La corruption au Mexique (police) | Guide pour les touristes

23 avril 2021 0
La corruption au Mexique (police) | Guide pour les touristes

La corruption au Mexique est monnaie courante et ce, à tous les niveaux. Des membres du gouvernement qui sont en lien avec les narcotrafiquants aux patrouilles de police dans les rues, il s’agit d’un véritable fléau pour le pays. Dans cette article, nous ne parlerons pas des affaires de corruption comme l’évasion du célèbre chef de cartel El Chapo mais plutôt des situations de corruption pour les touristes.

Nous allons vous expliquer le scénario typique de corruption : se faire arrêter, description de l’infraction (probablement) bidon, menace d’une multa (amende), demande de pot-de-vin et comment éviter de payer le pot-de-vin.

Se faire arrêter par la police – scénario typique

Si vous voyagez pendant un certain temps au Mexique, ou même de manière générale en Amérique latine, il y a de fortes chances que la police tente de vous soutirer un pot-de-vin. Les policiers sont souvent sous-payés et considèrent les touristes comme une source de revenus facile, de sorte que tout véhicule ou personne étrangère sur la route sera souvent ciblé.

Afin d’apprendre comment éviter un pot-de-vin, voici un scénario typique :

Expérience de corruption avec une patrouille de police

Nous avions loué un van de 15 places pour effectuer un voyage de Guadalajara à Mexico. A bord, nous étions 11 étrangers de nationalités différentes (Français, Allemands, Australiens, Anglais) et 4 Mexicains. Sur le chemin du retour, en pleine nuit, dans l’Etat de Michoacán, une voiture de policiers fédéraux nous fait signe de nous arrêter sur le bas-côté. Les agents demandent le permis de conduire international du conducteur et les papiers du véhicule. Nous obtempérons, nous savions que nous étions en règle. Puis les policiers ont commencé à demander des papiers qui n’existaient pas et que par conséquent, nous n’avions pas. Ils nous ont expliqué que nous allions être obligés de les suivre jusqu’au poste de police, quand finalement, ils nous ont dit qu’il y avait une alternative, payer 500 pesos par personne en liquide. Les Mexicains à bord se sont énervés et après plus d’une heure de négociation, ils nous ont finalement laissé partir. Nous sommes aujourd’hui contents de ne pas avoir cédé mais sur le coup, nous avions tous très peurs car il existe malheureusement de faux policers au Mexique qui peuvent s’avérer dangereux.

Cette situation peut être décomposée en trois parties principales.

La prétendue violation de la loi

La première partie est la prétendue “violation”. Les policiers vont tout d’abord vous demander tous les papiers obligatoires puis s’ils ne trouvent rien, inventer une infraction : franchissement d’un feu rouge ou d’un panneau d’arrêt, le dépassement dans une zone interdite, un excès de vitesse, des documents ou autocollants manquants.

Les conséquences du délit

Maintenant que l’agent vous a expliqué votre “infraction”, la deuxième partie de ce pot-de-vin consistera à vous expliquer les conséquences désastreuses de vos prétendus actes. Il s’agira d’une forte amende et de la confiscation de tous les documents que vous aurez remis. L’agent vous expliquera que le paiement de l’amende et la récupération de vos documents ne peuvent se faire qu’à un poste de police malcommode (comme une ville que vous avez traversée il y a deux heures ou une autre à trois heures de route) et à une heure peu propice, comme l’après-midi du lendemain. Si vous demandez des indications précises sur l’endroit où vous pouvez récupérer vos documents, vous n’obtiendrez pas de réponse directe.

La fausse amende ou le pot-de-vin

Jusqu’à présent, l’agent de police a apparemment fait son travail : il a signalé votre (vos) infraction(s) et vous a informé de ce qui allait se passer ensuite. À moins qu’il n’ait complètement inventé l’infraction, vous pouvez douter à ce stade de l’existence d’un pot-de-vin. La troisième partie de cette situation lèvera tous les doutes. C’est là que le bureau de police s’attend à ce que vous montriez votre désarroi face au prix élevé de la contravention ou au désagrément d’avoir à attendre pour payer l’amende. Difficile de ne pas être contrarié ou dépité à ce stade du processus. C’est le moment où l’agent le plus expérimenté feindra la sympathie pour votre situation actuelle et passera quelques instants à réfléchir à un moyen de vous aider à vous sortir de cette situation difficile. Il trouvera alors une solution facile à vos problèmes : en lui remettant directement une petite somme d’argent, tout sera pardonné et vous pourrez continuer votre chemin.

Réagir face à des policiers corrompus au Mexique

Comment réagir face à des policiers corrompus ?

Vous pouvez maintenant être sûr qu’il s’agit d’un pot-de-vin. Cet agent n’essaie pas de faire respecter la loi ou de protéger les citoyens. Il vous a mis dans une situation difficile et vous a donné une porte de sortie facile. La solution la plus simple à ce stade est de lui remettre l’argent, ou au moins de négocier avec lui. N’oubliez pas que tous les prix sont négociables en Amérique latine. Si vous vous montrez suffisamment indécis, le bureau peut vous aider en baissant le prix.

Maintenant que nous avons parcouru l’étude de cas et compris le processus, nous pouvons envisager des moyens de le contourner

Ne remettez pas les documents originaux

Si vous êtes arrêté par un agent de police, ne remettez que des photocopies de vos documents. Cela peut sembler inhabituel, mais si l’agent de police attend un pot-de-vin, il ne pourra l’obtenir de vous que si vous avez quelque chose à perdre. Si vous ne lui remettez pas de documents importants, il ne peut rien faire. Je pense que si vous faites cela au Canada ou aux États-Unis, vous risquez de vous retrouver rapidement empaillé et menotté.

Toutefois, si un agent est à la recherche d’un pot-de-vin, il ne va pas vous emmener au poste de police, car il a moins de chances d’obtenir un pot-de-vin de votre part là-bas. En fait, dans de nombreuses polices touristiques au Mexique, il est écrit en espagnol sur les voitures de police “les touristes ne paient pas d’amende”. Au Guatemala, les documents sont considérés comme personnels à proprement parler, et il est illégal pour un agent de les prendre. Si un agent insiste pour voir vos documents originaux, insistez pour que vous le suiviez au poste de police local et que vous les présentiez là-bas. Les agents de police aux postes frontaliers et aux points de contrôle militaires mexicains font exception à cette règle. Les postes de contrôle militaires au Mexique peuvent sembler plus intimidants qu’un agent de police isolé, mais ils sont très professionnels et courtois.

Jouez le jeu

Si vous reconnaissez volontiers que vous aimeriez faire un détour de 50 km et passer une nuit supplémentaire au milieu de nulle part pour pouvoir payer l’amende, cela risque de déconcerter le policier. Habitué à la colère et aux disputes à ce stade du scénario de pot-de-vin, il sera déstabilisé par votre volonté de vous conformer à ses exigences ridicules. Après avoir répété que vous avez compris, le policier se rendra souvent compte que vous l’avez bluffé, vous rendra les documents et vous laissera poursuivre votre route sans payer de pot-de-vin.

Restez ferme et défendez votre position

Si vous remettez les originaux et que vous n’avez pas envie de jouer le jeu, vous pouvez également exiger fermement que l’on vous remette votre permis et déclarer sans ambages que vous ne verserez aucun pot-de-vin. Cette discussion peut être plus chaude, mais le fait de demander le numéro de badge et le nom de l’agent peut les faire céder et vous pouvez nuancer votre demande en disant que vous devez rapporter les détails de tout incident impliquant la police à votre ambassade. Il s’agit souvent de la méthode la moins efficace et la plus dangereuse. Crier sur les agents lorsqu’ils sont en colère contre leur comportement corrompu peut aggraver la situation. N’oubliez pas que les agents ont tous les pouvoirs et que, s’ils ne vous aiment pas du tout ou s’ils veulent simplement vous donner une leçon pour avoir été un touriste étranger arrogant, ils peuvent inventer une infraction et vous punir pour cela. Si votre véhicule est mis en fourrière dans les pays d’Amérique latine les plus corrompus, ne vous attendez pas à trouver quoi que ce soit de valeur à l’intérieur lorsque vous le récupérerez (y compris la chaîne stéréo et les pneus).

Ne parlez pas espagnol

Même si vous parlez espagnol, faire semblant de ne rien comprendre à ce que dit le policier peut parfois fonctionner. Si l’agent commence à croire que vous prenez plus de temps que vous n’en valez la peine et que vous ne comprenez vraiment pas ce qui se passe, il vous laissera peut-être partir. Cependant, de nombreux officiers de police parlent un anglais rudimentaire, donc si vous parlez une autre langue que l’anglais ou l’espagnol, le fait de répondre dans cette langue peut également le faire fuir.

Répondre par des conneries

Cela peut se retourner contre vous, mais peut aussi réduire la portée des conneries les plus fortes des policiers. Lorsqu’ils vous disent que votre véhicule est illégal sur les routes du pays XXX à cause de XXX caractéristiques, dites-leur que vous avez contacté le ministère du tourisme et le quartier général de la police par e-mail, en envoyant des photos, etc. avant d’entrer dans le pays, et que tous les responsables de haut rang vous ont assuré que chaque caractéristique de votre voiture était acceptable pour les voyages touristiques dans leur pays. Il se peut qu’ils ne vous croient pas, mais ils savent qu’ils ne peuvent pas prouver que ce n’est pas vrai et que, pour en avoir le cœur net, il faudrait contacter quelqu’un de bien plus haut placé qu’eux pour une question mineure alors qu’il est évident qu’ils font quelque chose d’illégal. Ils ne le feront pas. Si vous obtenez une réponse dédaigneuse, insistez pour qu’ils contactent les personnes que vous avez mentionnées afin de confirmer vos affirmations , ils ne le feront pas, et à moins qu’ils ne le fassent, ils devront accepter ce que vous dites.

Une attaque sur plusieurs fronts

Les meilleurs résultats sont souvent obtenus en combinant toutes les techniques ci-dessus à des moments appropriés de la discussion… cela peut demander un peu d’entraînement. Vous pouvez commencer par “ne parlez pas espagnol” en ayant beaucoup de mal à les comprendre (même si vous comprenez parfaitement) pour faire traîner les choses en longueur et les amener à s’ennuyer et à se demander si cela en vaut la peine. Une fois qu’ils savent qu’ils veulent que vous payiez une amende, continuez avec un léger “stand your ground” en les appelant poliment mais fermement sur toutes les lois inventées que vous savez pertinemment être fausses et en présentant tout équipement de sécurité demandé. Si l’agent n’a pas abandonné après 20 minutes de signaux de la main, de mensonges péniblement communiqués et de faux départs, il se peut qu’il abandonne finalement lorsque vous utilisez la “technique du jeu” et que vous lui dites que vous n’avez pas d’argent liquide mais que vous lui proposez joyeusement de payer l’amende par carte de crédit ou par chèque.