanie, Oman, Israël et Jordanie.

Où peut-on trouver des requins baleines ?

On peut voir des requins baleines nager dans des mers chaudes, en plein dans les régions de migration naturelle.

En raison de leur taille, les requins baleines ne sont pas difficiles à repérer. Cependant, contrairement aux baleines elles-mêmes, les requins baleines ne remontent pas à la surface pour respirer. Comme tous les poissons à respiration branchiale, ils restent sous l’eau à tout moment. Et étant un poisson de haute mer, il n’est pas facile de le trouver près des côtes. Pour les voir, vous devrez donc monter dans un bateau et naviguer en pleine mer, au large des côtes de votre lieu de séjour. Vous devrez également vous assurer que vous les visitez à la bonne période de l’année. Lisez la section sur les schémas migratoires des requins baleines ci-dessous pour trouver les meilleures dates pour réserver votre expérience de Cancun.

Est-ce que les requins baleines sont dangereux pour l’homme ?

Le requin-baleine est un poisson très passif, qui ne représente absolument aucune menace pour l’homme. Au contraire, il semble curieux lorsque l’homme nage avec lui, car il aime se rendre une fois par an dans les Caraïbes mexicaines.

Où peut-on nager avec les requins baleines ?

Tant que vous avez un guide et le bon équipement, vous pouvez nager avec les requins baleines où que vous les trouviez.

Étant l’un des géants les plus doux de l’océan, nager autour des requins baleines est incroyablement sûr. Leur beauté naturelle et leur taille même en font l’une des créatures les plus impressionnantes de l’océan. Tout le monde peut nager avec eux, à condition de disposer d’un équipement adéquat, d’un entraînement et de la supervision d’un guide qualifié. À Cancun, vous pourrez vivre la meilleure expérience de plongée avec les requins baleines de la région. Guidée par des experts régionaux, cette expérience vous donne l’occasion de nager avec des requins baleines dans la mer tropicale et chaude juste au large des côtes de Cancun.

La migration des requins baleines et leurs schémas migratoires

Les requins baleines migrent dans le monde entier dans des mers chaudes et ouvertes. Dans la plupart des régions tropicales, on ne peut les voir que pendant une partie de l’année.

Bien qu’ils soient des espèces migratrices, les requins baleines se déplacent assez lentement et sont relativement faciles à trouver dans leur habitat naturel. Le secret est de choisir le bon moment de l’année pour les rencontrer. Si vous voulez nager avec les requins baleines à Cancun, la période idéale est celle de l’été. La route migratoire des requins baleines les amène à la mer au large des côtes de Cancun de juin à septembre.

Pourquoi le requin baleine est en voie d’extinction ?

Le requin-baleine figure sur la liste rouge de l’UICN, classé “vulnérable à l’extinction”. Dans cette catégorie, on trouve des animaux dont la taille de la population devrait diminuer de 30 % dans les 10 à 100 prochaines années. Comme il s’agit d’un requin migrateur, lorsqu’il se déplace dans les eaux internationales, il n’existe pas de réglementation claire en la matière et les bateaux de pêche en profitent pour capturer des centaines et des centaines de requins migrateurs sans être sanctionnés.