Bacalar et lagune de Bacalar (Quintana Roo)

Bacalar et lagune de Bacalar (Quintana Roo)

20 mai 2019 0

 
Si vous voulez passer des vacances inoubliables en profitant d’un cadre d’exception et en découvrant des lieux rustiques pleins de nature , il vous suffit de vous rendre à la Laguna de Bacalar, où vous vivrez une expérience unique.

Bacalar est situé au sud de l’Etat de Quintana Roo, à environ 40 km au nord de Chetumal, sur la rive de la lagune Bacalar. C’est la seule municipalité du Mexique qui a une frontière avec deux pays, le Belize et le Guatemala. Dans la zone d’influence dela ville, se trouvent les zones naturelles protégées d’Uaymil, de Banco Chinchorro et de Chetumal Bay.

Les principales ressources naturelles de Bacalar sont ses plages, la mer, les récifs coralliens, la jungle, la grande biodiversité de la flore et de la faune et ses lagons Bacalar, San Felipe, Milagros et Guerrero qui en fait une communauté archétype pour les amateurs de nature, d’aventure et d’histoire.

 

La lagune de Bacalar (la laguna de Bacalar)

Il s’agit d’un lagon également connu sous le nom de Lagune des Sept Couleurs, ceci en raison de ses nuances délicates de bleu entre ses eaux et ses profondeurs. Il est situé au sud de l’Etat mexicain de Quintana Roo, qui est devenu un endroit populaire pour son écotourisme et pour offrir un lieu de détente et de loisirs à tous les visiteurs. Vous pouvez profiter d’un soleil radieux et d’une faune magnifique qui décorent et égayent l’ensemble du paysage. La combinaison de sable fin et blanc et des eaux cristallines donnent un aspect paradisiaque à l’endroit. Vous pourrez également apercevoir un bateau pirate abandonné.

Dans les profondeurs de la lagune de Bacalar, il y a trois cenotes composés d’une caverne circulaire avec un lagon à l’intérieur. Celui-ci a débordé et a donné naissance à une lagune longue et étroite d’au moins 42 kilomètres de long e 4 kilomètres de large. L’origine de ses eaux et de son sol à forte teneur en calcium confèrent à cette lagune son caractère cristallin.

L’endroit dispose actuellement d’une aire protégée de 52 000 hectares, comprenant les cénotes et les mangroves qui servent d’habitat à de nombreuses espèces colorées d’oiseaux, de poissons et d’animaux propres à la région, préservant ainsi toute la belle biodiversité du lieu.

 

Les sites archéologiques

Bacalar en maya vient de Siyan Ka’an Bakhalal. Siyan Kaan se traduit par “la naissance du ciel” et bak jalal signifie “enclos ou entouré de roseaux”.

Dans la zone d’influence de Bacalar, on peut découvrir plusieurs zones archéologiques ouvertes au public comme Dzibanché, Kohunlich, Chakanbakán et Oxtankah.

 

Dzibanché

Dzibanché possède plusieurs ensembles architecturaux d’une très grande qualité constructive. Le nom d’origine est inconnu mais c’est le nom que Thomas Gann lui a donné lors de sa visite en 1927 : il signifie littéralement “écriture sur bois” et fait allusion au linteau en bois qui est encore conservé dans le bâtiment VI.

Kohunlich

Kohunlich doit son nom à l’expression anglaise cohun ridge (la colline de cohun). C’est le site qui a le plus d’espaces ouverts à visiter. La diversité des ensembles architecturaux permet de connaître divers aspects de la vie quotidienne des anciens Mayas.

Chakanbakán

Chakanbakán, (“entouré de mangroves”) est le site archéologique où se trouvent l’acropole et la pyramide numéro un, avec ses bâtiments et sculptures en stuc et pierre. La ville a connu son essor durant la période classique, lorsque la colonie a atteint son extension maximale.

Oxtankah

Oxtankah était situé sur la côte de la baie de Chetumal pour des raisons politiques et commerciales. Durant les dernières années  du Préclassique mésoaméricain, Oxtankah a été témoin de l’arrivée d’une importante vague migratoire en provenance du sud.